204 vues

Saint Valentin : Le chant de Malabata

2

Comment le poète chante-t-il le couple ? Comment le décrit-il ?

A travers les siècles, sa parole a porté l’offrande et le don, l’expression et le sens du mot le plus beau du vocabulaire ” AMOUR “.

O ma fiancée qui s’avance dans l’aurore radieuse et l’envol blanc des mouettes belliqueuses ;
la mer râle au loin son chant de vacuité
et tes longs cheveux qui glissent sur tes hanches sont algues lissées par les flots.
Ma fiancée, mon amante, plus douce à les lèvres que pulpe de mangue,
plus belle à mes yeux que feuille d’acanthe,
à ma langue plus suave que grain de coriandre,
sois celle qui te dresse et te tiens en vigie, face à moi qui te somme,
face à moi qui te nomme, somptueuse riveraine.

Jamais vaisseau ne porta haut ton lignage,
jamais lame n’abreuva l’espace de tes voiles, au large,
où la mer croise le remue-ménage de ses vagues.
Grande écorce qui vibre sous tes dunes,
tu offres au regard tes combes et tes lagunes
et l’alternance des saisons joue aux dés l’or de tes feuillages.

Ma fiancée, mon amante,
en toi est mon jardin,
en toi est mon enfance,
et je suis là à mon ancrage,
femme fleur, femme fête, femme paysage.

Te voir, te toucher,
est-ce assez pour l’écueil imparfait où la chair se prend ?
Flamboiement aux artères que le sang divise,
ici le coeur s’empale à son désir,
rien ne ravaude le temps qui se presse à ma mesure. Rien !
Est-ce assez que la loi brise l’élan et courbe l’échine de l’éclair ?
Est-ce assez l’imposture pliée aux quatre coins du rectangle ?
Cercle divinement dilaté, sans rayons, ni sécantes,
j’ai mal où ma douleur m’emporte.
A l’avivement du feu, le segment de la pierre,
l’enlacement des ténèbres, là où se creuse la fulgurance.

O aimée, mes lèvres jointes sur le mot retenu !
Te dire, te parler,
radier jusqu’à la plus folle exaspération des sens
et l’eau sur la blancheur de tes bras…

Je n’ai pas d’écoute. La voile porte haut mon message
et le sillage rompt les amarres trop savamment tendues.
Etre toi plus vrai dans ma vérité partagée
et notre couche ouverte aux effluves de l’été,
cette saveur de sel quand la marée diffuse ses embruns
et la pointe aiguë de l’alliage au sommet de l’alliance.
Ma fiancée, ô ma fiancée, regarde-moi.
Sur ton visage ai-je assez posé l’empreinte de mes yeux,
torche vive, ai-je assez consumé la pulpe de tes doigts !
Ne cabre pas ton corps à mon insistance,
ne me défie pas de ton indifférence,
haute jusqu’à l’ultime, à notre coupe
bois cette liqueur d’hellébore.

Ta main dans la mienne
nouée comme un oeil épissé,
doublement lové en son orbe.
Gansé de salive est mon baiser sur ta nuque
et je suis devant toi, coursier d’étoiles sur les grès,
joueur d’élodion dans la pénombre des chambres,
où les servantes tiennent captifs des plaisirs très secrets.
Mortel est le désir qui affame mon âme ;
désir d’elle, femme aux rives immortelles,antienne, vibrante antienne en l’honneur de toi
“.

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

LE CHANT DE MALABATA Ed. “Guy Chambelland”, puis “Les Cahiers bleus” – ( extraits d’Antienne – Chant I )

Pour en savoir davantage, cliquer  ICI et  LA



Partager

A propos de l'auteur

Enfant unique, j’ai eu très tôt envie de me créer un monde imaginaire et me mis à rédiger des poèmes et des contes. A 18 ans, j’écris "Terre promise" qui sera publié deux ans plus tard sous le pseudonyme d’Armelle Hauteloire et me vaudra d’être remarquée par plusieurs personnalités du monde littéraire. Après des études d’art et de journalisme, je reprends, après mon mariage, des études de psychologie et de graphologie et exerce la profession de graphologue pendant plusieurs années. En 1983, je reviens à mes premiers amours : la poésie ... En 1998, je commence une série de quatre ouvrages pour la jeunesse. Le thème de la mer a toujours été très présent dans mon univers poétique et ce, d’autant plus, que je demeure sur le littoral normand et que mon mari est un marin confirmé. Je viens de publier ( juillet 2009 ) un récit " Les signes pourpres" qui se déroule en Afrique parmi les populations Massaï, Samburu et Kikuyu et j’ai réuni sous le tire "Profil de la nuit", un itinéraire en poésie, une grande part de ma production poétique. Sans compter mon blog "La plume et l’image"que j'anime depuis 3 ans et où j'ai consacré une rubrique à l'évasion, soit aux voyages, une autre à la littérature, une troisième au 7e art. Ma participation à Ideoz va de soi, puisque voyages et culture y sont intimement liés. Donc bon vent à tous... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Blog INTERLIGNE - Armelle sur FACEBOOK

2 commentaires

  1. Merci Solange de ce message qui me va droit au coeur. Je suis très sensible au fait que Fuchinran ait eu l’idée de reprendre ce poème sur IDEOZ, le jour de la St Valentin. Rentrée samedi soir d’un voyage en Jordanie et Egypte, je vais m’atteler à rédiger, puis vous proposer, des articles sur ces hauts lieux de la mémoire humaine.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!