612 vues

Voyage au Kosovo sur une terre de contrastes

2




Récit d’un voyage au Kosovo ; une terre de contrastes… qui a connu de nombreux déchirements lors des années 90 et le début des années 2000… Voyage au pays des kosovars, serbes et albanais, de Prishtina jusqu’à Mitrovica en passant par Gracanica, Prizren et Lipljan...

Voyage au Kosovo avant l’indépendance

Du point de vue pratique, le Kosovo est un pays plutôt cool (à l’image de la Serbie ou de la Bosnie). Se déplacer est très aisé (et assez rapide), pas mal de personnes parlent bien anglais etc…

Je me suis vraiment senti en sécurité là-bas. J’ai été chez les serbes et les albanais mais n’ai jamais été menacé par personne. Et puis, les étrangers (militaires, journalistes, membres des organisations internationales) il y en a beaucoup au Kosovo depuis longtemps et plus personne n’y fait attention (en particulier à Pristina). C’est plutôt calme en ce moment.

On trouve de belles églises et de belles mosquées. Une campagne qui ressemble à celle des années 50/60 (parfois moins) en France. J’ai visité Prizren, ville du sud du Kosovo, avec un coté oriental : marché avec des femmes accroupies sur le sol vendant leur fruits ou légumes, dédales de rues dans la vieille ville. Et puis de nombreuses maisons brûlées. Le monastère situé sur les hauteurs de la ville dont il ne reste que 4 murs. Les routes aux alentours avec sur le bas coté des banderoles délimitant les zones minées. Libre a toi d’avoir un intérêt pour l’histoire très récente de la région.

Ce voyage s’est déroulé en avril 2004. Depuis des choses ont changé, le pays est devenu indépendant, mais ça ne signifie pas que tout soit devenu plus simple.

Kosovo campagne

Prishtina


Soirée à Pristina. Une portion d’un grand boulevard est plongée dans le noir. On ne s’entend pas parler : épiceries et autres commerces ont leur groupe électrogène en marche placé sur le trottoir. Les restos ont installés des bougies sur les tables. Romantique ! Quelques mètres plus loin, l’éclairage public marche, on se masse dans les cybercafés.

Prishtina vue générale

A chaque coin de rue, toujours des dizaines de taxis qui attendent l’improbable client. Toujours les 4X4 de l’ONU, l’OSCE ou Coca Cola. Il est tard, à l’hotel, l’eau ne coule plus du robinet. Avant de s’endormir, on a le choix entre RFI, la BBC, une radio italienne, une allemande…

 

De Gracanica à Lipljan


 

A l’heure prévue, le bus estampillé ” cars de Cornouailles 29750 Loctudy ” quitte la gare routière. Je paye mon ticket en euros. Sur un immeuble, une photo géante d’un Bill Clinton hilare : que fait-il ici ? On quitte Pristina.

A 20 kilomètres au sud de la ” capitale ” du Kosovo, c’est Gracanica. Promenade dans la ville, les prix sont indiqués en dinars, les voitures sont immatriculées en Serbie, les panneaux sont écrits en cyrillique, on parle ” yougo “. Pourtant, l’unique route qui traverse l’enclave serbe est empruntée par les véhicules albanais. Un drapeau américain flotte sur une maison. Pourquoi ? On m’a raconté que les américains soutenaient les albanais et pas les serbes. Mais des GI’s protègent le monastère de la ville, un des plus anciens du pays.

gracanica kosovo

Un minibus pour Lipljan, situé 15 kilomètres au sud. Toutes petites routes de campagne, détours. On tourne en rond. Les passagers parlent serbe. Le chauffeur salue d’un signe de la main les personnes qui marchent sur le bord de la route. J’imagine qu’ils sont serbes. Et que le minibus l’est lui aussi, qu’il s’agit par exemple d’un bus qui relie les enclaves serbes. Puis, au bout d’une rue, apparaissent quelques maisons sur lesquelles flotte le drapeau rouge et noir albanais. Je suppose qu’on a changé de quartier. Arrêt du minibus dans une rue coupée en deux par des barbelées. Ou est le coté serbe ? Et l’albanais ?

En fait, c’est facile à identifier : beaucoup de monde se pressent dans les rues albanaises. Chacun vaque à ses affaires : marchés, cafés, mosquées… Et personne ne se ballade dans la partie serbe (en fait une simple rue). Exceptés deux vieux qui gardent l’entrée d’une petite église. Devant l’édifice religieux, se trouve une pancarte rouillée : ” souvenirs 50 m “. Mais la boutique a apparemment disparue. Tant pis, je n’achèterai pas de cartes postales de Lipljan. Près d’un jardin, ça sent la prune : les arbres sont couverts de fruits. Une jeune fille tricote, assise sur son balcon. Elle a une vue imprenable sur la grosse base irlandaise implantée dans ce ” ghetto “. Les blindés sont plus nombreux que les Golfs.

 

Mitrovica; le pont des tensions


Direction Mitrovica (40 km au nord de Pristina). Sur la route, j’aperçois un petit panneau bleu : ” rue de la paix ” Dans cette rue est implanté un camp de soldats français.

A Mitrovica, les deux entités sont aisément identifiables, le fleuve Ibar et un pont couvert de barbelées séparent les deux communautés. Ce pont est gardé par des soldats français. ” Plus qu’un mois et dix jours à passer ici ” me confie l’un d’entre eux. L’ouvrage a été conçu par un français, Gustave Freyssinet, inventeur du béton précontraint. Une plaque dorée est fixée au milieu du pont en mémoire de l’ingénieur. D’un coté les mosquées, de l’autre les églises. D’un coté les pubs vantant les séjours à Durrès (Albanie), de l’autre, c’est pour Budva (Monténegro). D’un coté on écoute Méda (chanteur albanais à la mode). De l’autre c’est Ceca (chanteuse serbe kitch). Dans la partie serbe, un restaurant s’appelle ” chez Pascal “. Une fille en mini jupe se balade près d’un check point gardé par des soldats allemands.

Dans la partie albanaise, les vendeurs de pastèques et de melons posent un bandage de scotch aux fruits fendus par la chaleur. Un gosse interpelle les passants : il vend des cassettes audio. Des filles en débardeur regardent l’étalage d’un vendeur de hidjabs.

kosovska mitrovica pontA la sortie de la ville, arrêt devant un groupe de maisons. Panneau à l’entrée de ce petit village : ” sultanat d’Oman village “. Plus loin, autre arrêt devant un abri bus de tôle jaune financé par l’European Reconstruction Agency.

Pour finir, deux choses à propos du Kosovo :

  • ceux qui voyagent dans les Balkans ne doivent pas craindre de traverser le Kosovo
  • cette région (malgré la guerre etc.) à le bon goût d’une Europe plus ” brute “, qui a disparue chez nous…

Photos du Kosovo insolite vu de l’intérieur

[flagallery gid=68]

fiag photo galerie photos

Carte du Kosovo

kosovo carte




Partager

A propos de l'auteur

2 commentaires

  1. Pour être allée la première fois au Kosovo en 2003 et en 2004, donc la même année, les tensions étaient latentes, mais finalement sensibles si on y prêtait attention, mais aujourd’hui, je trouve que c’est pire, surtout à Mitrovica…

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.