1 271 vues

Parc Kruger, inoubliable safari en Afrique du Sud

2

Tout voyage en Afrique s’accompagne en général d’une visite dans le prestigieux Parc Kruger, la plus riche réserve de tout le continent africain…. C’est peut-être un peu paradoxal, mais ce n’est pas dans ce parc que vous verrez le plus d’animaux et à cela il y a plusieurs raisons. Tout d’abord par rapport aux réputés Kénya et Tanzanie les royaumes de la savane, en Afrique du Sud, vous êtes dans la brousse et la différence est énorme : si dans les premiers pays que j’ai cité, on peut repérer les animaux de loin et éventuellement quitter les pistes pour s’en approcher, il n’en est pas de même ici où la végétation est beaucoup plus dense…

Découvrir un animal dans le parc Kruger se mérite et il faut de la chance..Ceci dit en préambule, le safari n’en est que plus exaltant surtout pour ceux qui , comme moi, ont déjà pu observer les animaux sauvages dans leur milieu naturel. Ce peut être décevant pour les autres qui se fient aux dépliants touristiques qui ne sont pas toujours totalement objectifs…

Eléphants au parc Kruger

Dans mon programme de circuit, il n’y avait qu’une journée consacrée au parc Kruger, à une partie du parc devrais-je dire tant il est grand….Pour le découvrir dans sa totalité l’idéal serait d’y consacrer une semaine, c’est dire…Quelques chiffres pour donner une idée précise de ce qu’il représente : sa superficie est de 20 000 km2 soit l’équivalent de trois départements Français moyens ! Environ 1000 kms de routes goudronnées et 1500 Kms de pistes ! Pas moins de 8 portes d’entrées où il faut acquitter un droit d’entrée par véhicule et par personne (120 rands soit environ 12€ ) !

Nous avons pénétré par la porte Malelane qui se trouve au sud du parc. C’est la partie la plus réputée mais aussi, par voie de conséquence, la plus fréquentée…Un conseil, venez au moins une demi-heure avant l’heure officielle d’ouverture ( 6 h 00 d’avril à septembre et 5 h 30 les autres mois ) de manière à être dans les premiers à faire la queue pour acheter les billets d’entrée. Sinon, l’attente va vous sembler bien longue …..En prenant votre billet, pensez à acheter également une carte routière, indispensable si vous êtes en individuel et bien utile pour se repérer pour les autres…Impossible de se perdre, chaque croisement dispose d’un panneau d’indication avec le nom des voies, y compris les pistes..

Route dans le parc Kruger d’Afrique du Sud

Un autre conseil, si vous voyagez avec un tour-opérateur, prenez le supplément 4X4 proposé avant le départ car les autobus ne sont pas autorisés à quitter les routes goudronnées , ce qui limite quand même les possibilités en matière de recherche de certains animaux ….

N’oubliez pas non plus de bien vous couvrir (il fait frais le matin et le soir ) et d’emmener avec vous une paire de jumelles qui peut s’avérer très utile pour observer notamment les oiseaux, très difficiles à approcher et dont le nombre d’espèces dépasse les 500 ! Ces conseils étant donnés, le safari peut maintenant commencer…

Je vais peut-être me répéter un peu mais je tiens absolument à bien faire comprendre ce qu’est un safari au parc Kruger : Ce n’est absolument pas ce qu’on imagine quand on est un néophyte en la matière ou si l’on a déjà exploré les réserves d’Afrique de l’Est…La première surprise vient de ces routes goudronnées qui enlèvent un peu de charme mais qui finalement s’avèrent utiles car elles servent de coupe-feu lors des incendies d’été, c’est en tout cas ce que j’ai pu observer..Je ne pense pas que c’était leur raison d’être mais c’est ainsi et je dirais tant mieux …

Le péage étant franchi, nous pénétrons donc sur plusieurs kilomètres sur cette route goudronnée avant d’atteindre les premières pistes… Nous regardons à droite, nous regardons à gauche, nous regardons devant, nous essayons de regarder partout en même temps pour ne rien rater, mais vous avouerez que c’est bien difficile…Alors dans notre 4×4, nous nous organisons, chacun ayant un secteur à prospecter et les consignes sont de signaler assez fort au chauffeur tout animal repéré de manière à ce qu’il s’arrête…

Comme je l’ai déjà dit, pas facile d’apercevoir un animal, même un éléphant quand ces derniers ont tout loisir de se cacher à notre vue d’autant plus qu’il est interdit strictement de quitter les voies de circulation….

