Voyage Maroc à la découverte de Chefchaouen ; littéralement « Regarde les cornes », petite ville aux couleurs blanc et bleu, baignée par le soleil dans le Rif marocain.
[tab name=’Chefchaouen’]

Voyage Maroc : Chefchaouen dans le Rif marocain

« Regarde les cornes » est la traduction de Chefchaouen, une petite ville dans le Rif marocain à deux heures et demi de Tanger. Construite sur le flanc de la montagne elle s’est habillée de bleu pour que les yeux ne soient pas blessés par la luminosité se réverbérant sur les murs de chaux habituellement de couleur blanche. Ville offerte au soleil, à la flânerie dans ces ruelles tortueuses faites de galets lisses et parfois glissants.

 

Blog _4275

 

Blog _4338

 

En période de Ramadan Chefchaouen ne s’anime que la nuit, dans la journée, elle somnole derrière ses portes closes et bleue. Une ville faite pour ceux qui ont dumuscle car elle ne vous épargne pas en montées et descentes irrégulières et abruptes. Pourtant les femmes s’activent et portent de lourds fardeaux. De temps en temps elles s’arrêtent pour souffler. Il fait chaud.

 

Blog 4485

 

Le bleu est omni présent : azul ou vaporeux, tendre ou affirmé, éblouissant ou discret, il estompe le ciel, le renvoie à ce qu’il est : un espace infini et changeant et pour une fois c’est lui qui se mesure à la médina aux vingt mosquées. Oasis de tranquillité, de timidité, d’ombres et de lumières fortes, de sourires et d’invitations, Chefchaouen appelle à la contemplation. Beauté quasi parfaite dans son uniformité. Ville baignée dans laquelle on a envie de se laisser aller au farniente, à la méditation, ou à imaginer une intrigue improbable, discrète et passionnée et surtout impossible derrière les grilles
de fer forgé et ses portes closes. « Je serai tellement heureux si vous pouviez écrire un roman qui se passe à Chefchaouen » me dit un commerçant.

 

S’enfermer ici, se baigner dans le bleu infini, se couper du reste du monde et laisser les coqs chanter a toute heure de la journée et le muezzin appeler à la prière….

 

BLOG _4447

 

Blog _4355

 

[/tab] [tab name=’Vivre à Chefchaouen’]

Autre pays, autres moeurs

 

Tout est culturel, donc appris, inculqué, copié..
Amusant de voir les comportements de petits garçons dans la médina de Chefchaouen.

J’aime photographier les enfants : ils sont souvent « neufs », naturels devant la caméra. Je tente donc d’attraper le visage de quelques petites filles dont le comportement semble s’enhardir face à
à  la touriste que je suis. Je prends quelques clichés et invite les petites à se regarder, une façon de les apprivoiser. Mais apparemment, si certaines – rares –ont pris gout à contempler leur image et même à en jouer, les grands frères ou les fils des voisins veillent. Pas des garçons de 14 ou 16 ans, non !  Des petits garçons à peine plus âgés que les petites filles, 6 ou 7 ans guère plus. Ils viennent mettre le « holà » au débordement de leurs petites sœurs, débordements qui risqueraient de remettre en question la culture traditionnelle. Ils se postent devant moi, menton relevé, et du haut de leurs trois pommes me font la démonstration de leur masculinité arrogante naissante. Non mais !

Blog 4552

Blog 4554

Blog 4670

Donc des gamins gardiens des traditions. Pas besoin de leur inculquer ces principes, ils adoptent ceux de leurs pères à la maison. Les femmes au lavoir avec leur baquet de linge qu’un âne aurait du mal à trimballer, plus les enfants sous leur surveillance,,, tandis que ces messieurs se la coulent douce,  discutent, à moitié allongés sur les bancs tout proche.

On dit : « Autre temps, autres mœurs »,
Ici, c’est « autre pays, autres mœurs »…

Tout va bien pourvu qu’elles ne soient pas appliquées un jour dans mon propre pays !

Blog _4569

 

Ramadan ou Ramadan ? C’est kif kif

 

Apres un dîner agréable et nos achats terminés (une façon de ne pas être redevables envers celui qui nous a invitées), nous rentrons dans notre maison d’hôtes vers 9 heures du soir, avec la promesse de revenir le lendemain. Notre hôte a beaucoup insisté.

 

Le lendemain vers 7 heures du soir, 20 minutes précises avant le « go » de la mosquée – les habitants de Chefchaouen ne se fient pas à leur montre mais à la voix du muezzin – nous faisons le plein de petits gâteaux sucrés à base d’amendes, de dattes, de sucre, de raisins et retournons à la galerie d’Art.

 

La veille, nous ne nous sommes pas attardées en compagnie des deux hommes, le dîner étant déjà prêt. Cette fois, c’est Mohssin qui décide du timing puisque c’est lui qui cuisine, ou plutôt c’est Youness, un jeune étudiant dont Mohssin prétend qu’il est en train de le former à son art,
en réalité, une sorte de « larbin » qui débarrasse, range, épluche les légumes, et prépare le repas. Youness fais ci. Youness fais ca. Youness va chercher un melon, Youness mange, ne fume pas !….

