2 165 vues

Trois Grâces : Aglaé, Euphrosyne et Thalie

1

Dans la mythologie Gréco-romaine, Aglaé, Euphrosyne et Thalie sont les trois Grâces, en grec les « Charites », des divinités compagnes d’Aphrodite la déesse de l’amour qui l’aident à se parer pour être encore plus séduisante. Filles de Zeus elles ont le don de répandre la joie dans la nature et dans le cœur des humains. « Avec vous tout devient charmant et doux » disait d’elles le poète Pindare. Aglaé est « la brillante », Euphrosyne « celle qui réjouit le cœur » et Thalie « celle qui fait fleurir » car à l’origine ce sont des déesses de la nature associées au dieu solaire Apollon.

A partir du IVe siècle avant notre ère on les représente sous la forme de trois jeunes femmes nues se tenant l’épaule ce qui en fit une source inépuisable d’inspiration pour les artistes. Rien qu’au Louvre on les retrouve en douze exemplaires qui vont de l’antiquité au XIXe siècle mais le site du musée nous indique qu’une partie d’entre elles ne sont actuellement pas visible dans les salles.

Bas relief des 3 Grâces

Troisgraces Denon Bas relief inspiré d’une peinture hellénistique
Groupe en marbre restauré en 1609

Par ordre chronologique je commence par ces œuvres romaines datées du IIe siècle après J.-C et situées au rez-de-chaussée de l’aille Sully dans la salle des Caryatides. Tout d’abord un bas relief inspiré d’une peinture hellénistique du IIe siècle avant J.-C puis ce groupe en marbre qui a été largement restauré en 1609 par Nicolas Cordier pour le cardinal Scipion Borghèse.

Troisgraces Boticelli2

A la Renaissance, cette peinture murale de Botticelli intitulée « Vénus et les Trois Grâces offrant des présents à une jeune fille » située dans l’aile Denon et datée de 1483 – 1485, représente – pour une fois – nos trois divinités habillées.

Troisgraces Boucher
Les Trois Grâces par Boucher

Troisgraces Regnault
Les Trois Grâces par Regnault

Au XVIIIe siècle François Boucher peint « Les trois Grâces supportant l’Amour ». Debout sur un globe terrestre, les trois Grâces, soutiennent l’Amour qui brandit deux flambeaux, on retrouve ici la glorification du corps féminin qui a fait la célébrité de Boucher. En 1797 Jean-Baptiste Regnault s’inspire d’un groupe sculpté antique de la bibliothèque de la cathédrale de Sienne pour évoquer sous divers angles la beauté féminine, ces deux tableaux sont au 2e étage de l’aille Sully.

troisgraces.jpg

Je termine ce parcours par les sculptures françaises du rez-de-chaussée de l’aile Richelieu et ce groupe de Jean-Jacques Pradier présenté au salon de 1831.

Pour mémoire je rappelle que l’on a pu voir les Trois Grâces « en live » au cours de la soirée théâtrale « Fulgurances » du mois de février 2010, je vous renvoie à la vidéo qui accompagnait cet article.



Partager

A propos de l'auteur

Un commentaire

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!