820 vues

L’Ouzbekistan ; des villes légendaires sur la Route de la Soie

1

ouzbekmedersaDe nos jours, l’Ouzbekistan, pour le touriste, c’est un pays de villes légendaires, évoquant la route de la Soie… Mais en réalité, c’est bien autre chose…

L’Ouzbekistan se trouve en Asie Centrale (pour ceux qui n’auraient pas une carte du monde sous les yeux). Le “stan” a la fin pourrait évoquer une proximité culturelle avec l’Afghanistan, mais les locaux et les offices touristiques ont tout fait de balayer ces préjugés.

ouzbekistan
On parle en érudits, mais avant de venir dans ce coin, on aurait eu beaucoup de mal a dessiner les frontières de ces 2 pays. Joseph Staline a d’ailleurs pris soin de rendre les choses bien complexes pour créer ces différents états, sur une vaste région de peuples nomades qui ne demandaient rien… De nos jours, l’Ouzbekistan, pour le touriste, c’est un pays de villes légendaires, évoquant la route de la Soie… Telle Samarkand, qui frappe l’imagination du voyageur avant même qu’il n’y arrive… et réjouit son œil une fois qu’il y est… Le “Palais du Registan”, notamment, valait vraiment le détour…
 

Bukhara, un musée à ciel ouvert en Ouzbekistan

 
4 visites en 4 jours, pour ses mosquées et ses medressas, ou juste pour l’ambiance des différentes heures de la journée… Mais cette belle cite a malgré tout été détrônée par Khiva, qui a reçu le prix envie de 2 ou 3eme plus belle ville du monde selon Aurore (après Grenade et Venise, faut quand même pas déconner…). Cette cité transformée en “musée a ciel ouvert” par les soviétiques est un bonheur pour les photographes, avec ses forteresses de terre, ses minarets bleu turquoise et ses mille cours majestueuses, traversées par des dames en longues robes multicolores et leurs petites ombrelles pour se protéger du soleil… Nous avons aussi beaucoup aime Bukhara, pour l’ambiance détendue et la ville vieille vivante, traversée de canaux… On apprend qu’a l’époque, Bukhara détenait le record de nombre de cas de peste et autres horreurs par habitant, car les habitants se baignaient dans les canaux… Heureusement, de nos jours et après un passage des soviétiques (encore eux) pour désinfecter tout ca, nous assistons (presque) sans frisson dans le dos aux concours de plongeons dans le bassin principal, entoure de mosquées et medressas…
 

Tashkent, la capitale de l’Ouzbekistan, un visage moderne

 
Dans la catégorie “vie moderne, quand tu nous tiens”, Tashkent, la capitale, reçoit de la part de Minh (mon copain, forcement..) le prix de la ville avec les mini-jupes les plus courtes du monde (mais on n’a pas vu Moscou en été). Ca, conjugue aux x litres de vodka qu’on a vu passer nous convainc si besoin était que tout le monde n’interprète pas l’Islam et ses règles de la même manière (car c’est un pays musulman, pour ceux qui l’auraient oublie).
Mis à part ces fameuses villes, connues ou pas, le paysage ouzbek est majoritairement plat et désertique… Quelques parcs nationaux sont a découvrir… Près de l’Amu-Darya, notamment, dans une région fantôme, quelques bosquets font persister une faune des temps d’avant… Par la-bas, en effet, existait une mer d’Aral, il n’y a pas si longtemps que cela… Celle-ci apportait une douceur inespérée dans une région reculée… Mais quelques mauvais calculs de la part des soviétiques ont fâché celle-ci… L’Union Soviétique avait en effet besoin de coton (suite, notamment, a la guerre d’indépendance aux USA qui a diminue considérablement leur production), et quoi de mieux que de faire produire ce coton par les régions nouvellement acquises d’Asie Centrale !! On a donc dévié les fleuves de l’Amu-Darya & du Syr-Darya vers les champs de coton, avec pour conséquence a moyen terme la diminution dramatique de la taille de la mer d’Aral (les villages de pêcheur se trouvaient aux dernières nouvelles a 30 km des côtes), l’arrivée de tempêtes de sable quasi journalières, la salinisation des terres agricoles, la pollution des nappes phréatiques de toute la région, et bien entendu en conséquence une augmentation dramatique de la mortalité enfantine et des cas de cancer chez les adultes…
Bref, un plantage total, qui affecte aujourd’hui des pays qui essaient de se construire une indépendance… Peut-être alors que l’intérêt principal de voir ces régions est plutôt de discuter avec les gens, et non de voir les quelques chevreuils restants… et bien sur, je le redis encore, à visiter les merveilleuses villes ouzbeks…
Auroremj




Partager

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.