Voyagez curieux à votre mesure! IDEOZ, le forum et blog voyage collaboratif qui vous aide à préparer un séjour en Europe parfait grâce aux conseils et expériences des voyageurs

L’Allemagne en cyclotourisme le long du Danube et en Forêt Noire

0
Brochures touristiques gratuites sur l’Allemagne et la Bavière: » Commander ici

A l’occasion d’une traversée de 7 pays en Europe, j’ai passé une semaine en cyclotourisme en Allemagne et en camping entre le 28 juillet et le 3 août. J’ai aimé les beautés de ce pays, les villes paisibles et très attractives, les petites routes de la Forêt Noire et en longeant le Danube. Près de 800 km émaillés de belles découvertes et d’agréables rencontres avec des Allemands toujours avenants et disposés à rendre service.

Fribourg, un paradis pour les cyclistes

La traversée de la Suisse était le préambule à notre découverte de l’Allemagne en cyclotourisme. La première étape nous a conduits dans la magnifique ville de Fribourg. Il y a bien longtemps j’y ai habité et j’en garde quelques souvenirs, je n’avais à l’époque que quatre ou cinq ans. Le camping est bondé et nous prenons la pluie toute la nuit. Avant de reprendre notre chemin une courte promenade à vélo à travers la ville s’impose. Immédiatement la beauté de cette cité, comme les suivantes au cours de cette semaine nous frappe.

Fribourg cyclistes dans les rues

Tout est organisé pour le vélo. Les gens sont beaucoup plus calmes qu’en France. La discipline règne, les voitures et les deux roues cohabitent en paix. Le civisme n’est pas un vain mot. Quand je compare avec nos grandes villes où piétons voitures et quelques vélos se jettent les uns sur les autres dans des mouvements presque browniens en ne tenant pas vraiment compte de la couleur des feux, et je ne parle pas seulement des piétons, je me dis que nous avons en France beaucoup de progrès à accomplir. Je comprends que l’hexagone puisse être une destination de voyage exotique! Autour de la cathédrale un petit marché étale ses échoppes. On y voit des produits locaux très appétissants, charcuterie et pâtisseries. Quelques étalages proposent de magnifiques girolles. Au cours de ce voyage j’espère bien en faire quelques belles récoltes dans les forêts polonaises ou baltes.

Fribourg petit marché en Allemagne


Un circuit de 800 km en Allemagne: de la Forêt Noire jusqu’au Danube


Danube alors qu'il n'est qu'un ruisseauNous reprenons la route, et cela commence fort, par la traversée de la Forêt Noire et 1000 mètres de dénivelé. Nous rejoignons Donauchingen après avoir traversé le village de Urbach ( qui signifie:origine de la rivière), où nous rejoignons le fleuve mythique, le Danube. Ce n’est encore qu’un petit ruisseau. Les pistes cyclables en Allemagne sont une splendeur. Nous y éprouvons un immense plaisir. Tout y est aménagé pour le vélo. Des foules de cyclistes calmes s’y pressent. Souvent à l’arrière du vélo une remorque dans laquelle un ou deux enfants dorment paisiblement en se faisant transporter comme des nababs. J’ai même vu un gros chien la truffe au vent installé royalement sur le porte bagages avant, ne boudant pas son plaisir, le poil tout hérissé par le vent relatif.

 

Environs de Urbach

falaises le long du DanubeEn arrivant à Donauschingen, nous demandons à une dame à vélo où se trouve le camping. Et là comme la veille, le miracle allemand recommence. Elle nous dit de la suivre et effectue un détour de cinq kilomètres pour nous y conduire. En chemin elle nous demande de l’attendre car elle va acheter son pain. Au moment de la quitter je lui dit en guise de remerciement : Deutschland ein wunderbares Land, immer eine schöne Frau, um den Weg zu zeigen (l’Allemagne, un pays merveilleux, toujours une jolie femme pour montrer le chemin). Elle éclate de rire et me regarde l’air de dire «Aïe aïe aïe ces Français!» Au camping presque désert nous rencontrons quelques cyclistes, un Anglais qui compte aller jusqu’à Bratislava et un Belge qui remonte jusqu’à la source du Danube.

