703 vues

Riche exposition Mucha à Montpellier

0

muchaEvoquer le nom de Mucha fait naître dans l’esprit du public tout l’imaginaire esthétique de la Belle Epoque, de l’Art Nouveau, avec son cortège de placards publicitaires, de boîtes de biscuits, d’affiches de théâtre, bref, tout ce qui, passé de mode et méprisé avant même la première guerre mondiale, – ne parlait-on pas de « style nouille » alors qu’éclatait la révolution fauve et cubiste ? – fut à bon droit réhabilité depuis la fin des années 1970.


 Il n’est pas aujourd’hui une carterie, pas une boutique de posters, qui ne propose des œuvres de Mucha sur lesquelles s’étales ses célèbres arabesques, mais qui donnent de sa production, il faut le reconnaître, une image très réductrice.

Car cet artiste tchèque majeur (1860-1939) s’était exprimé bien au-delà de ces objets devenus clichés, dans une œuvre trop méconnue. Au point que le visiteur de l’exposition Alfons Mucha, accueillie jusqu’au 20 septembre au musée Fabre de Montpellier, sera sans doute surpris par la diversité de son talent. Cela faisait trente ans que la France ne lui avait pas consacré de rétrospective ; l’événement revêt donc une réelle importance. Près de 280 peintures, dessins, affiches, livres illustrés, photographies, meubles et objets d’art permettent en effet de mesurer, en suivant une muséographie fluide et bien documentée, les multiples dimensions de sa créativité.

 Ses études à Vienne et en Allemagne sont évoquées, ainsi que les décors de théâtre qui occupèrent sa jeunesse jusqu’à son arrivée à Paris et son passage à l’Académie Julian. A ces œuvres, peu caractéristiques de son style (il est à un âge où un artiste, au gré des influences, se cherche), succède une salle particulièrement intéressante, dédiée au succès parisien que le peintre dut, presque par hasard, à Sarah Bernhardt. L’actrice la plus célèbre de son temps fut si séduite par l’affiche qu’il réalisa pour Gismonda en 1894 qu’elle l’imposa pendant six ans. La manière dont Mucha la représentait, longiligne (la suggérant ainsi plus grande qu’elle ne l’était…) justifiait en partie son enthousiasme. Pensons, notamment, à la très belle affiche de Lorenzaccio ou à celle, étonnante, de Médée. Entre spirales orientalistes et enluminures médiévales, le « style Mucha » était né. Aux côtés des affiches, on trouvera des costumes de la comédienne, des portraits ainsi que des documents photographiques et des enregistrements sonores la concernant. Reynaldo Hahn décrivit de manière saisissante l’adéquation entre le « style Mucha » et Sarah Bernhardt : « Dans tous ses gestes, on retrouve un principe de spirale. Elle s’assied – et c’est en spirale ; sa robe flotte autour d’elle, l’enlaçant d’un souple mouvement de spirale ; la traîne de sa robe trace sur le sol la forme d’une spirale, tandis que par le haut, dans le sens opposé, sa tête et son buste en achèvent le dessin. »

Lancé, le peintre recevra des commandes pour l’illustration de nombreux livres aujourd’hui très recherchés des bibliophiles, comme Ilsée, princesse de Tripoli, de Robert de Flers ou l’hallucinant et peu académique Pater (le Notre Père) dont on trouvera exposées une série d’esquisses. Il deviendra parallèlement auteur d’affiches à une époque où la publicité, qui s’appelait encore « réclame », connaissait un développement sans précédent. Nestlé, les cycles Perfecta, les liqueurs Trappistine et Bénédictine, les chemins de fer PLM, la biscuiterie LU et le champagne Moët et Chandon comptent parmi ses œuvres les plus célèbres et les plus populaires. Il faut aussi mentionner toute une série de produits dérivés (boîtes métalliques, tissus, etc.) qui, diffusées en grand nombre, rendirent très rapidement l’artiste familier du grand public.