 

Les préparatifs durent 4 heures…. Malin Mohssin, il ne nous avait gardées qu’une heure et demi la veille, là, il fait durer le plaisir , enfin le sien j’imagine, nous, nous sommes « coincées » La
conversation est pénible. Elle s’éternise, entrecoupée de passages du voisin, qui se trouve être le cousin de Mohssin, qui se trouve aussi avoir une boutique et qui nous invite, repas terminé, à prendre le thé chez lui. Notre hôte, lui,  fume pétard sur pétard… Alors quoi, c’est Ramadan ou pas ? Il nous propose des devinettes, genre : si vous trouvez les réponses je vous offre un tableau, si vous perdez, vous devez acheter un tableau. Nous ne sommes pas tellement emballées mais jouons le jeu sans le mener à son terme car bien sûr nous perdons…

 

Blog _4314

 

Le repas se termine péniblement enfin vers minuit….
Lorsque je m’ennuie je suis prise de furieuses envies de dormir, un peu à la façon thaïlandaise, mais surnage et pose la dixième stupide question sur combien il y a d’habitants a Chefchaouen, à Tétouan, à Tanger… Un diner mortel.

 

Le cousin nous attend donc pour le thé, Mohssin bizarrement décline l’invitation.  Et là, à minuit, vannées nous assistons aux prémices d’un show de tapis : origine, nombre de point au centimètre carré, façon de le rouler dans les bagages etc.. Pas question de thé. J’arrête le show au premier acte… « Désolée, nous n’avons pas l’intention d’acheter monsieur, nous n’avons pas de place dans
nos bagages » Ca c’est encore poli. Le cousin insiste « pas de problème on vous enverra le tapis, la poste fonctionne bien au Maroc » « Non, monsieur, chez moi à Paris j’ai tellement de tapis qu’ils sont les uns sur les autres, j’en ai même qui sont roulés sous mon lit. » Ca, c’est toujours poli. Indémontable, le cousin ne prend pas encore ça pour un refus, il insiste avec des tas de combinaisons possibles. Pas d’argent ? Pas de problème…. » « C’est toujours non monsieur » Finalement, son dernier argument, « vous pouvez en acheter un tout petit » Là je n’en peux plus de fatigue et réponds avec un gentil sourire, « même un tapis de la taille d’un confetti je ne l’achèterai
pas, je ne saurai pas quoi en faire ».

 

Blog _4380

 

D’un coup, la tête du cousin change. Son assistant ferme brutalement  les volets de la boutique et remballe le tapis qu’il avait commencé à dérouler, c’est Ramadan alors on ne nous insulte pas, mais l’insulte est sur le bord des lèvres.
Nous quittons les lieux, repassons devant Mohssin qui – bien sûr avait fait un deal avec le cousin son voisin  – il fallait bien payer notre dîner d’une façon ou d’une autre cette fois-ci.

 

Toujours polies, nous lui souhaitons une bonne nuit de Ramadan et surtout bons pétards ! et lui, imperturbable :  « revenez demain il y aura du poisson » !

 

BLOG _4299

 

Monter, descendre et si c’était ça le secret de la longévité ?…

Il y a des escaliers qui mènent vers la lumière, il y a des escaliers qui conduisent vers le ciel (Stairway to heaven comme le chantait Led Zeppelin)…. Et des escaliers qui vous assurent la longévité

 


BLOG _4660

 

 

 

A quoi attribue-t-on aujourd’hui le fait de vivre longtemps ?  Une nourriture saine, équilibrée, loin de la junk-food américaine et des plats préparés contenant plus de produits chimiques que de vraie nourriture (édifiant lorsqu’on prend la peine de lire).

 

Il est aussi important de faire de l’exercice, d’être curieux, d’avoir une vie sociale (au-delà du virtuel de FB), faire du taï chi éventuellement… et monter des escaliers !

 

Une étude faite par « Global Athlète » a déterminé les raisons de la longévité de certaines chinoises de Hong Kong… Hong Kong célèbre pour sa baie (ce « havre embaumé »)  et son pic (Victoria’s pic).

 

A Chefchaouen, dans le Rif marocain, les vieux, les jeunes, les estropiés, les femmes enceintes n’ont pas le choix : grimper, dégringoler, peiner dans les ruelles faites de galets polis et glissants. J’ai vu des vieillards marcher avec des béquilles et se déhanchant pour passer d’une marche à l’autre. Plus d’une fois, mon cœur a flanché lors qu’une cane glissait d’un millimètre sur un pavé ou un galet. J’en sais quelque chose, moi qui, pour une mini dénivellation et un quart de seconde d’inattention, me foule régulièrement les chevilles !
Blog _4383

 

Je ne sais pas si à Chefchaouen on vit plus vieux, en dépit de cet exercice quotidien obligatoire.

 

Vie sociale, bonne nourriture, monter 200 marches minimum par jour… tel serait le secret d’une longue vie ? En France, les personnes âgées n’ont plus guère de vie sociale (taux de record des suicides des plus de 65 ans pour cause d’extreme solitude), difficulté à manger « sainement » vu les petits salaires et la montée des prix. Et puis nous avons des ascenseurs.

 

Dans ces conditions, on ne risque pas de battre le record des chinoises de Hong Kong qui viennent de dépasser les japonaises en longévité : 86.7 de moyenne pour les femmes, 78.5 pour les hommes, par rapport à 78.5 et 72.3 il y a 30 ans…

 

Dommage qu’il n’y ait pas de Mont à Montparnasse.. Me reste le Doi Suthep à Chiang Mai !!
Blog _4482

BLOG 4598

[/tab] [tab name=’Chefchaouen en photos’]

Cliquez sur SL pour débuter le défilement automatique et sur FS pour voir les photos en grand format :

[flagallery gid=38 name=Gallery] [/tab] [end_tabset]

 

Qui est l’auteur?michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres”qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …




Author

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande __________________________________________________________________________________________________________________ Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Laisser un commentaire

Pin It