70 vues

Black Swan de Darren Aronofsky

0

Black Swan de Darren Aronofsky a été présenté en compétition au festival de Venise en 2010. Avec Black Swan, Darren Aronofsky plonge le spectateur dans l’univers de la danse classique, revisite le thème du Lac des Cygnes et révèle le côté obscur de cet art exigeant. L’héroïne, une danseuse en quête de perfection dans son art, incarnée par la sublime Natalie Portman, se retrouve confrontée à elle-même et va alors se métamorphosée, en découvrant la peur de l’échec… Ou quand le rêve d’incarner le Cygne blanc finit par tourner à l’obsession…

Venise 2010 / En compétition

Avec Black Swan, Darren Aronofsky frappe une nouvelle fois très fort. On comprend du même coup d’autant plus mal qu’on lui ait préféré, entre autre, le film de Sofia Coppola pour le palmarès de la dernière Mostra de Venise…

Somewhere n’est pas un mauvais film. On l’a même défendu ici. Mais quand on place le travail de Sofia Coppola à côté de celui de Darren Aronofsky, il y a comme un gouffre manifeste, et à tous points de vues. Les deux jeunes cinéastes américains appartiennent à la même génération, ont démarré leurs carrières respectives au même moment ou presque et frappé fort immédiatement (Virgin Suicides en 99 pour l’une, Pi en 1998 pou l’autre). Le parallèle s’arrête presque là. Car si les deux ont chacun reçus le Lion d’Or à Venise pour leur 4e long-métrage – et l’un comme l’autre pour leur film le plus minimaliste jusqu’alors – force est de constater que l’on a d’un côté une Sofia Coppola qui se renouvelle peu et de l’autre un réalisateur qui se met en danger constamment et, s’il explore film après film les mêmes thématiques, parvient à changer de registre souvent.


Darren Aronofsky est le cinéaste de la distorsion, qu’elle soit visuelle ou sonore, physique ou mentale. Il y a tout ça de contenu dans Black Swan. Le film est a priori perçu comme une variation du Lac des cygnes de Tchaïkovski. Aronofsky met en parallèle son récit avec celui du ballet et conte la transformation de son héroïne.

Cette transformation n’opère que dans le cadre d’un schéma typique de tous les films de Aronofsky, exception faite de The Fountain qui est un cas à part. Quoique. Les personnages de Aronofsky sont tous poursuivit par une obsession qui va les conduire directement à la folie autodestructrice. Max Cohen (Pi) est obsédé par le décodage de la Bourse, Sara et Harry Goldfarp (Requiem for a dream) sombrent eux aussi dans la paranoïa via les drogues qu’ils consomment dans la poursuite de leurs rêves. The Fountain est le récit d’un amour obsessionnel. Quant à Randy dans The Wrestler, il est une victime expiatoire, puis récidiviste, de son obsession pour son sport. Chacun de ces personnages est finalement sanctionné lourdement. Tout sont gagnés par une forme de folie mégalomaniaque qui se transforme en paranoïa et conduit directement à leurs sacrifices. Ce schéma fluctue évidemment d’un film à l’autre mais il y a là les ingrédients récurrents de la structure typique du cinéma de Darren Aronofsky.


Tout cela est contenu dans Black Swan. Pour Nina (Natalie Portman), sa quête est celle de la perfection dans son art, le ballet. Elle commence à ne plus être tout à fait jeune, et entrevoit la possibilité de son échec lorsqu’elle croit que le rôle principal d’une nouvelle mise en scène du Lac des cygnes par Thomas Leroy (Vincent Cassel), lui échappe. Nina lie, involontairement semble t’il, son destin à celui de son personnage dans le ballet. La nature réservée de Nina est un frein pour elle comme le lui annonce d’emblée Thomas. Elle est parfaite, par sa fragilité et sa beauté, pour incarner le cygne blanc. Pour obtenir le rôle, elle devra alors opérer à une transformation, comme dans le ballet lui-même, qui fera d’elle le cygne noir que Thomas veut offrir au public.


Pour arriver à ses fins, Nina n’a a priori qu’une alternative : le travail acharné. Elle en passe en effet par là, quitte à martyriser son corps (comme Randy dans The Wrestler). Elle se tord la cheville, son stress l’amène a se gratter frénétiquement et jusqu’au sang son omoplate droite, etc. Plus elle avancera vers l’accomplissement de sa mutation, plus son corps va subir des blessures. Son corps se distord et en même temps son mental.