 Bien moins connue fut la contribution de Mucha aux arts décoratifs, que l’exposition évoque avec des séries d’études et de dessins préparatoires pour des ornements, des objets décoratifs, les arts de la table, sans oublier les bijoux et le mobilier. Ces deux derniers éléments sont particulièrement bien mis en lumière dans une salle où est reconstituée la boutique du joailler Georges Fouquet qui s’était installé au 6 de la rue Royale. Meubles, tissus muraux, boiseries, pendentifs, bagues, parures et leurs dessins préparatoires forment ici un ensemble tout à fait exceptionnel.

Une autre salle spectaculaire attend les visiteurs, avec les décors réalisés pour le pavillon de Bosnie-Herzégovine à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900. Au-delà de la valeur artistique des fresques, on ne peut que s’interroger devant cette vision idéalisée d’un pays au peuple rassemblé, quelles que fussent ses origines ethniques ou ses appartenances religieuses. La fin du XXe siècle se chargera de démentir avec la violence que l’on sait une telle interprétation artistique et utopique. Il faut le souligner, certains aspects de ces décors peuvent déconcerter. Ainsi, verra-t-on dans le carton réalisé pour Par ses propres moyens (1910-1911) un étrange assemblage de personnages dont certains rappelleraient volontiers le Symbolisme qui exerça une influence sur le peintre, quand un autre (un homme vigoureusement planté sur la gauche) préfigurerait presque la virilité froide du néo-réalisme stalinien (cette remarque vaut aussi pour L’Entrée dans l’âge adulte).

 L’Epopée slave, sans doute ce que Mucha considérait comme son grand œuvre (il y travaillera de 1910 à 1928) et qui est conservée à Prague est enfin abordée avec deux gigantesques toiles (L’Epopée, dans son ensemble, en compte vingt), notamment le très saisissant Mont Athos, dont la conception allégorique, théâtralisée, complexe, presque hallucinée et résolument militante frappe le spectateur par sa puissance.

Notons, pour finir, la réunion de très belles photographies prises par Mucha pour son travail d’atelier, qui souligne la maîtrise d’une autre expression de l’image qu’avait acquise cet artiste aussi éclectique que prolifique, et cependant trop méconnu. Ces photos sont bien reproduites dans le fort volume du catalogue (Somogy Editions d’art, 371 pages, 39 €), abondamment illustré, qui inclut également l’intéressante correspondance qu’entretint le peintre avec son mécène américain Charles R. Crane qui finança L’Epopée slave. Les amateurs regretteront peut-être l’absence de notices scientifiques qui eussent été bien utiles (les lecteurs du catalogue de l’exposition Courbet organisée au Grand Palais et qui fut accueillie au musée Fabre l’an dernier pourront, sur ce point, comparer les deux ouvrages), ainsi que la présence d’une bibliographie par trop sélective. Cependant, ils pourront à bon droit se réjouir de la très riche iconographie réunie dans ce catalogue, qui permet d’embrasser l’ensemble de l’œuvre du maître.

Illustrations : Affiche de l’exposition – Alfons Mucha, Médée, 1898 Lithographie, 201,5×75 cm, Brno, Moravská Galerie, © Mucha Trust 2009 – Alfons Mucha, Salon des Cent. XXeme exposition au Salon des Cent (mars-avril 1896), hall de la Plume, 1896, Lithographie, 64×44 cm, Paris, Collection particulière, DR © Mucha Trust 2009 – Alfons Mucha, Le mont Athos, L’Epopée slave, Détrempe sur toile, 405×480 cm, Prague, musée de la ville de Prague © Mucha Trust 2009

http://savatier.blog.lemonde.fr/

http://savatier.blog.lemonde.fr/



Partager

A propos de l'auteur

Ecrivain, historien, passionné d’art et de littérature, mais aussi consultant en intelligence économique et en management interculturel… Curieux mélange de genres qui, cependant, communiquent par de multiples passerelles.J’ai emprunté aux mémoires de Gaston Ferdière le titre de ce blog (destiné à faire partager des impressions sur des livres, des expositions ou l’actualité) parce que les artistes, c’est bien connu, sont presque toujours de mauvaises fréquentations…_________________________________________________________________________________________________Le blog Mauvaises fréquentations

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!