72 vues

Stendhal, Capitaine de Dragons en Lituanie

0
Profitons du prétexte de l’anniversaire de la naissance de celui qui n’était encore qu’Henry Beyle, le 23 Janvier 1783 à Grenoble, pour évoquer le passage en Lituanie d’un des plus célèbres participants, à défaut d’être parmi les plus glorieux, de la campagne de Russie de 1812, Stendhal.
 
Monté à Paris à l’âge de 16 ans, plus préoccupé d’ « être un séducteur de femmes » que de préparer le concours de Polytechnique, il se retrouve finalement secrétaire de son cousin Pierre Daru au Ministère de la Guerre, lequel l’emmène, le 7 Mai 1800, faire la campagne d’Italie. Ce sera pour lui la révélation de l’Italie, qui sous-tendra toute sa vie. Le 23 Septembre 1800, il est nommé Sous-lieutenant au 6e Régiment de Dragons.
Pierre Daru
 
Rentré à Paris en 1802, il repart en campagne en Allemagne le 16 Octobre 1806. Grâce à Pierre Daru, devenu Commissaire général de la Grande Armée, puis Intendant général des pays conquis, Henry Beyle est nommé Commissaire de guerre adjoint, en poste à Brunswick. Après l’occupation de Königsberg (Kaliningrad actuelle), il pense que la campagne va se prolonger vers Saint-Pétersbourg, via la Courlande. Mais les Traités de Tilsit (7 Juillet avec la Russie, 9 Juillet avec la Prusse) l’empêcheront de voir la Lituanie et il devra attendre 5 ans avant d’y revenir.
 
Son ascension sociale ne commencera que le 1er Août 1810, quand il sera nommé Auditeur au Conseil d’Etat, puis, le 22 Août, Inspecteur de la comptabilité des Bâtiments et du Mobilier de la Couronne.

Le 23 Juillet 1812, Henry Beyle quitte Paris, chargé de courriers et de paquets pour l’Empereur qui vient de quitter Vilnius le 16 Juillet en direction de Moscou. Beyle/Stendhal atteint Marijampolė dans les premiers jours d’Août et franchit la Bérézina le 12 Août vers Bojarinkov, où se trouve l’état-major impérial. « Capitaine de Dragons grassouillet et vaniteux » (Paul Britten Austin), il se trouve à Moscou le 15 Octobre, quatre jours avant son évacuation.
 
La Maison Frank / Stendhal
 
Chargé de convoyer 1 500 blessés vers Smolensk le 7 Novembre, Henry Beyle en profitera pour anticiper la retraite, quittant Smolensk le 11 Novembre et atteignant Vilnius dans la soirée du 6 Décembre. Il en repart le 7 ou le 8 Décembre vers Kaunas, puis Königsberg, après avoir a priori rendu visite aux états-majors du Commissaire en chef et du Chef trésorier, installés dans l’actuel Institut Français de Vilnius, au 1 rue Didžioji. Ce qui vaut à ce bâtiment, connu des Lituaniens comme la Maison Frank, d’être appelé Maison Stendhal par les Français, alors que le futur écrivain n’y a apparemment pas séjourné.
 
 
Henry Beyle ne rejoindra Paris que le 31 Janvier 1813. Il participera à nouveau, mais sans conviction, à la Campagne d’Allemagne au printemps 1813 et finalement se réjouira de la chute de Napoléon 1er.  Il n’écrira ses premiers essais qu’en 1817, l‘«Histoire de la peinture en Italie » sous son vrai nom, et « Rome, Naples et Florence » sous le pseudonyme de M. de Stendhal, Officier de cavalerie !  

Découvrir le blog de Gilles en Lettonie



Partager

A propos de l'auteur

Découvrez le blog Gilles en Lettonie : La Lituanie, la Lettonie, l'Ukraine et leurs environs, vus par un retraité Français, amateur d’Histoire...

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!