La nuit a été bonne mais très humide. Cela promet pour le reste du voyage, en particulier nous pensons au mois de septembre dans les pays baltes. Pas de panique nous verrons bien, on est justement venu pour cela! A la sortie du camping encore un gros chien juché à l’avant d’un vélo qui s’en donne à cœur joie tout au long de la piste en gratifiant tous les passants d’immenses aboiements de joie. Après quelques centaines de mètres, un pont et le premier panneau Donau, pourtant il ne s’agit que d’un petit cours d’eau tranquille et peu profond, bordé de grands arbres qui donnent au fleuve un aspect de petite rivière perdue dans la végétation.

Danube en allemagne

Aujourd’hui, la première partie du trajet se fait à travers une région agricole, quelque peu austère. De tels lieux, nous aurons encore l’occasion d’en traverser. La seconde partie se déroule le long d’une petite vallée abritant le fleuve. Le décor est absolument de toute beauté. De grandes forêts desquelles de magnifiques falaises étincelantes émergent, relevant le contraste entre le blanc du rocher et le vert sombre des sapins. Le Danube n’est encore qu’une rivière qui serpente en courbes amples. De loin en loin de magnifiques bâtisses ornent les crêtes. Sur la piste des familles entières s’en donnent à cœur joie, les enfants dès six ou sept ans, comme les parents ont leur chargement et tout le monde en met un bon coup.

cyclotourisme en Allemagne

Ce pays durant cette trop courte semaine nous nous y sentirons très bien. Les gens sont avenants toujours prêts à rendre service. Jamais un mouvement de recul ou de crainte mais une franche disponibilité pour prêter assistance. Pris sans doute par l’ambiance enchanteresse du lieu, nous allons commettre une incroyable erreur. Un petit chemin très mal pavé et très raide quitte le fleuve et escalade une pente abrupte sur quatre kilomètres en des lacets impressionnants. Il nous faudra cette distance pour réaliser que nous avons perdu la fameuse piste de la vélo route numéro six. Pourtant, nous ne voyons plus personne et la pente à plus de 10% dans la caillasse, sans ambiguïté sont des indices que nous nous fourvoyons. Dans ces moments les bagages de plus de vingt kilogrammes on les sent bien. Eh bien non! Il nous faudra une bonne suée d’une demi-heure avant que nous réalisions notre erreur, alors que c’était une évidence. Peut-être qu’inconsciemment cet effort violent nous fait plaisir et nous change du déroulé le long du fleuve?

Sur les routes allemandes à vélo cyclotourisme en Allemagne

Nous arrivons à Sigmaringen après une étape de 98 kilomètres. Cette ville et son château rappellent que le gouvernement de Vichy en fuite devant les alliés reconquérant la France y a séjourné. Je ne peux m’empêcher de penser à Céline et son livre «Nord» qui se déroule dans l’Allemagne qui s’écroule en 1945. Il déambule dans les ruines avec comme principal souci de trouver à manger pour son chat Bébert.

Sigmaringen Chateau et chapelle de Joseph

Le camping fait un peu parc où l’on concentre les passagers de la nuit, mais l’ambiance est chaleureuse et le fleuve à portée de main. Au matin petit déjeuner international, avec un Allemand qui voyage à vélo avec sa fille de douze ans et un couple de Néozélandais. Je suis tout à mon aise de pouvoir parler dans ces deux langues que sont l’anglais et l’allemand. Une bonne maîtrise de langues étrangères est un atout important pour embellir le voyage. L’anglais tend à prendre la suprématie et de façon un peu paresseuse on se dit à quoi bon apprendre d’autres langues puisque l’anglais suffit. Mais le raisonnement n’est pas juste, en effet parler allemand avec un Allemand ce n’est pas comme lui parler anglais, même si nous maîtrisons tous les deux bien cette langue. Un de mes grands plaisirs c’est de m’entretenir avec un Allemand qui a une bonne maîtrise du français et de communiquer chacun dans la langue de l’autre. Exercice difficile, mais combien mobilisateur de neurones. Quand parfois l’un bute sur un mot abstrait l’autre vient à son secours dans la langue de celui en train de s’exprimer. Il en naît une espèce de connivence, de joute intellectuelle des plus agréables.

Sur les routes de Forêt noire

La journée se déroule à travers champs de blé et autres cultures. La région est austère, assez peu de monde à vélo. Le paysage n’a plus rien à voir avec la magnifique vallée de la veille. Le fleuve commence à prendre de l’ampleur et ne ressemble plus à la petite rivière sinueuse des jours précédents. Nous traversons de grands villages agricoles déserts, cependant fort bien entretenus. La piste n’est pas toujours le long du fleuve, et les petites côtes à plus de dix pour cent nous surprennent plus d’une fois et nous forcent à terminer à pied ou à faire demi-tour pour tomber quelques vitesses.

