387 vues

Voyage en Argentine – Estéros Del Ibera

0

Lors d’un voyage en Argentine, la découverte de la nature laisse des impressions souvent très fortes… Estéros del Ibera est une réserve qui permet de découvrir la nature d’Argentine, ses lagunes immenses,  la faune et la flore…

Esteros del Ibera


Sur la piste vers Carlos Pélégrini une famille de capibaras en espagnol ou de carpinchos en Brésilien, prennent le risque de se faire écraser par quelque chauffard !

Le 16 septembre,

Départ pour Colonia Carlos Pelegrini vers midi. Effectivement, par temps de pluie comme il est tombé ces jours ci, la route doit être très, très boueuse mais nous avons vu bien pire ! La piste
n’est finalement pas si mauvaise que ça. Très belles estancias sur le bord de la piste et dès qu’on arrive dans la réserve régionale de l’Estéros, des colonie de carpinchos ces énormes rongeurs à
la bouille sympathique, dont certains atteignent 80 kilos, se promènent sur les bords de la route ou se baignent dans les marais.

La laguna del Ibera, 53 kilomètres carré, est l’une des 7 immenses lagunes de la réserve naturelle del Estéro del Ibéra qui s’étend sur 13000 kilomètres carré dans l’ancien lit du rio Parana,
uniquement alimentée en eaux de pluie ce qui la préserve de toute pollution. Sa profondeur peut atteindre 3 mètres mais elles est en moyenne de 1 mètre.

Esteros del Ibera

Coucher de soleil sur l’Estéro.

Beaucoup d’oiseaux, des hérons, gris ou blancs et plein d’autres échassiers dont nous ignorons le nom et….hélas
, comme d’habitude en Argentine, 5 capibaras et deux renards, écrasés! Ces argentins doivent vraiment nous prendre pour
des imbéciles à nous faire payer, et cher, pour voir des animaux qu’ils écrasent et laissent pourrir sur le bord de la route comme si ce n’était rien.

Arrivés de bonne heure au superbe camping de Colonia Pélégrini, propre, impeccable, c’est la première fois qu’en Argentine nous trouvons un camping aussi bien tenu, aussi, nous allons rester ici
quelques jours.
Rencontré un couple de français et leurs deux garçons, tous les 4 bien sympathiques.

Le 17 septembre,

Gros ménage dans le camping-car et l’après-midi flemme en observant les oiseaux qui habitent les arbres du camping et les marais.

Esteros del Ibera

Cardinal défendant un bout de pomme que je leur avais donné de la convoitise des autres oiseaux qui peuplent la forêt
et les abords du camping.


Le 18 septembre,

Le matin, courses dans Colonia Pelegrini et l’après-midi promenade dans la réserve ou nous apercevons un couple de singes que Gil essaye de prendre en photo,

un petit cerf qui s’éclipse en entendant un groupe d’argentins bavards et bruyants, des carpinchos et puis retour au camping.

Esteros del Ibera

Singe hurleur jouant dans un arbre. La femelle est “blonde comme vous” m’explique le garde parc ….. Merci, j’uis très
flattée Mais vous pourrez voir d’ans l’album en lien que madame singe est plutôt rouquine non, mais !

Le 19,20,21,22, septembre,

Promenades dans le parc,on marche beaucoup ici , Courses dans le village de Carlos Pélégrini aux rues transformées en
bourbier par les nuits d’orages, photos d’animaux, on se régale. Un jour, alors que nous mangeons dehors dans le camping, nous avons la visite d’un couple de colibris verts, impossibles à
photographier vu leur rapidité. L’un d’eux à frôlé l’oreille de Gil qui certifie avoir entendu zooom! comme s’il s’agissait d’une petit voiture.

Un autre jour, Gil va au village faire quelques courses pendant que je m’occupe de Zébulon et “voila-t-y pas” qu’à
l’épicerie on lui dit que le boucher est allé chercher la viande “al campo”. Il attend un bon moment puis le boucher décharge la carcasse, lui sert le “biffe de chorizo” qu’il avait demandé, et
lorsqu’il revient au camion, la viande est encore chaude de la chaleur de la bête !!!! Pour de la viande fraîche, c’est de la viande fraîche Comme ça nous dégoûte un peu, nous attendons le lendemain pour la manger …..

Esteros del Ibera

Tiens ! A propos de carnassier, je vous présente l’un des deux jacarés qui vivent près de l’entrée de la réserve.
Nous en verrons bien d’autres lors de nos promenades.

On attend que le temps se remette au beau et que la piste sèche un peu pour reprendre la route vers Mercedes.

Le 23 septembre,

Promenade en bateau sur le lac, fraîche mais agréable, qui nous permet de voir les deux espèces de yacaré( jacaré ) un cerf, et toujours beaucoup d’oiseaux.

Esteros del Ibera

Madame kamichi au braiment d’âne, couve….

Comme il n’a pas plu de toute la nuit mais que de nouveau le temps devient menaçant, nous décidons de reprendre la piste,
dés midi vers Mercedes où on arrive vers 16 heures. Après être passés au wi-fi où on a  les garçons par skipe, puis on revient s’installer sur notre parking de Sainte Rita.

Mercedes

Mercedes, plus souriante sous le soleil, le bâtiment de la Municipalidad.


Les 13,14,15 septembre,

Nous attendons à Mercedes que le beau temps revienne,la piste pour Colonia Pélégrini en bordure de l’ Estéros del Ibera
étant impratiquable à cause des orages. La journée, nous la passons devant l’auberge de jeunesse pour profiter du wi-fi, le soir nous allons sur le parking de Sainte Rita. J’en profite pour faire
nettoyer mon ordinateur qui avait ramassé un virus, sans doute à Jésus Maria.

Mausolée du Gauchito Antonio Gil

Mausolée du Gauchito Antonio Gil

A propos du Gauchito Antonio Gil. L’histoire ne dit pas pour quelle raison il avait été condamné à mort, mais toujours
est-il qu’avant son exécution il aurait dit au bourreau chargé des basses oeuvres :” Ton fils est gravement malade si tu m’enterres de façon décente, il guérira, sinon, il mourra ”
Le bourreau, une fois sa tache accomplie, laissa le corps, comme c’était la coutume à la convoitise des oiseaux et des animaux, coupa la tête du Gauchito  pour prouver qu’il avait bien
accompli son travail et l’emporta à la ville. Mais, arrivé chez lui, il apprit qu’en effet, son fil était très malade, alors, il à repris la tête d’Antonio, est revenu sur les lieux de
l’exécution, à entérré les restes du gaucho et son fils à guéri. Depuis, sa tombe, comme celle de la Difunta Corréa est devenu un important lieu de pèlerinage, le Gauchito étant vénéré des
gauchos et des camionneurs, d’où ces offertoires tout le long des routes.



Partager

A propos de l'auteur

À propos de moi : De nous plutôt ! Donc, Gil, c'est lui, Catherine et bien,c'est elle, et Zébulon, c'est le camping car. Ensemble, ils partagent la passion du voyage et maintenant que Gil et Catherine sont à la retraite, Zébulon ne va pas chômer.Les carnets nomades de CatherineGil, c’est le récit en photos et bavardages de nos voyages,en Roumanie, Bulgarie Slovaquie, Ouzbékistan, Ukraine & Crimée, Maroc. Et notre voyage de 12 mois en Amérique du Sud. __________________________________________________________________________________________Un commentaire fait plaisir! Merci pour vos lectures et vos messages.Le blog de CatherineGil ________________________________________________________________________________________

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!