322 vues

3 Mars 1918 : Traité de Brest-Litovsk

0

L’Europe en 1914
On sait que la révolution dite d’Octobre en Russie commence le 25 Octobre (calendrier julien) / 7 Novembre 1917 (calendrier grégorien) par un coup d’état mené par Lénine, Trotsky et les bolcheviks contre le gouvernement provisoire d’Aleksandr Kerenski, issu de la révolution de Février. Mais immédiatement après cette prise du pouvoir se déclenche une guerre civile qui, au-delà de l’affrontement entre révolutionnaires bolcheviks et « Blancs », est un chaos indescriptible et violent.
 
Conscient que l’avenir de la révolution dépend de la paix militaire, Lénine signe dès le 8 Novembre, lendemain de la prise de Petrograd (Saint-Pétersbourg), un décret demandant une « paix sans annexion ». Mais, venant d’un agitateur au pouvoir précaire, le décret reste lettre morte.
 
Lénine s’adressant aux soldats (Trotsky, appuyé contre la tribune à droite, sera par la suite effacé des photos)
 
Lénine se résout donc à demander l’armistice aux Empires centraux (Empire allemand, Empire austro-hongrois, Empire ottoman et Royaume de Bulgarie) et aux Alliés. Seule les Empires centraux répondent, l’Allemagne étant notamment intéressée par une paix séparée à l’est qui lui permettrait de ramener des troupes à l’ouest. L’armistice est signé le 15 décembre 1917.
 
Trotsky, Commissaire du Peuple aux Affaires Etrangères, fut chargé de conduire les négociations de paix. Mais il les fait traîner en longueur car il espère que les Allemands vont rapidement suivre les Russes dans la voie de la « révolution prolétarienne ».
 
Lev Bronstein, dit Léon Trotsky
Les pourparlers débutent à Brest-Litovsk (aujourd’hui Brest au Bélarus) le 22 Décembre 1917 mais s’arrêtent dès le 28 Décembre, les Russes retournant à Petrograd pour consultations, après l’exposé des exigences allemandes. Il y aura d’ailleurs plusieurs suspensions, les exigences allemandes augmentant à chaque fois. Les négociations étant au point mort en février, les Allemands reprennent l’offensive militaire le 21 Février 1918, occupant les Pays baltes et l’Ukraine, dont les ressources agricoles vont pouvoir en outre compenser le blocus allié.
 
Le Traité de Brest – Litovsk (Brest-en-Lituanie)
 
Les bolcheviks sont alors contraints de signer le traité de paix le 3 Mars 1918 à Brest-Litovsk, à des conditions considérées cette fois comme humiliantes par les bolcheviks. La Biélorussie est directement administrée par l’Allemagne, l’Ukraine (en proie à la guerre civile), les Etats baltes, récemment indépendants, et la Pologne sont contrôlés par l’Allemagne. L’Empire Ottoman obtient quelques régions.
 
Les pertes de la Russie après Brest-Litovsk
 
Suite à l’armistice du 11 Novembre 1918, le Traité de Brest-Litovsk est dénoncé par le pouvoir soviétique dès le 13 Novembre 1918, et l’armée rouge suivra sans l’attaquer la retraite de l’armée allemande, s’attachant toutefois à  reconquérir les territoires perdus.
 
Le Traité de Versailles (28 Juin 1919) et les traités annexe (Saint-Germain-en-Laye et Trianon avec l’Autriche – Hongrie, Neuilly-sur-Seine avec la Bulgarie et Sèvres avec l’Empire ottoman), rendra caduc le Traité de Brest-Litovsk.  
L’Europe en 1920

Découvrir le blog de Gilles en Lettonie



Partager

A propos de l'auteur

Découvrez le blog Gilles en Lettonie : La Lituanie, la Lettonie, l'Ukraine et leurs environs, vus par un retraité Français, amateur d’Histoire...

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!