Village de Bavière dans la vallée du Danube

Fontaine en Baviere
Arrivée à Ulm, qu’il est agréable de pénétrer dans une grande ville sans avoir à subir le trafic dense des bretelles périphériques. La piste nous mène au cœur de la cité au pied même, ou presque, de la cathédrale.

Ulm Cathédrale et Danube

Après la visite de cet édifice imposant et un petit tour dans la ville nous reprenons notre chemin. Nous perdons la piste et nous errons dans un village, Böllingen, éloigné du Danube. Une personne nous indique l’itinéraire. Cela paraît bien compliqué, nous nous sommes bien fourvoyés. Puis notre interlocuteur nous propose de planter nos tentes dans son jardin et nous offre une bonne douche. Il m’accompagne au supermarché du coin à vélo, puis une fois de retour son épouse et lui nous invitent à manger. Avant le repas, Pam Pam, le chat de la famille inspecte ma tente. Je m’approche et lui parle en l’appellant Boum Boum, ce qui déclenche l’hilarité des maîtres. La soirée sera charmante et animée, certes pas mal arrosée . Nous déclamons la Lorelei et Erlkönig. Rosie et Klaus nous laisseront l’un de nos meilleurs souvenirs de voyage. Comme quoi les erreurs peuvent procurer de très bonnes surprises.

Cyclotourisme en Allemagne

 

Chemins de cyclotourisme vers le Danube en Bavière

Au matin Klaus nous accompagne à bicyclette jusqu’à la Fahradweg pour nous remettre en piste. Elle se situe à plus de six kilomètres, nous étions vraiment partis loin. Cela peut paraître bizarre de se perdre en suivant un fleuve, mais le cheminement n’est pas si facile surtout lorsque l’on n’a pas de carte précise. Au cours des jours à venir nous aurons encore quelques détours non prévus. Nous finirons par chercher un document afin de rester sur la piste. Effectivement nous trouverons des carnets très bien conçus qui permettent de cheminer sans se perdre. Le Danube allemand est décrit en deux ou trois volumes et la partie autrichienne en un seul. Je conseille très vivement de se les procurer au cours du trajet. On les trouve dans les librairies et les syndicats d’initiative.
Ingoldstadt La journée sera occupée encore à traverser de vastes régions agricoles un peu tristes. Parfois nous sommes tout proches du fleuve, parfois un peu plus loin. Le temps couvert ajoute une touche d’austérité au décor. Aujourd’hui, nous rencontrons peu de cyclistes. Généralement, nous faisons un premier arrêt vers dix heures, car immanquablement une jolie pâtisserie se trouve sur notre route et nous nous empiffrons de gros gâteaux à la crème. Il faut en profiter car avec une moyenne de plus de cent kilomètres par jour, nous ne risquons pas de grossir. Un camping communal très agréable nous accueille à Neuburg, pratiquement en plein centre.

Neuburg am der Donau

Après une bonne nuit, qui a permis d’effacer toute trace de fatigue de l’étape de la veille qui totalisait cent trente kilomètres, nous repartons sur un bon rythme. La matinée sera très agréable à pédaler sur chemin, souvent en forêt. Nous visitons la très jolie ville d’Ingoldstadt, très propre et aux façades magnifiquement ornées, comme un peu partout le long du Danube allemand. A midi en pleine nature au pied d’un chêne centenaire, une table et des bancs nous invitent à la pause. Que le lieu est paisible! L’après-midi le décor change, la région devient plus touristique. Les bateaux de plaisance commencent à envahir le fleuve.

Ingolstadt office du tourisme

 

De toute évidence nous abordons des lieux de villégiature prisés. Cependant nous ne ressentons jamais la pression des vacanciers. Peut-être que le fait d’être de passage et d’alterner régions plus ou moins fréquentées nous permet justement d’apprécier les passages où il y a plus de monde. La halte du soir se fait à Regensburg, magnifique ville, dans laquelle nous partons à la découverte, pris sous le charme du style.