Comme la plupart des autres personnages de Darren Aronosfky, Nina sombre dans la folie. Black Swan commence par une séquence fantasmée, le rêve de Nina en cygne blanc. Ce rêve poursuivit jusqu’à l’obsession la plus littérale l’amène à la remise en cause de tous ses repères, y compris celui sexuel, et à la naissance d’un double maléfique qu’elle va nourrir. Black Swan devient alors un conte noir, le récit d’une descente aux Enfers paranoïaque et cauchemardesque. Darren Aronofsky tord ainsi progressivement la réalité de son héroïne. Quand les repères de celle-ci sautent, quand les doubles se confondent, ce sont ceux des spectateurs qui volent en même temps. Car tout est perçu du point de vue de Nina. Sa plongée aux pays des cauchemars est donc la nôtre.


Darren Aronofsky livre en effet, comme à son habitude, un film à hauteur de ses personnages. A l’exception de The Fountain, sa mise en scène épouse le point de vue de ses anti-héros. La réalisation est entièrement subjective.
Darren Aronofsky opte pour une forme naturaliste, une caméra qui accompagne les personnages dans un environnement simple, ou la lumière semble naturelle. La réalisation rappelle celle minimaliste – qui évoquait le style des frère Dardenne – de The Wrestler mais s’en démarque finalement. Ici, la caméra portée s’oublie instantanément. Le cadre est maitrisé, l’image bouge peu. Ce qui fait la différence, c’est le montage qui induit là ruptures et même fractures. C’est par le montage que Darren Aronofsky distord sa mise en scène, casse peu à peu la fluidité de l’ensemble.
La bande-son est conçue de la même façon. La musique douce et limpide de Tchaïkovski se heurte aux variations sonores crées par Clint Mansell, celui-là même qui a signé les bandes-originales de tous les films de Aronofsky. L’univers visuel et sonore du film est ainsi malmené de façon progressive, notre perception sensorielle évolue et nous conduit à une crispation, un sentiment d’épouvante qui est celui que Nina traverse en même temps qu’elle change et sombre.

De film en film, le parcours de cinéaste de Darren Aronofsky gagne chaque fois en cohérence. Black Swan représente une forme d’accomplissement, une oeuvre aux multiples facettes qui enrichit la lecture de tout son travail jusqu’alors. Le film est brillant d’un bout à l’autre, fascinant et terrifiant. Et Darren Aronofsky offre sur un plateau à Natalie Portman ce qui sera sans doute pour longtemps son plus grand rôle.


L’actrice incarne idéalement la fragilité de son personnage, à tel point que l’on se retrouve comme Thomas dans le film, à douter de sa possible révolte. Et pourtant oui, subtilement, son jeu se transforme, gagne en intensité et en puissance physique. Par toutes les souffrances que son personnage impose à son corps, Black Swan devient un film viscéral, et cette perception là passe par l’incarnation de l’actrice, qui se consacre corps et âme à son rôle. Le reste du casting est idéal aussi.

Vincent Cassel dans le rôle de Thomas, est celui qui bouscule tous les équilibres apparents. Son éloquence induit un cynisme et une ironie qui aèrent le film de sa lourdeur dans laquelle il s’installe (enfermement physique et mental, dans l’appartement de Nina et de sa mère castratrice, dans la salle de répétition). Le cynisme de Thomas augmente même le caractère cauchemardesque et malsain du film dans son ensemble.
Quant à Mila Kunis, elle incarne un double parfait pour le personnage de Nina, c’est à dire sauvage, spontané, sexuel. Par leurs différences radicales de tempérament, leurs personnages rentrent en confrontation jusqu’à ce que le duel qu’elles se livrent se confonde en un dédoublement chez Nina. Lilly est simplement le modèle de cygne noir vers lequel Nina tend, ce qui ne va pas aller sans confusion.

Le conte noir de Darren Aronofsky a quelque chose d’absolu qui fait que l’on ne sort pas totalement indemne de l’expérience de Black Swan. C’est un film impressionnant et vertigineux qui hante le spectateur au-delà de sa seule projection.

Benoît Thevenin


Black Swan – Note pour ce film :

Sortie française le 9 février 2011



Partager

A propos de l'auteur

Laterna Magica "Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs" ______________________________________________________________________________________________________________________ Le blog cinéma de Lanterna Magica ___________________________________________________________________

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!