93 vues

La Normandie à l’heure du souvenir du Débarquement : les 70 ans du D DAY

0

Honneur, courage, abnégation, tels sont les mots qui viennent à l’esprit quand on pensent à tous ces hommes sacrifiés pour libérer la France et l’Europe du nazisme… En cette journée de célébration des 70 ans du débarquement des alliés, le D Day, la Normandie revit avec une émotion intense les souvenirs du “jour le plus long”…

 

Le Cimetière de Colleville sur Mer ; une émotion immense

Je ne connais personne qui puisse parcourir le cimetière de Colleville sur Mer sans être saisi d’une émotion irrépressible. L’alignement de ces milliers de croix blanches, sous lesquelles dorment des soldats dont la plupart avaient une vingtaine d’années et débarquaient ici, en ce 6 juin 1944, pour nous libérer de la tyrannie nazie, provoque un choc d’une force incroyable, car s’allie à la beauté admirable du site, à la simplicité de ces croix blanches, au silence de la mer proche, une puissance évocatrice d’une sobriété grandiose. Dans le dépouillement le plus absolu, le plus éloquent, tout est réuni pour exprimer l’immensité du sacrifice et rappeler de la façon la plus juste ce que fut cette page de notre histoire où, comme l’a si bien souligné le Président Obama lors de son discours en 2008, celle-ci avait rendez-vous avec la foi. Car il fallait de la foi à ces hommes pour quitter leur pays, venir se battre sur une terre étrangère et mettre au-dessus de leur simple quotidien les notions de sacrifice, d’honneur, d’abnégation.cimetiere militaire de colleville normandie

Omaha Beach : souvenir d’une plage sanglante dans la lumière opale

Aujourd’hui la plage d’Omaha la sanglante irradie d’une lumière opale entre les pins maritimes qui la séparent du cimetière. Des oiseaux s’y posent, des vétérans s’y recueillent, des promeneurs s’y attardent. Comment imaginer qu’il y a de cela 70 ans, elle était rouge de sang et encombrée d’innombrables cadavres et d’agonisants. C’est peut-être ce calme, cette lumière d’aquarelle qui touchent le plus, comme si les vies sacrifiées de ces jeunes combattants avaient permis d’engendrer cette douceur, ce parfum de miel qu’exhale la nature à cette saison. N’est-ce pas là le cadeau incommensurable qu’ils nous ont fait de nous offrir la grâce de vivre dans une paix apparente ? N’est-ce pas à la suite de ces événements que l’idée d’une Europe réconciliée a pris naissance, que des nations qui avaient un passé semblable, une même civilisation, ont enfin réalisé qu’il était préférable de s’unir afin de faire route ensemble pour le meilleur, plutôt que de céder à la division et, par voie de conséquence, au pire.

 

Prévu le 5 juin, le Débarquement fut repoussé à cause de conditions météorologiques mauvaises. Malgré ces incertitudes, Eisenhower décidait de profiter d’une courte accalmie météo le lendemain pour lancer l’opération. Le 5 juin au soir, à 20h15, fut diffusé la seconde partie de la fameuse strophe d’un poème de Verlaine : «  Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon cœur d’une langueur monotone. » La nuit sera longue pour tous ces soldats en attente. La gigantesque armada s’ébranle progressivement alors que des commandos s’envolent vers les sites stratégiques que sont les ponts sur l’Orne ou la batterie de Merville, que d’intenses bombardements pilonnent les batteries côtières et que les 82e et 101e divisions aéroportées US sont larguées dans les zones périlleuses situées entre Utah et Ste-Mère-Eglise.

 

C’est à l’aube du 6 juin, vers 6h30, que s’engage l’assaut terrestre. Les troupes américaines débarquent sans trop de dommages à Utah grâce à une heureuse erreur de position qui les met hors de portée des batteries. Il en est autrement à Omaha, où elles doivent faire face aux tirs meurtriers des canons et des armes automatiques allemandes et que les vagues d’assaut sont coincées par la mer qui monte. Il faudra patienter jusqu’au début de l’après-midi, et cela au prix de lourdes pertes, pour que les survivants puissent sortir enfin de cet enfer. Non loin de là, les « Rangers » se sont emparés héroïquement de la redoutable pointe du Hoc qui ne recélait que des batteries fantômes, ouvrant les uns et les autres la voie aux troupes qui lentement s’achemineront jusqu’à Paris pour libérer la France au prix de combats longs et épuisants et du sacrifice de milliers de civils dont certaines des villes ne seront plus qu’un amas de décombres.

 plage debarquement normandie D DAY

La Normandie n’a jamais oublié ce qu’elle devait aux alliés. Elle a pansé ses blessures, reconstruit ses villages, ses villes et ses routes, réappris le goût de vivre. Mais au fond d’elle-même, dans ce bocage si souriant, sur ces plages où il fait si bon marcher dans le repli de ses vagues qui, jadis, ont vu tant de noyés, elle continue à se vouloir une terre de mémoire, un lieu où l’histoire eut un jour rendez-vous avec l’héroïsme. 

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE



Partager

A propos de l'auteur

Enfant unique, j’ai eu très tôt envie de me créer un monde imaginaire et me mis à rédiger des poèmes et des contes. A 18 ans, j’écris "Terre promise" qui sera publié deux ans plus tard sous le pseudonyme d’Armelle Hauteloire et me vaudra d’être remarquée par plusieurs personnalités du monde littéraire. Après des études d’art et de journalisme, je reprends, après mon mariage, des études de psychologie et de graphologie et exerce la profession de graphologue pendant plusieurs années. En 1983, je reviens à mes premiers amours : la poésie ... En 1998, je commence une série de quatre ouvrages pour la jeunesse. Le thème de la mer a toujours été très présent dans mon univers poétique et ce, d’autant plus, que je demeure sur le littoral normand et que mon mari est un marin confirmé. Je viens de publier ( juillet 2009 ) un récit " Les signes pourpres" qui se déroule en Afrique parmi les populations Massaï, Samburu et Kikuyu et j’ai réuni sous le tire "Profil de la nuit", un itinéraire en poésie, une grande part de ma production poétique. Sans compter mon blog "La plume et l’image"que j'anime depuis 3 ans et où j'ai consacré une rubrique à l'évasion, soit aux voyages, une autre à la littérature, une troisième au 7e art. Ma participation à Ideoz va de soi, puisque voyages et culture y sont intimement liés. Donc bon vent à tous... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Blog INTERLIGNE - Armelle sur FACEBOOK

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!