Regensburg Façade David contre Goliath

Un Allemand nous dit que le maire de la ville avait des relations avec les Anglais durant la guerre, raison pour laquelle la ville a été épargnée. Cela ne me paraît pas très plausible. Cela n’empêche pas la réflexion. Quand on pense à tout ce que les êtres humains se sont évertués à détruire chez leur voisins et même chez eux, on imagine la liste immense des chefs d’œuvres engloutis et perdus à tout jamais. Un vieux pont de pierre est le point de focalisation des touristes étrangers.Donau Danube en Allemagne

La nuit ne sera pas très bonne. En effet d’une part la densité de tentes est conséquente et un ronfleur à proximité agrémentera le calme nocturne, d’autre part une sensation de culpabilité à cause de ce voyage de deux mois sans ma compagne crée en moi un malaise. Si l’on s’écoutait, ou plutôt si l’on tenait compte des comportements que notre société veut nous imposer, on ne ferait pas grand chose. En effet, il y a toujours une, voire plusieurs, raisons pour rester chez soi. On part toujours malgré. Et ce malgré, il faut le gérer en son âme et conscience et ce n’est pas toujours facile. Mais ne pas assouvir ses envies, rester bridé, enfermé par les conventions n’est pas non plus une solution. En effet, c’est sans doute un très bon moyen pour que les relations de couple se détériorent aussi, car on risque de reprocher à l’autre cette forme d’enfermement. D’un autre côté je comprends très bien que l’on m’en veuille de partir seul si longtemps. Mais que faire? Sans doute ne pas trop penser et essayer de téléphoner tous les jours pour montrer que l’on part non par désintérêt de l’autre, mais poussé par ce besoin d’activité sportive intense et un grand besoin d’errance. Je me plonge dans «Anatomie de l’errance» de Bruce Chatwin. Il essaie d’analyser pourquoi l’homme a ce besoin de vagabondage.

Danube en Bavière

Je commence à roder mon mode de fonctionnement. Le rangement de mes affaires se fait de plus en plus vite. Tout est organisé autour de mes deux sacoches arrières, ma sacoche de guidon et mon sac North Face que je mets sur le porte-bagages. Chaque chose doit invariablement avoir la même place et cela va du couteau en passant par la burette d’huile jusqu’aux plus volumineux objets. En gros l’une des sacoches abrite mes habits, la seconde tout ce qui concerne le couchage tente comprise, la sacoche de guidon le petit matériel que l’on peut utiliser sans préavis, cela va du petit outillage en passant par la brosse à dents, les lunettes, frontales etc. Dans le sac North Face les matériels autres, livres, canne à pêche, chargeurs, matériels de rechange vélo…

En camping à vélo on est très vulnérable face à la pluie, donc toujours être en situation de mouiller le moins de choses possibles. Tout est réparti en une quinzaine de sacs congélation de tailles différentes. Pour renforcer la fermeture des sacs plastiques et diminuer l’encombrement, deux élastiques de bonne résistance autour de chacun. Une fois que la tente est montée le sac de couchage et le matelas installés, le reste restera prudemment à sa place dans sacoches et sac pour la nuit. Une sacoche à la tête une aux pieds, le sac sous le double toit. En cas d’intempérie tout est vite plié et ces manœuvres sont effectuées sous tente. Seul ce dernier élément sera plié sous la pluie, ce qui au demeurant n’est pas un problème.

Départ de Regensburg, la journée de vélo sera particulièrement agréable. Un bon vent nous pousse ce qui est très sensible sur la moyenne qui monte immédiatement autour des vingt-cinq kilomètres à l’heure. Sur une trentaine de kilomètres un Allemand en VTT nous accompagne et nous discutons à bâtons rompus. Ensuite nous mettons la tête dans le guidon, car nous devons impérativement être à Bratislava dans quatre jours et il nous reste à parcourir de l’ordre de cinq cents kilomètres. En effet nous avons rendez-vous avec un Slovaque, qui s’appelle Slavo. Il se propose de nous faire découvrir son pays au cours du week-end, car il travaille la semaine. Donc nous ne pouvons nous permettre de prendre un jour de retard si nous voulons que Slavo soit disponible. Jean l’avait connu deux ans auparavant au cours d’un voyage à vélo dans le nord de l’Albanie. Tous deux s’étaient promis de se revoir au cours d’un voyage futur.

Le vent nous pousse toute la journée, cela procure un gros plaisir. J’ai plus l’impression de glisser que de rouler, et cela se fait avec assez peu d’efforts. A midi arrêt une fois de plus dans une superbe pâtisserie et nous mangeons chacun deux énormes gâteaux à la crème, très beaux et très bons. On les fait glisser avec un bon café. Que ces lieux sont agréables en Allemagne. Les serveuses sont toujours serviables et souriantes à l’instar de l’immense majorité des personnes auxquelles nous nous adressons. Comment un peuple si pétri de civisme et d’humanité a pu se laisser entraîner dans la deuxième guerre mondiale?

