Agenda Munich culture et loisirs. Envie de sortir à Munich?  Voici quelques concerts et événements musicaux à ne pas manquer à Munich (Muenchen) en 2013.  Car Munich, la capitale bavaroise, est très riche en événements musicaux et concerts en tous genres, en particulier de musique classique.
[tab name=’AVRIL’]

Münchner Symphoniker

Enchantement slave au Prinzregententheater sous la direction de Ken-David Masur

Agenda Munich 2013 : Concerts et événements musicaux à ne pas manquer à Munich 1

L’orchestre symphonique de Munich (Münchner Symphoniker) nous a à nouveau donné l’occasion de passer une de ces soirées musicales qui confinent à la perfection sous la direction du maestro Ken-David Masur qui interprétait le Concerto pour violoncelle de Dvorák, suivi des Tableaux d’une exposition de  Modeste Moussorgski.

La soirée a débuté par un prélude didactique des plus intéressants au cours duquel un violoncelliste a donné une brève introduction aux possibilités et à l’art de son instrument. Le groupe de violoncellistes de l’orchestre symphonique a ensuite interprété le premier mouvement „con fuoco“  extrait de la suite pour six violoncelles op. 87 de Roland Leistner-Mayer (*1945).

Agenda Munich 2013 : Concerts et événements musicaux à ne pas manquer à Munich 2Le concert proprement dit commence avec le Concerto en Si de Dvorák avec le jeune et talentueux violoncelliste Maximilien Hornung* qui en donne une interprétation inspirée. Sa concentration intériorisée en révèle avec bonheur et émotion tant les douceurs que la puissance. Ken-David Masur dirige l’oeuvre avec une attention très soutenue au travail du violoncelliste, tout au service de cette oeuvre dans laquelle le compositeur exprime la nostalgie de sa terre natale et de son folklore. Le chef, l’orchestre et le soliste ont pleinement réussi à partager toute l’humanité contenue dans cette oeuvre qui exige certes de la virtuosité, mais surtout  un intense travail de collaboration  pour parvenir à en dégager la beauté et la poésie des thèmes.

En seconde partie, Ken-David Masur a dirigé avec une fougue qui n’enlève rien à la précision et au sens de la nuance une version pour orchestre symphonique des Tableaux d’une exposition de Modeste Moussorgski. Alors qu’il travaillait avec une douceur attentive dans le Dvorák,  Ken-David Masur donne ici la mesure de sa puissance et de son charisme, avec une direction très physique pour laquelle il engage tout son corps. Il dégage la cohérence de cette oeuvre à la composition très libre, tout en valorisant chaque instrument qu’il détache opportunément de l’unisson réussie de l’orchestre.

Un grand orchestre, un soliste remarquable, un chef de tout premier plan se sont vus remercier par les applaudissements nourris d’un public qui leur a rendu les hommages du trépignement.

*Maximilian Hornung est né en 1986 à Augsbourg. Il remporte avec le trio Tecchler le concours ARG 2007. Son premier CD est primé comme espoir de l’année par Echo-Klassik en 2011, il remporte ensuite le prix Echo Klassik 2012 pour  le meilleur enregistrement de concerto avec son album  Dvorák et Saint-Saëns. Il est aujourd’hui premier soliste de   l’Orchestre symphonique de la radio bavaroise. Il se produit également souvent avec Anne-Sophie Mutter.

[/tab] [tab name=’MAI’]

 Poulenc et Saint-Saëns par le Münchner Symphoniker


 

Une belle soirée de musique française à Munich
Jörg Albrecht à la tête de l’Orchestre symphonique et le Choeur Bach de Munich viennent de nous faire vivre une grande soirée de musique française, avec la contribution de Jean Guillou, le plus grand des organistes romantiques de la planète.

Agenda Munich 2013 : Concerts et événements musicaux à ne pas manquer à Munich 3
Jean Guillou

Poulenc à l’honneur avec cet étonnant Stabat Mater qui nous livre une version contemporaine du fameux texte de Iacopone da Todi, que l’on connaît généralement bien par ses versions de la musique baroque et romantique.   La soprano Ruth Ziesak chante et enchante dans les parties pour soliste avec une interprétation aussi précise que sensible et une puissance vibrante dans l’expression à la fois de la douleur et de la spiritualité. Des qualités et une finesse que l’on retrouvera plus tard dans le Gloria du même compositeur. Les choeurs excellent dans cette oeuvre considérée comme une des meilleurs oeuvres pour choeurs des années 1950 et Jörg Albrecht parvient à dégager toute la présence spirituelle de l’univers sonore de cette oeuvre qu’il fait résonner comme une prière inspirée.

Le célèbre organiste Jean Guillou a apporté son immense contribution à la réussite de cette soirée. On est subjugué par la force et la pénétration musicales de cet homme frêle à la modestie exquise, tout au service de son art derrière lequel il donne l’impression de vouloir se dérober alors qu’il le porte avec la puissance d’un colosse. Dans la célèbre Symphonie avec orgue de Saint-Saëns, Guillou crée d’abord ce beau décor sonore, un écrin sur lequel viennent s’inscrire les parties des autres instruments. Au fur et à mesure  que l’oeuvre progresse, l’orgue gagne en puissance et s’individualise pour aussi se combiner au piano. Jörg Albrecht porte la dernière partie de l”oeuvre comme un feu d’artifice avec un tempo et une puissance qui entraînent et affolent un public ravi et émerveillé.