Heureusement que ces animaux se sont habitués au trafic quotidien de véhicules et que finalement ils ne sont plus trop sauvages, n’hésitant pas à traverser les routes devant nous ou à se reposer sur le bord de ces mêmes routes…Ainsi notre curiosité aura pu être quand même , en partie , assouvie……Dans notre journée qu’avons-nous pu observer ?

– Un couple de lions qui digérait son repas de la nuit, couché en bord de piste. Quand nous nous sommes arrêtés, le lion s’est levé, sa compagne a fait de même et ils se sont éloignés de quelques mètres juste pour nous montrer que nous les indisposions mais qu’ils n’avaient pas peur….C’est dans cette dernière position que je vous les propose en photo .
– Deux éléphants, deux girafes, trois rhinocéros, des zèbres, des gnous, des impalas, des koudous et surtout une espèce très rare, des lycaons ( chiens sauvages ).
– de nombreux oiseaux dont plusieurs rapaces.

Zèbres du parc Kruger en Afrique du Sud

Au bout du compte, pour une journée complète passée au sein du parc, c’est finalement très peu au regard des animaux recensés dans ce parc qui abrite les ” Bigs Five ” ( lion- éléphant- rhinocéros-léopard – buffle ). Selon les chiffres officiels, il y aurait 2000 lions,7700 éléphants, 2200 rhinocéros, 1000 léopards et 22000 buffles auxquels il faut ajouter, entre autres, 102 000 impalas, 32 000 zèbres, 14 000 gnous, 5 000 girafes et 200 guépards C’est pourquoi, il serait souhaitable d’y passer plusieurs jours d’autant plus que certaines races d’animaux ne cohabitent pas très bien ensemble et donc ne se trouvent pas en tous points du parc…

La faune y est protégée depuis 1898, à l’initiative de Paul Kruger, alors président de l’ancienne République d’Afrique du Sud ( Transvaal). Son nom lui a été donné le 31 mai 1926 et le centenaire du parc a été célébré en 1998 en présence de Nelson Mandéla..Le nombre de visiteurs ne cesse d’augmenter, 6 000 en 1935, 100 000 en 1955, 300 000 en 1968 et plus d’un million de nos jours….

La société privée qui veille sur le parc est une entreprise qui compte plus de 2 000 personnes en passant par les gardes, les vétérinaires, les employés de voierie, le personnel hôtelier, les pilotes de 4X4 et mêmes des garagistes..En effet tout est prévu à l’intérieur du parc avec une vingtaine de stations-service et une trentaine de Rest-Camps où vous pouvez notamment vous restaurer…Ce sont en fait de petits villages de brousse protégés où l’on peut camper, installer une caravane, louer un chalet ou un cottage, manger au restaurant ou pique-niquer (possibilité d’acheter sur place)…

CONCLUSION

Pour conclure en essayant d’être le plus objectif possible, je dirais qu’il est difficile de croire que le parc Kruger est le plus riche d’Afrique si , comme Saint Thomas, on ne croit que ce qu’on voit…. Sur le coup, le soir en le quittant vers 17 h 30, à l’heure de sa fermeture, on est forcément un peu déçu….  Mais je n’irai pas jusqu’à dire comme je l’ai entendu qu’il s’agit d’une arnaque du touriste… Il ne faut quand même pas exagérer… J’ai essayé de vous montrer ce parc sous son vrai visage…c’est à dire un parc à découvrir quand on fait un périple en Afrique du Sud mais absolument pas une priorité si l’on recherche un safari en Afrique….

Merci pour vos lectures et éventuels commentaires…



Partager

A propos de l'auteur

2 commentaires

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.