Dans le Danemark du milieu du XVIIIème siècle, A Royal affair est un drame historique abordant l’amitié et la passion amoureuse entre Caroline-Mathilde de Hanovre, mariée au roi du Danemark, un homme fou et imprévisible, et le médecin Johann Struensee, qui a fait évoluer le Danemark au siècle des lumières, par des réformes humanistes …


Au royaume de Danemark, en ce XVIIIe siècle plein de bruit et de fureur, règne le roi Christian VII ( 1749 – 1808 ), intelligent mais immature, que son éducation brutale a fait sombrer dans la paranoïa et qui vient d’épouser Caroline-Mathilde de Hanovre, une princesse anglaise de 15 ans qu’il délaissera le mariage tout juste consommé pour batifoler avec des putains et partir faire un tour d’Europe de deux années. Cette jeune femme répudiée mourra en exil à l’âge de 24 ans. La jeune reine enceinte va mettre au monde un garçon et bientôt tomber sous le charme du médecin de son royal époux Johann Struensee, qui a gagné la confiance du souverain et, inspiré des philosophes des lumières, entend jouer de son influence et mener des réformes humanistes dans un royaume corseté dans des principes d’un autre âge.


A royal affair, une histoire vraie qui aurait mérité plus d’ambitions


L’histoire est réelle mais le scénario trop lâche et les dialogues trop vagues pour rendre crédible la face psychologique et la vraisemblance historique qui feront que le docteur Struensee, après le coup d’état fomenté par lui, va régner à la place d’un roi qui a horreur d’être roi et conduire des réformes audacieuses comme la suppression de la torture,  avec l’appui de la jeune reine qui est devenue sa maîtresse. Il y avait pourtant matière à composer un film passionnant, à sonder les coeurs et les esprits, à expliciter les situations, à argumenter de façon à mieux éclairer les réformes en cours et les  personnages, mais Nikolaj Arcel s’est contenté de faire défiler sous nos yeux, durant 2h15, un très beau livre d’images et des héros inconsistants et terriblement ennuyeux qui semblent figés dans une posture beaucoup trop manichéenne à mon goût : il y a la reine ravissante et malheureuse, le roi  déséquilibré, sujet à des hallucinations et qui finira fou, l’éminence grise d’une gravité inaltérable qui terminera ses jours sur l’échafaud devant la foule compacte d’un peuple qu’ll a tenté bien en vain de libérer, les bons et les méchants qui ne sont autres que le clergé et la noblesse bien entendu.

royal affair de nikolaj arcel

Mais ce film a du moins  le mérite de nous montrer que peu de choses ont changé en ce monde depuis le XVIIIe siècle et que les privilégiés sont toujours récalcitrants dès qu’il s’agit de céder, ne serait-ce qu’une part de leurs privilèges… Malheureusement, pas une once d’humour ne vient égayer cet opus qui se focalise exclusivement sur les noirceurs du pouvoir, les petites  trahisons, les jeux d’influence, tout cela survolé et sans épaisseur, hélas !

Un film décevant à tous niveaux

royal affair mads mikkelsen alicia vikander

Oui, A royal Affair de Nikolaj Arcel s’avère un film décevant par manque d’ambition et d’ampleur et une direction d’acteurs aussi languissante et pusillanime que le scénario. Mikkel Boe Folsgaard, dans le rôle du roi Christian VII, est le seul vraiment crédible de par sa ressemblance avec le personnage et son interprétation fantasque. La charmante Alicia Vikander, qui était une délicieuse Kitty dans Anna Karénine, traverse le film avec grâce et élégance mais sans ferveur et sans minauderies d’ailleurs, quant à Mads Mikkelsen, dans le rôle de Johann Struensee, il nous accable pendant plus de deux heures d’une moue désabusée et irritante et se glisse dans la peau du célèbre médecin sans lui insuffler un soupçon de passion et un brin  de subtilité. Reste des prises de vue qui sont belles, des robes, des éclairages, des paysages de neige qui composent un fort joli décor et tentent de subvenir aux insuffisances d’un film sans inspiration.

Bande annonce VOSTF de A Royal affair

80 / 100 SEO Score




Author

Enfant unique, j’ai eu très tôt envie de me créer un monde imaginaire et me mis à rédiger des poèmes et des contes. A 18 ans, j’écris "Terre promise" qui sera publié deux ans plus tard sous le pseudonyme d’Armelle Hauteloire et me vaudra d’être remarquée par plusieurs personnalités du monde littéraire. Après des études d’art et de journalisme, je reprends, après mon mariage, des études de psychologie et de graphologie et exerce la profession de graphologue pendant plusieurs années. En 1983, je reviens à mes premiers amours : la poésie ... En 1998, je commence une série de quatre ouvrages pour la jeunesse. Le thème de la mer a toujours été très présent dans mon univers poétique et ce, d’autant plus, que je demeure sur le littoral normand et que mon mari est un marin confirmé. Je viens de publier ( juillet 2009 ) un récit " Les signes pourpres" qui se déroule en Afrique parmi les populations Massaï, Samburu et Kikuyu et j’ai réuni sous le tire "Profil de la nuit", un itinéraire en poésie, une grande part de ma production poétique. Sans compter mon blog "La plume et l’image"que j'anime depuis 3 ans et où j'ai consacré une rubrique à l'évasion, soit aux voyages, une autre à la littérature, une troisième au 7e art. Ma participation à Ideoz va de soi, puisque voyages et culture y sont intimement liés. Donc bon vent à tous... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Blog INTERLIGNE - Armelle sur FACEBOOK

Write A Comment

Pin It