511 vues

Joyeuses Pâques : retour aux souvenirs de la Pâque de mon enfance

0

Voilà Pâques et ses carillons, ses bouquets de fleurs, quelque chose dans l’air d’allégé, dans les vitrines des pâtisseries les gros oeufs en chocolat, enrubannés de couleurs vives. Lorsque j’étais petite fille, j’achetais toujours à ma mère un lapin en nougat, parce que j’étais sûre qu’elle le partagerait avec moi. Une fois, je n’avais pu résister et osé croquer l’une des oreilles. Mes parents avaient ri sous cape, puis, gentiment admonestée pour ma gourmandise.

J’aime à évoquer les Pâques de mon enfance. Curieusement, dans mon souvenir, il faisait toujours beau. Est-ce parce que j’étais en vacances et que nous nous réjouissions à l’idée de découvrir, cachées dans les bosquets, les friandises que les adultes y avaient déposées. Il suffit de peu de choses pour enluminer le passé. La mémoire s’y emploie avec brio. Je me souviens que les pelouses se piquetaient de coucous et de jonquilles, que les cerisiers et les prunus étaient en fleurs et que les cloches, qui carillonnaient, annonçaient la plus belle des résurrections : celle de la nature.

Pour ceux qui croient au ciel, ce jour est différent des autres. Et pour cause : quelqu’un est venu leur dire que la Création était le fruit d’un projet, que la vie avait un sens et que la mort n’était qu’un passage obligé. C’est réconfortant, même si la Science a décrété que l’on ne pouvait croire qu’à ce qui était vérifiable. Or l’homme qui croit au ciel pense que tout n’est pas vérifiable. L’univers existe, bien que nous ignorions son origine, ne puissions contrôler chacun des éléments qui le composent, ni même nous assurer de l’ampleur de l’espace-temps qu’il occupe. Tant de données et de paramètres nous échappent. Notre esprit est encombré de suppositions et de conjectures qui resteront à jamais à l’état d’hypothèse. Alors, puisque nous sommes si souvent contraints aux postulats, une JOYEUSES PAQUEStranscendance souhaitée, à défaut d’être assurée, n’est-elle pas la plus noble des espérances, le pari de Pascal revisité, un peu de rêve tenu en haleine, auquel les humains que nous sommes, cernés de tous côtés par le mystère, aspirent en secret ?
Je reproche à notre époque son refus du sacré, refus comme institutionnalisé qui suscite fatalement de profondes divisions entre les êtres. Nous vivons dans une société  dont le socle fondateur se fissure. On évoque à tous propos les guerres de religion, mais c’est au nom du refus du religieux et du sacré que les guerres de demain risquent de se produire. Le sacré représentait un refuge, assurait une stabilité. Un refuge opposé au néant qui engloutit, anéantit, annihile. ” Le néant conçu comme une absence de tout ” – écrivait Bergson. Et il est vrai que le matérialisme n’ouvre aucune perspective… Une société matérialiste n’a d’autre aspiration que de satisfaire au mieux  ses envies et de jouir des biens de consommation qui lui sont proposés. Elle va dans le sens de l’asservissement qui, tôt ou tard, lui sera imposé par les tenants d’un pouvoir qu’elle subira sans broncher, puisqu’elle n’a ni ambition, ni idéal. Les grands trusts ont compris où se plaçait leur intérêt : ils la tentent, la flattent et l’assurent que tout se monnaye, qu’il suffit d’y mettre le prix … Mais l’amour, la foi, l’espérance s’achètent-ils ?
Pâques pour celui qui croit au ciel est la conviction intime que rien n’est définitivement fermé et que ce que l’église appelle la communion des Saints est d’abord et avant tout la communion des Vivants, à l’égard desquels nous avons chacun un devoir et une responsabilité, afin que ces vivants nous deviennent proches, nous deviennent frères, et que ma liberté ne soit jamais que l’assurance de la leur.

Alors à ceux qui croient au ciel et à ceux qui n’y croient pas  JOYEUSES  PAQUES !
JOYEUSES PAQUES



Partager

A propos de l'auteur

Enfant unique, j’ai eu très tôt envie de me créer un monde imaginaire et me mis à rédiger des poèmes et des contes. A 18 ans, j’écris "Terre promise" qui sera publié deux ans plus tard sous le pseudonyme d’Armelle Hauteloire et me vaudra d’être remarquée par plusieurs personnalités du monde littéraire. Après des études d’art et de journalisme, je reprends, après mon mariage, des études de psychologie et de graphologie et exerce la profession de graphologue pendant plusieurs années. En 1983, je reviens à mes premiers amours : la poésie ... En 1998, je commence une série de quatre ouvrages pour la jeunesse. Le thème de la mer a toujours été très présent dans mon univers poétique et ce, d’autant plus, que je demeure sur le littoral normand et que mon mari est un marin confirmé. Je viens de publier ( juillet 2009 ) un récit " Les signes pourpres" qui se déroule en Afrique parmi les populations Massaï, Samburu et Kikuyu et j’ai réuni sous le tire "Profil de la nuit", un itinéraire en poésie, une grande part de ma production poétique. Sans compter mon blog "La plume et l’image"que j'anime depuis 3 ans et où j'ai consacré une rubrique à l'évasion, soit aux voyages, une autre à la littérature, une troisième au 7e art. Ma participation à Ideoz va de soi, puisque voyages et culture y sont intimement liés. Donc bon vent à tous... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Blog INTERLIGNE - Armelle sur FACEBOOK

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!