580 vues

Tours et détours dans la France profonde – Salers

0

Afficher l'image en taille réelleAprès une longue étape corrézienne, nous mettons le cap à l’Est, pour prendre la direction du retour, mais nous avons encore quelques belles visites à faire et notamment une visite très attendue dans la cité médiévale de Salers où nous espérons bien déguster un bon aligot.

Nous avons laissé la Corrèze et ses délices derrière nous et nous avons repris la route, cette fois en direction de l’Auvergne autre pays béni. Mais avant de quitter les terres corréziennes, nous faisons une dernière halte à Argentat une charmante bourgade qui mire ses quais de maisons anciennes couvertes d’ardoise ou de lauze dans la rivière et offre ainsi un superbe panorama du haut du pont qui  enjambe la Dordogne. Une petite visite sous un soleil de plomb et un dernier confit dégusté dans un restaurant sur les quais fleuris de la Dordogne, constitueront notre dernière geste corrézienne… pour cette année au moins.

Nous entrons en Auvergne du côté de Pleau, un village dont je n’avais jamais entendu parler mais qui compte pas moins de cinq châteaux même si ce ne sont en fait que de modestes tours sur des maisons de très belle facture, c’est un très joli patrimoine qui mérite une petite visite en passant et avant de boire un pot réparateur car la chaleur ne nous a pas abandonnés en entrant en Arverne.

A Salers, nous logeons dans une très jolie chambre d’hôte, l’Asphodèle,  aménagée dans une maison renaissance qui n’a qu’un défaut c’est qu’elle est pratiquement inaccessible en voiture. Il faut dire que nous sommes arrivés à destination un samedi, en fin d’après-midi, et qu’il y avait une fête dans les rues avec des groupes folkloriques sur plusieurs scènes,  ce qui ne facilitait pas franchement la fluidité du trafic dans cette cité médiévale. Mais, dans une bourgade d’un tel charme qui possède un tel patrimoine, aussi bien conservé, on oublie vite les petits inconvénients pour se jeter dans les rues et faire un premier inventaire des merveilles à ne pas manquer. Et, cette visite ouvre l’appétit et le moment est enfin venu de déguster le premier aligot des vacances, un grand moment !

Après un repos bien mérité et un aligot bien digéré, nous rejoignons un groupe pour faire, cette fois, une visite guidée de la ville avec Marie Laure qui n’ignore rien de sa charmante cité qui était en fait une plate-forme commerciale qui a connu son apogée aux XVI° et XVII°. Et tout ça se lit dans la pierre, le château est hors les murs, l’église ne domine pas la ville, les marchands étaient les vrais maîtres des lieux. Nous achevons cette journée touristique par un repas un peu festif à l’Hôtel du Baillage où nous regrettons seulement que le service ne soit pas à la hauteur de la cuisine et du cadre dans lequel nous dinons. Notre table est dressée au milieu d’un parc aux lumières tamisées, dans une fraîche nuit d’été, car il ne faut pas oublier que Salers est tout de même à près mille mètres d’altitude, ce qui rend cette soirée très agréable, un brin romantique même.

Et notre séjour court déjà à sa fin, cette étape était l’une des plus brèves mais peut-être aussi la plus dense et la plus riche de notre périple estival. Il nous restait encore à faire le plein de cadeaux pour réjouir ceux qui nous attendaient à la maison, mais après notre deuxième étape auvergnate seulement, à Saint Nectaire, mais ça c’est un autre chapitre de notre périple.

Un autre chapitre qui commence par l’escalade d’un petit col qui culmine tout de même vers les mille quatre cents mètres d‘altitude, qui est loin d‘être aussi impressionnant que le Puy Mary voisin mais qui offre tout de même de magnifiques paysages sur une gamme de verts infinie. Et avant de nous rendre au pied du joyau de l’art roman de Saint Nectaire, nous marquons une petite étape sur le barrage de Bort-les-Orgues et nous nous consacrons ensuite un temps plus conséquent à la visite du château de Val qui a appartenu à la famille d’Estaing quand celle de Giscard ne l’était pas encore … d’Estaing. Très beau château sauvé des eaux qui ont comblé le lac créé par le barrage de Bort-les-Orgues à cause de la trop grande fragilité des roches environnantes qui ne pouvaient pas supporter une charge trop importante. Le niveau des eaux a donc été abaissé et ce magnifique château a été ainsi sauvé, comme Moïse, … des eaux.

Et voilà donc encore une étape réjouissante dans un une ville très minérale où la pierre noire n’est pas triste mais plutôt élégante comme le smoking qui habille les stars. Une minéralité qui contraste avec la nature environnante  débordante de verdure à la limite de la luxuriance tant la gamme des verts est riche et variée.



Partager

A propos de l'auteur

Retraité depuis juin 2007, je suis un dirigeant sportif très impliqué mais surtout un passionné des littératures du monde. "La littérature pour passion, le sport pour engagement" De formation historienne, maîtrise, que je n'ai jamais utilisée dans mon job que j'ai exercé pendant plus de 33 ans dans une institution qui se préoccupe de l'économie et de la vie des entreprises.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!