Un moment particulièrement émouvant de la soirée est cette improvisation sur un thème du Stabat Mater de Poulenc. La tradition de l’improvisation remonte à la Renaissance et seuls les meilleurs des interprètes peuvent réussir cet exercice difficile dans une grande salle de concert. Jean Guillou s’y est prêté avec brio avec une technique et une sensibilité tout simplement brillantes. [/tab] [tab name=’JUILLET’]

Récital d’Olga Peretyatko au Gasteig de Munich le 2 juillet avec l’Orchestre symphonique de Munich

olga peretyatko
Olga Peretyatko et Dalibor Jenis donneront un récital de belcanto ce mardi 2 juillet à 20 heures au Gasteig avec l’orchestre symphonique munichois ( Münchner Symphoniker) placé sous la direction de Michele Mariotti, un chef d’orchestre qui vient de faire des débuts remarqués tant au MET qu’à Covent Garden.

L’an dernier, la séduisante soprano russe Olga Peretyatko a rencontré un joli succès avec un premier album intitulé “La bellezza del canto“. La soprano colorature s’est également produite en 2012 à la salle Hercule de la résidence à Munich, où elle a recuelli des applaudissements aussi nourris qu’enthousiastes.Son étoile grimpe au firmament du chant d’opéra et on l’attend sur les grandes scènes de la planète: aux Semaines Mozart et au Festival de Salzbourg, à Baden-Baden, à l’Opéra de Vienne, à la Scala, au Metropolitan Opera, ainsi que dans deux maison d’opéra berlinoises, à l’Opéra de Hambourg et à l’Opéra de Munich. A ses côtés on pourra entendre le baryton slovaque Dalibor Denis lui aussi très présent sur les scènes mondiales.

Les chanteurs se produiront ensuite dans le même programme le 5 juillet au Rheingau Musik Festival à Wiesbaden.

Programme

Rossini: Ouverture de „L’Italiana in Algeri“ / Rossini: „Largo al factotum”( “Il Barbiere di Siviglia“)
Rossini: Aria de Sofia extrait du „ Signor Bruschino“/ Bellini: Ouverture de „Norma” / Donizetti: „Cruda funesta smania“ („Lucia di Lammermoor“) / Donizetti: scène de la folie de „Lucia di Lammermoor“.
Verdi: Ouverture de „Luisa Miller“ / Verdi: „E strano – Sempre libera” de „La Traviata“ / Verdi „Mercé dilette amiche“ („I Vespri Siciliani“) / Verdi: Ouverture de „Nabucco“ / Verdi: „Tutte le feste al tempio … Si, tremenda vendetta“ („Rigoletto“).

[/tab] [tab name=’AUTOMNE’]

 Paul Hindemith-Cardillac  par le Münchner Rundfunk Orchester le 13 octobre au Prinzregententheater

Programmzettel der Uraufführung Dresden 1926 L’Orchestre radiophonique de Munich ( Münchner Rundfunkorchester) propose le 13 octobre une version concertante de Cardillac de Paul Hindemith dans la version originale allemande de 1926. La direction musicale est confiée à Stefan Soltesz. Dans les rôles principaux on pourra entendre Markus Eiche (Cardillac),  Juliane Banse (sa fille). Le ténor Matthias Klink chantera le rôle de l’officier et la basse Jan-Hendrik Rootering celui du marchand d’or. Avec le Choeur philarmonique de Prague.
La radio BR-Klassik retransmettra l’opéra en direct le 13 octobre 2013 à 19 heures. On pourra également voir l’opéra en live-stream sur www.br-klassik.de. 

Cardillac est un opéra en trois actes et quatre tableaux de Paul Hindemith sur un livret de Ferdinand Lion. Le livret est tiré de la nouvelle Das Fräulein von Scuderi (Mademoiselle de Scudéry) de E. T. A. Hoffmann. 

Agenda Munich 2013 : Concerts et événements musicaux à ne pas manquer à Munich 4
Robert Burg en Cardillac en 1926

Cardillac est un orfèvre de génie à la cour de Louis XIV. Il a tant de mal à se séparer de ses œuvres qu’il poursuit et assassine ses clients pour les récupérer. L’affaire se double d’une intrigue oedipienne: la fille de Cardillac n’arrive pas à partir avec son amant car elle ne se résout pas à abandonner son père. Cependant, elle s’apercevra, non sans désappointement, que celui-ci tient plus à son or qu’à elle-même et lorsque son soupirant sera lui-même menacé par la folie meurtrière de Cardillac, elle fera tout pour sauver son père de la foule déchaînée qui finira cependant par le lyncher.

La première a eu lieu le 9 novembre 1926 au Sächsischen Staatstheater de Dresde (aujourd’hui le Semperoper) et reçut des critiques des plus négatives ( Une totale cacophonie− Cette musique n’a plus rien à voir avec le romantisme du matériau de base ni avec la chaleur du sentiment ). En 1952, Hindemith a composé une seconde version de cet opéra.

[/tab] [end_tabset]

Découvrir le blog MUNICH AND CO…




Author

Luc Le Belge est expatrié à Munich, en Bavière et vous fait découvrir la belle ville de Munich aux multiples attraits et à l’actualité culturelle très dense, mais aussi la société bavaroise, qui est si particulière en Allemagne… Un Belge à Munich : le blog

Laisser un commentaire

Pin It