1 153 vues

Tahiti d’hier à aujourd’hui : Scènes de vie tahitienne

0

Tahiti … Hier et aujourd’hui

Dans les années 60, un Britannique épousa V. à Tahiti puis emmena sa jeune épouse en voyage de noces à Paris. « Il avait tout payé, j’étais en tailleur, hauts talons, enfin une presque popa’a pour déambuler dans les rues de la capitale française. Je n’avais pas l’habitude d’être endimanchée, voire déguisée en popa’a. Docile, je suivais mon maître et seigneur. Mes pieds me faisaient horriblement souffrir enfermés dans ces grôles. Je me souviens très bien, nous longions les quais de Seine, c’était magnifique, la Seine, les immeubles.

Mes pieds étaient de plus en plus douloureux, alors j’ai ôté mes chaussures, je les ai tenues à la main et j’ai marché sur les trottoirs. Mon époux s’est vite détourné de moi, a pris trois ou quatre mètres d’avance. Les Parisiens regardaient cette sauvageonne bronzée, à la tignasse frisée noire, drapée dans un tailleur cintré marcher pieds nus. Ils se retournaient pour s’assurer qu’ils ne rêvaient pas. Je n’en avais cure… J’étais à l’aise, c’était bon de sentir le sol sous mes pieds enfin libérés. Les Parisiens, bien habillés et chaussés ne marchaient pas en savates ! » V. est la vahine au fare décoiffé par Oli.

hauts-talons-de-madame.1269254896.jpg

pieds-nus-collier-de-fleurs.1269254907.jpg« Quand il y avait du taofe a faa’a… » C’est un vieux monsieur de plus de 90 printemps, excellent chanteur, oncle d’une de mes connaissances, qui s’exprime. Enfant, il participait aux travaux dans le fa’a’apu (plantation), allait à l’église avec des chaussures et vêtements trop grands. Afin de faire des économies la maman les achetait en surtaille pour qu’ils durent plus longtemps. Le vieux monsieur se souvient qu’ils allaient à la messe pieds nus et enfilaient à la porte de l’église leurs chaussures. Pour sa première communion, il portait des chaussures bourrées de papier qui faisaient « cloc-cloc » en marchant. La famille vivait des ressources du fa’a’apu, et n’achetait que l’indispensable, la farine et le sucre. On élevait des poules, des cochons, des bœufs.

gamin-travailleur-plantations.1269254879.jpg« Sur les hauteurs, dans le fa’a’apu on cultivait le taofe (café). Quand le taofe devenait rouge, on récoltait. On mettait le café récolté dans un umete (grand plat en bois), on l’écrasait avec un penu (pilon de pierre) pour enlever la peau. Avec les mains on finissait le travail, sous un filet d’eau. Ensuite, on le mettait au soleil pour faire sécher la deuxième peau. On le sortait tous les jours sur son sac pour qu’il sèche bien. A nouveau déposé dans un tissu, on le frappait encore avec le penu, puis on soufflait dessus pour enlever la peau. Mis de côté, en fonction des besoins on le torréfiait. Déposé dans une poêle, sur un feu doux, on le remuait pour qu’il grille sans brûler. On déposait un peu d’huile avant de le cuire. A la fin de la cuisson, on déposait un peu de beurre, si on en avait, pour amplifier les arômes. Le café, c’était le matin. Le premier jet pour les parents. Ensuite le café plus clair était pour les enfants. Tous les matins, nous buvions du café frais ! Heureuse époque ! Selon Maxime tane oui, et de clore ce récit par une chanson.

cafe-en-grains-crus.1269254866.JPG

La Poste polynésienne est probablement la plus chère au monde. Il n’y a pas de distribution postale ici, il faut souscrire un abonnement à une boîte postale. Une petite BAL doit suffire pour la majorité des habitants, mais la Poste ne distribue que des grandes boîtes. Pourquoi ? « – Ben, ça rapporte plus. » Une boîte postale (petite) coûte 2800 FCP/an, (23€)  la grande 5500 FCP/an (46 €). Y a pas photo ! Il y a cinq ans que je réclame une petite boîte car je ne suis ni ministre, ni membre de l’Assemblée de Polynésie, je reçois très peu de courrier. On me répond que puisque j’en ai UNE pourquoi j’en demande une autre ? Lorsque je réclame par écrit on ne me répond pas. Allo service public, il y a quelqu’un ?

vahine-nue-timbre.1269254917.jpg

J’avais déjà évoqué le prix de l’abonnement et des communications téléphoniques fixes ainsi que MANA, le distributeur d’Internet polynésien. Imaginez que vous ayez un téléphone portable, vous n’avez pas choisi l’abonnement mais la carte. Jusqu’à fin juin 2009, les cartes à 500 (4 €) et 1000  FCP (8€)  pour rechargement étaient valables 15 jours et un mois pour recevoir et émettre des appels, plus 6 mois en réception seule. Depuis janvier 2010, il y a de nouvelles conditions : toujours 15 jours ou un mois, mais seulement 3 mois en réception seule après avoir épuisé le montant du rechargement. Evidemment Vini n’en a pas parlé, il fallait seulement lire au dos de la carte de rechargement ! Vini est le monopole du téléphone portable ici. Il est très certainement le plus cher au monde, ses tarifs scandaleux ont été soulignés par la Chambre des Comptes mais rien n’a changé. Ah ! si, en pire : ce que je viens de vous relater !

