174 vues

Où bien manger dans l’Euro district à Bruxelles?

1

C’est l’un des mystères bruxellois : déjeuner ou diner correctement dans le quartier européen de  Bruxelles est une gageure. Tables passables et hors de prix, snacks sinistres et sandwichs infects, troquets sans âmes sont trop souvent la règle, alors même que le secteur draine des milliers d’élus, de ministres, de diplomates, de fonctionnaires, de femmes et hommes d’affaires, d’avocats, de chercheurs, de journalistes, etc. 

La bonne petite brasserie parisienne à prix d’ami est quasiment introuvable. Cela fait d’ailleurs longtemps que j’organise mes invitations dans d’autres quartiers de la ville (à Ixelles, à Bruxelles centre, à Uccle), pour le plus grand bonheur de mes invités qui, en outre, sont ravis de quitter la sinistre zone bordant le Rond-Point Schumann.

Le journaliste Hughes Belin (lauréat du Prix Louise Weiss de journalisme européen) et la lobbyiste Sophie Wozniak, habitués du quartier, ont décidé d’aider les palais en perdition en publiant un petit guide, en français et en anglais (bravo pour l’effort !) intitulé : « Brussels’ Eurodistrict Restaurants 2010 ». Ils passent en revue — et parfois par les armes — les 350 restaurants et snacks du quartier européen (au sens large, de Saint-Josse à Mérode) qu’ils ont testé au fil des années. Ils n’hésitent pas à exécuter certaines institutions locales, comme la célèbre Fiorentina, dit « chez Nardi », lieux de rendez-vous depuis cinquante ans des fonctionnaires et journalistes, mais qui est de moins en moins couru vu les tarifs pratiqués. Ils vont se faire des amis ! 65 établissements sont ainsi étiquetés “à éviter”. Seules 34 tables s’en sortent avec les honneurs…

Un ouvrage à se procurer d’urgence pour ceux que leur travail amène régulièrement à Bruxelles afin d’éviter les mauvaises surprises (9,95 euros, prix d’ami et avec des ogi-).

 



Partager

A propos de l'auteur

Je couvre l’actualité européenne pour Libération depuis septembre 1990, d’abord comme responsable du défunt cahier « Europe » -un supplément hebdomadaire de huit pages consacré à la construction communautaire- puis comme correspondant auprès de l’Union. Avant cela, je me suis occupé, au sein du service société du même journal, des questions d’immigration mais aussi, plus largement, de tout ce qui touchait, de près ou de loin, au droit. J’ai écrit mes premiers papiers pour Libé en 1984. Je suis venu au journalisme tardivement, au hasard d’une rencontre : jusque-là, après des études de droit (spécialisation en droit international privé et droit européen), j’enseignais comme « chargé de travaux dirigés » à la faculté de droit (essentiellement à Paris X-Nanterre) et travaillais dans un cabinet d’avocats au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation. Autant dire une formation qui ne me destinait pas directement à la profession, mais qui montre au moins une constance dans mes sujets d’intérêt... _________________________________________ http://bruxelles.blogs.liberation.fr

Un commentaire

  1. Nathalie Mautemps-Logeais on

    J’ai testé un bar à tartines où l’on peut même prendre le petit déjeuner ! Désolée, je ne me souviens plus du nom, c’est au coin d’une rue ! Je le recommande ! Je me souviens que l’on peut y manger à l’intérieur ou à l’extérieur quand le temps le permet ! Nous n’avions pas payé pour notre petit bout de 3 ans, sympa !

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!