Le soir après une étape de plus de cent quarante kilomètres un camping sympathique nous accueille à quelques kilomètres de Passau. Quelques gouttes crépitent sur la toile de tente. Pour le moment rien de grave mais le temps semble vouloir changer.

Au matin visite de cette ville magnifique de Passau au confluent de trois rivières. Je fais mettre une béquille à mon vélo. Et bien entendu c’est du matériel allemand, solide et bien conçu. Le mécano la fixe au niveau de la roue arrière et c’est vraiment mieux pour la stabilité. Encore quelques kilomètres et l’Autriche nous ouvrira ses pistes.

 

Passau sirène du Danube

 

L’Allemagne ; un pays où l’on a envie de revenir

Cette semaine passée en Allemagne nous donne vraiment envie d’y revenir. On s’y est senti très bien. Les automobilistes dans les villes, lorsque nous nous promenions à vélo ont toujours été d’un civisme et d’une prudence exemplaire, faisant particulièrement attention aux règles de circulation. De plus en une semaine nous avons vite pris l’habitude de nous arrêter quotidiennement dans de magnifiques pâtisseries, où bien installés nous faisions de longues poses. Les gens se sont toujours montrés très gentils et serviables. Et puis ces villes aux rues et aux maisons impeccables, souvent peintes de façon remarquable, nous avons pris goût à nous y arrêter et à les contempler. C’est avec un peu d’appréhension que nous quittons ce pays qui nous a tant plu et si bien accueillis.

Cependant en Autriche, nous ne nous attendons pas à trouver de grosses différences ce en quoi nous nous trompons un peu. Par contre concernant les pays suivants, nous nous attendons à tomber dans l’exotisme le plus total. Là encore nous nous trompons, n’oublions pas que tous ces pays font partie de l’Union Européenne et qu’il n’y a plus de frontière, plus aucun contrôle, ce qui implique une certaine homogénéité. Cependant nous allons vivre de belles expériences. Ces pays que sont la Slovaquie, la Pologne et les pays baltes, sont très différents dans leurs zones touristiques et dans celles qui ne le sont pas.

Voyagez curieux à votre mesure en Allemagne avec IDEOZ
Découvrez nos informations et bons plans exclusifs !

C'est réservé à nos abonnés, gratuit et sans engagement. Abonnez vous !

Besoin d’aide pour préparer votre voyage en Allemagne?

Des questions sur cette destination? Pour obtenir des conseils de voyage personnalisés, postez vos questions sur le forum ou contactez nous et sur le Tchat. Consultez aussi le guide voyage dédié à l’Allemagne et le guide Berlin en pratique

» Retrouvez les discussions sur l’Allemagne…

conseillers voyageurs sur l'Allemagne sur le forum IDEOZ
Découvrez le forum Allemagne - Posez vos questions voyage?

21 sujets de 1 à 15 (sur un total de 352)
Créer un nouveau sujet dans “ALLEMAGNE”
Vos informations:








Partager
A propos de l'auteur

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!


Commandez des brochures touristiques gratuites sur l'Allemagne

Nous vous rappelons que notre partenaire l'office du tourisme d'Allemagne ou de Bavière s'autorise s'il le souhaite et sans motivation à ne pas donner suite à votre requête et à ne pas vous adresser de brochures.

(5 cases au maximum)
(3 choix maximum)
ATTENTION !!! Cette étape est indispensable pour que la meilleure aide vous soit fournie ; posez vos questions, évoquez vos besoins, goûts et recherches en détails.

En cliquant sur "Envoyer ma demande" ci-dessous, vous acceptez sans réserve les CGU d'IDEOZ : Pour en savoir plus : https://voyages.ideoz.fr/cgu/

Vous reconnaissez avoir pris connaissance des conditions d'utilisation du site Ideoz (*) et vous acceptez de recevoir des informations par email, d'être contacté(e) par l'office national du tourisme, l'administrateur Ideoz et leurs partenaires. Vous acceptez qu'un compte membre soit créé sur la plateforme IDEOZ pour que vous puissiez accéder à ces informations, recevoir les lettres d'informations et profiter pleinement des services d'IDEOZ. Si l'administrateur le juge utile, vous autorisez que vos messages et questions soient publiés sur le forum ou le site IDEOZ.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!