 

« Pour dégraisser le mammouth, les 57 pelés de l’Assemblée, il n’y en a que 20 qui parlent. Les autres, il faut les enlever », déclare Jean-Marie Yan Tu, secrétaire général du syndicat A Tia I Mua. Occasion d’une petite rétrospective des petites phrases qui ont marqué l’année 2012.

« Pour faire bénéficier un grand nombre de familles nécessiteuses » est la réponse de la mairie de Faa’a (maire Oscar Temaru) à la Chambre territoriale des comptes qui s’interrogeait sur l’augmentation importante d’agents titulaires au sein de la commune entre 2007 et 2009.

« Avant, nous vivions bien de la perle, après, nous en vivions, ensuite, nous survivions et, aujourd’hui, nous sommes dans le coma », dit Aline Baldassari-Bernard, membre de l’Union des professionnels de la perle.

« Je ne tape pas ma race. Je frappe juste les riches, les Français et les Chinois », déclare Puna, condamné à 3 ans de prison ferme pour avoir poignardé son frère.

« Je suis devenu SDF », s’exclame Gaston Flosse, à son retour à Tahiti, après l’incendie de son domicile.

ado torse nu et cannabis

« Je ne consomme pas de paka [cannabis]. Si je plante, c’est juste pour offrir aux copains. Et puis, j’aime bien la plante, elle sent bon », avoue un jeune homme devant le Tribunal correctionnel, après la découverte de 50 pieds de paka à son domicile. A Bora Bora, le bilan 2012 du travail de partenariat gendarmerie- police municipale s’établit à 6000 pieds de paka (cannabis) détruits, 48 interpellations et 6 mutoi (flics) félicités.

Un ado condamné pour avoir forcé l’un de ses condisciples de 12 ans à se prostituer. Cet ado, 16 ans aujourd’hui, a été condamné par le tribunal pour enfants siégeant à huit clos à trois ans de prison avec sursis. Ces enfants étaient tous hébergés dans un foyer éducatif.

ado torse nu

Sa compagne arrive en retard au domicile, le tane jaloux de trois coups au visage la tue. Le couple avait trois jeunes enfants.

Teiva Manutahi de Porinetia Ora a publié un communiqué assassin des « crimes économiques » commis contre le Pays, pêle-mêle : « La pêche aux Chinois, les phosphates aux Australiens, la perliculture aux Italiens, le tourisme aux fonds de pension américains. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le gouvernement indépendantiste ne fait pas confiance à nos jeunes diplômés polynésiens. L’émancipation économique de la Polynésie est livrée pieds et mains liés à des intérêts dont la fiabilité est discutable. Porinetia Ora pense que seul le libéralisme le plus total et seule l’ouverture à la concurrence la plus libre permettront à nos industries de se relever et de prospérer ».

L’Octopus du milliardaire Paul Allen est à quai à Papeete. 126 m de long, construit en 2003, l’un des plus grands yacht privés du monde, propriété du cofondateur du géant informatique Microsoft avec Bill Gates. Ce palace flottant compte environ 41 cabines, peut accueillir trois hélicoptères, dispose de multiples hors-bord et jet-ski, d’un sous-marin de poche. L’un de ses ponts accueille bien sûr une piscine, mais également un terrain de basket. Il est estimé à plus de 250 millions $.

Le Président Temaru est golfeur. Sa Présidence a lancé un appel à projets à 7 milliards sur deux parcelles du domaine d’Atimaono à Papara. C’est que le Pei VEUT son hôtel de luxe pour attirer les riches golfeurs du monde entier.

Torrents d’eau sur le fenua et milliards de francs pacifiques pleuvent sur la Polynésie à quelques mois des élections territoriales. Connaissant le jeu polynésien, on pourrait dès à présent imaginer que ces prêts ne seraient pas remboursés, que c’est un dû au fenua. Une bouffée d’oxygène quand même qui devrait permettre de redonner de l’espoir, mais qui pourrait uniquement servir à payer les fonctionnaires du pays ! Le gouvernement local se félicite que les robinets de l’État soient à nouveau grand ouverts par le gouvernement socialiste. Qui ne demande rien n’a rien alors redemandons, redemandons encore et toujours !

Hiata de Tahiti

La France dans le Pacifique, quelle vision pour le XXIème siècle ? était le sujet d’un colloque organisé par le Sénat le 17 janvier, à Paris – loin du fenua, en métropole.


Voyageur curieux du monde, des gens et des idées, Argoul vous propose d’explorer le monde et les idées : Visitez le site d’Argoul



Partager

A propos de l'auteur

Voyageur aux semelles de vent, curieux du monde et de ses habitants.Explorateur des pays, des questions et des humains, épris de liberté et d’anti-privilèges, amoureux des êtres et des chats. Centres d’intérêt:Trekking et voyages, archéologie, économie politique, voile, cuisine en gourmet, littérature et philosophie, histoire toujours, un peu de poésie et les amitiés précieuses.___________________________________________________________________________ Découvrir le blog : Explorer le monde et les Idées

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!