75 vues

L’Armée du crime de Robert Guédiguian ; un projet ambitieux, un film décevant

0

anneeducrimeHéros et martyr de la résistance communiste pendant l’Occupation allemande de la France, Missak Manouchian trouve en Robert Guédiguian l’homme le plus à même de porter sur les écrans de cinéma son combat. Le projet est on-ne-peut plus ambitieux, plus encore sans doute que celui du Promeneur du Champ de Mars, et on devine aisément a quel point il est personnel au cinéaste.

 

19096724_w434_h_q80

Les premières images, Manouchian et ses hommes dans le camion qui les conduit vers la mort, accompagnés par la douloureuse lecture en off de leurs noms nous embarque immédiatement sur un terrain délicat. La difficulté principale qui s’opposera à Guédiguian sera sa capacité à conserver oui ou non de la retenue par rapport à cette histoire.

19103791_w434_h_q80

Disons le tout de suite, ce qui fait la réussite du film, et bien c’est justement que Guédiguian réussit ce pari là, il ne force d’aucune manière les traits et l’émotion. On sent le cinéaste infiniment respectueux de ces personnages, il reste à leur hauteur sans se risquer à l’emphase mais au risque – malgré tout bien pensé – d’un manque de souffle, d’épique pour une émotion finalement trop contenue.

Guédiguian dessine plutôt l’intimité de Manouchian et de quelques uns de ses fidèles mais au détriment de leurs actions les plus spectaculaires. Quand vers la fin Manouchian est sommé de frapper fort, le film paraît subitement assez décousu car justement le cinéaste se refuse à céder du champ au seul spectacle. Voilà qui n’est certainement pas un reproche. On contraire, de cette manière, le spectateur est invité à partager le quotidien de ces hommes. On est d’autant plus sensibles à leurs combats, on partage leurs idéaux, leurs angoisses et de cette manière le film nous capte et ne nous lâchera plus vraiment.

19103790_w434_h_q80

On regrette quand même le travail de mise en scène de Guédiguian, qui ne s’élève pas plus haut que les téléfilms les plus inspirés. Cela dit, Guédiguian n’a jamais été réputé pour son sens de l’image mais plutôt pour le contenu, les idées, les discours de ses films. Il est donc inutile de lui intenter aujourd’hui un procès en ces termes.

Guédiguian réussit un formidable hommage à Manouchian et ses hommes. Il préserve très délicatement tout le respect qu’il leur témoigne. De fait, on sent comme une distance maintenue par le cinéaste. On devine qu’il n’est pas particulièrement à l’aise avec le sujet, qu’il craint de mal faire ou maladroitement.

19096089_w434_h_q80

Heureusement, Guédiguian tient en Simon Abkarian non seulement un des acteurs les plus fascinants de ces dernières années, mais aussi l’interprète idéal pour le rôle de Manouchian. L’acteur est formidable de force, de sobriété et de charisme. Il impose naturellement son tempérament de meneur d’homme, de chef de clan. Le couple qu’il forme avec Virginie Ledoyen – avouons qu’on ne pensait pas vraiment que ca allait de soi avant de voir le film – fonctionne à merveille. C’est même à travers l’incarnation très subtile de Virginie Ledoyen que le film réussit à nous toucher enfin.

On l’a dit, s’il y a un reproche à faire à L’Armée du Crime, c’est de rester trop à distance des choses, de ne pas laisser le temps à l’émotion de se déployer. Jusqu’à ce que le personnage de Mélinée voit le chiffon toujours accroché au balcon, jusqu’à ce qu’une larme coule discrètement sur son visage. L’instant est court, pudique, mais il est emblématique du film dans son ensemble.

19079636_w434_h_q80

Le film n’est pas exempt de certaines carences, souffre de la trop grande pudeur du cinéaste par rapport à son sujet, mais Guédiguian n’a pas pour autant trahit la mémoire de Manouchian et ses camarades et a réussit le film qu’il espérait faire : un film honnête, intéressant, pas trop didactique et parfaitement tenu par l’ensemble du casting, Simon Abkarian en tête.

Benoît Thevenin

L’Armée du crime – Note pour ce film :

Réalisé par Robert Guédiguian
Avec Simon Abkarian, Virginie Ledoyen, Robinson Stévenin, Grégoire Leprince-Ringuet, Lola Naymark, Jean-Pierre Darroussin, Ariane Ascaride, Adrien Jolivet, Yann Tregouët, Olga Bancic, Gérard Meylan, Robert Guédiguian, Lucas Belvaux, …
Année de production : 2008

Sortie française le 16 septembre 2009



Partager

A propos de l'auteur

Laterna Magica "Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs" ______________________________________________________________________________________________________________________ Le blog cinéma de Lanterna Magica ___________________________________________________________________

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!