4 108 vues

Vacances au Maroc : De Boudnib à Errachidia, randonnées et rencontres chaleureuses

2

Une semaine au Maroc… Des vacances pour rêver et pour découvrir Boudnib puis Errachidia… Entre randonnées, ballades dans la vallée du Guir et les rencontres chaleureuses, le Maroc est une destination idéale, à quelques heures à peine de la France…

Notre voyage : arrivée par avion à Fès (à droite), puis route en direction de Boudeib en passant par Errachidia et randonnées dans toute la région de la vallée du Guir, remontée sur Meknès (rond à gauche), puis retour sur Fès pour le vol sur la France.
Une semaine de rencontres amicales, chaleureuses, de paysages superbes, d’émotions intenses. Une semaine de randonnées tranquilles dans la vallée du Guir, pas très loin de Boudenib, à marcher de ksar en oasis, à regarder la cueillette des olives, à participer à la vie de familles marocaines si merveilleusement accueillantes.

L’association “La Burle” proposait une randonnée de reconnaissance dans une partie sauvage et où aucun touriste n’a encore mis les pieds. Le double “plus”, l’accompagnement de Jean-Marie Simon “allumeur d’histoires” connaissant parfaitement la région et qui nous régalait le soir venu, autour du “fourneau” où chantait la bouilloire, d’histoires de vie marocaine, de Saïd, son “fils de coeur” qui s’occupait de la logistique dans les familles où nous étions hébergés. L’implication de la population locale, à savoir une famille élargie, étant essentielle dans la réussite du projet. Notre hébergement dans l’oasis de Kadoussa, avec les taxis qui nous ont amené.

Kadoussa (Maroc)

L’hébergement à mille étoiles, celles du ciel noir profond du désert… mais le froid de décembre dans le désert nous faisait préférer le salon familial où, après avoir dégusté des tas de brioches, de crêpes, de beignets faits maison pour l’heure du thé, puis le plat de riz aux légumes ou le délicieux couscous parfumé du soir, nous nous enfouissions dans nos duvets de montagne. La salle de bains était le hammam du quartier ou celui de la maison quand il y en avait un.

Le repas du réveillon autour du fourneau dans la cuisine pour avoir plus chaud !

Repas de réveillon au Maroc

Rencontres avec des associations, les Amis de la Terre-Boudenib, avec qui nous avons eu un délicieux repas au milieu d’une oasis !

Amis de la Terre – Boudenib

Chorouk, pour la promotion de la femme et la protection de l’enfant, créée par de jeunes femmes courageuses.

Falaise de Chorouk (Maroc)

Et puis les collines et les falaises ocres, les palmiers dans les oasis, avec Saïd grimpant pour nous cueillir des dattes, le vert des oliviers et les chants des ramasseurs d’olives, le braiment des ânes sur notre passage…

Oasis Chorouk – Said dattes

Retour au oued

Au coucher du soleil, retour de l’âne chargé d’olives dans l’oued à sec.
la visite des ksour (pluriel de ksar), ces villages fortifiés en pisé, avec des rues couvertes pour se protéger de la chaleur!
 
Jeu d’ombre et de lumière dans une rue couverte d’un ksar.

Entrée Ksar Boudnib (Maroc)

Entrée du ksar de Boudenib pour la (petite) partie tenant encore debout.

la plupart de ceux de la région de Boudenib étant détruits par la terrible inondation du 10 octobre 2008 qui a ravagé la région ou laissés à l’abandon, faute de moyens pour les consolider et les maintenir en état.
 

Ksar Boudnib

Le ksar de Boudenib détruit par l’inondation du 10 octobre 2008, où une vague de 8 mètres de haut venant de l’eau tombée de l’Atlas s’est abattue sur la ville.
Une magnifique balade le 28 décembre dans les alentours de Boudnib, où nous allons à la découverte des ksour, ces villages de pisé, parfois bien conservés et habités, parfois laissés à l’abandon et il est alors triste de voir ces magnifiques constructions se délabrer et retourner lentement à la terre dont ils sont issus.
De Boudnib nous partons sur la route goudronnée pour bifurquer ensuite sur la droite en direction de deux grosses collines plates au sommet. Nous suivons un long moment un large canal d’irrigation bien construit en pierres, qui s’arrête, parce que le village suivant n’a pas accepté qu’il empiète sur ses bonnes terres…
 

marabout Sidi Boukarkeb

Nous rendons une petite visite à Sidi Boukarkeb dans son tombeau, joli petit marabout (monument funéraire accueillant un saint ou un dévot) au pied des collines ocres et nous passons devant un cimetière situé avant le village.
 

Cimetière Sidi Boukarkeb (Maroc)

Ce sont juste de simples pierres levées, deux pierres disposées parallèlement, c’est un homme, deux pierres perpendiculaires, c’est une femme… et c’est tout. La grandeur du tas de terre où sont disposées les pierres permettent de savoir si c’est un enfant ou un adulte.
 

Ksar Oasis (Maroc)

Le village apparaît au détour du chemin, et l’entrée dans le ksar tournicote, pas de droit chemin, cela permet de se mettre à l’écart pour voir qui arrive… Les passages couverts permettent de traverser le village à l’ombre.
 

Ksar Ouled Ali

Nous filons ensuite dans les petits sentiers de l’oasis au milieu des énormes palmiers. Les canaux d’irrigation fonctionnent à tour de rôle, certains le jour, certains la nuit, et pas question de se tromper, tout le monde connait son tour…

Un canal au Maroc

Oasis vers Sahli (Maroc)

 
Cultures de céréales, de légumes, de luzerne pour les bêtes, damiers de verts et d’ocre, palmiers au milieu du champ qui appartient peut-être à un autre propriétaire, et dans les familles, dès l’enfance, chacun apprend à qui est ce palmier, cet autre-là au milieu du champ, le long du canal, et personne ne s’amuse à voler les dattes du voisin… Tradition orale et séculaire du respect du bien d’autrui.
 

Piste – Ksar Sahli Maroc

Après le passage d’un joli petit gué, grande traversée désertique avant d’arriver, en bout de piste au ksar de Sahli, qui se dresse dans la nuit commençante, un peu fantomatique.

Ksar Sahli (Maroc)

Et derrière nous le ciel prend feu avant de nous faire découvrir un festival d’étoiles comme le désert sait en offrir.



Partager

A propos de l'auteur

Amoureuse de l'Inde depuis 25 ans, j'accompagne également des voyages un peu hors normes pour faire connaitre ce pays et la vie de ses habitants. Passionnée par les coutumes, les façons de vivre, les problèmes sociaux, la vie des femmes...

2 commentaires

  1. Escoriza Martinez Rolland on

    Très belle région du sud marocain, j’ai travaillé sur le barrage Hassan Addakhil à Ksar es Souk (Errachidia)…

    Je suis étonné que les agences de voyage oublient cette région au profit des villes oû s’entassent les cars de touristes.

    Je vous conseille de vous promener dans les ksars, les palmeraies et oueds du Ziz, vous reviendrez et pourrez en parler à vos familles et amis.

    Les habitants sont généreux, aimables, serviables…

    Profitez de cette partie du beau pays qu’est le Maroc.

  2. Bonjour,
    Je tiens à vous remercier pour ce récit et ces photos de cette partie du Maroc souvent oubliée de tous mais qui m’a vu naître.
    Encore merci.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!