1 307 vues

Je viens d’ailleurs de Chahdortt Djavann ; un réquisitoire contre tous les intégrismes

7

Chahdortt DjavannDans son roman Je viens d’ailleurs, Chahdortt Djavann raconte l’histoire d’une petite fille de douze qui doit lui ressembler étrangement, qui devient une jeune fille au moment où, en Iran, les islamistes versent le sang au nom d’Allah et traitent les femmes comme leurs animaux et même peut-être pas si bien. un réquisitoire contre tous les intégrismes.

« On me demande souvent d’où je viens. Cette question, je me la suis posée à mon tour, et ce livre est ma réponse. Je viens d’où je parle, je viens d’où je regarde. Je viens d’ailleurs. » Cette petite fille, elle pourrait être elle, Chahdortt Djavann, petite Iranienne d’une douzaine d’années qui rencontre l’histoire, celle qui s’écrit avec du sang et des larmes, un jour de 1979 quand les « pasdaran », les commandos islamiques surgissent dans son lycée et massacrent les élèves révoltées contre la dictature mise en place par le régime islamique.

Je viens d’ailleurs de Chahdortt Djavann ; le livre de la révolte

je viens d'ailleurs chahddort djavann

 Chahdortt Djavann raconte dans ce petit livre et en quelques scènes la vie d’une gamine qui devient une jeune fille sous ce régime qui écrase le peuple et surtout les femmes qui sont ramenées à l’état animal, vouées  à la procréation d’enfants, mâles de préférence. Ces années « elles m’ont appris que pour survivre il fallait renoncer à vivre ». Après les années lycée et la révolte, viennent les années d’étudiante et la soumission, le temps de l’exil et le retour pour trouver le vide, la culpabilité d’avoir échappé à ce monde, le désespoir, la résignation et un énorme gâchis.

Les années qui ont suivi mon adolescence furent sanglantes. Elles m’ont appris que pour survivre, il fallait renoncer à vivre. J’ai appris à me taire. A ne plus me révolter. A ne pas voir, ne pas comprendre, ne pas ressentir. J’ai appris à ne plus être tout ce que j’étais. (p. 73)

C’est un livre de la révolte, de la douleur mais jamais de la résignation ni de la haine, c’est aussi un acte d’amour de  Chahdortt Djavann envers le pays qu’il l’a reçue et qu’elle a aimé. « Cette langue a accueilli mon histoire, mon passé, mon enfance, mes souvenirs et mes blessures. Cette langue m’a accueillie. Elle m’a adoptée. Je l’ai adoptée. Mais, quels que soient nos efforts mutuels, les vingt-quatre ans que j’ai vécu sans elle laisseront à jamais une lacune en moi. »

Chahdortt Djavann nous emmène dans sa douleur et dans sa révolte avec l’émotion, la douceur et la dignité qu’elle doit peut-être à la pratique de la langue perse qui se prête si bien à la poésie, mais qui n’altère en rien la puissance du témoignage et l’indignation qui envahit le lecteur qui croit ressentir jusqu’au fond de sa chair, toute cette violence gratuite et stupide répandue au nom d’un soi-disant dieu qui aurait été bien peu recommandable pour imposer un tel traitement à des âmes aussi innocentes. Un réquisitoire implacable contre tous les intégrismes qui envahissent notre monde.

Retrouvez tous les livres de Chahdortt Djavann

 

 Pour en savoir plus sur Chahdortt Djavann:

 

 Echanges entre Chahdortt Djavann et Zemmour à propos de la langue dans On n’est pas couché


Zemmour face à Chahdortt Djavann par prince_de_conde



Partager

A propos de l'auteur

Retraité depuis juin 2007, je suis un dirigeant sportif très impliqué mais surtout un passionné des littératures du monde. "La littérature pour passion, le sport pour engagement" De formation historienne, maîtrise, que je n'ai jamais utilisée dans mon job que j'ai exercé pendant plus de 33 ans dans une institution qui se préoccupe de l'économie et de la vie des entreprises.

7 commentaires

  1. Vu mon rythme de lecture, j’ai un peu honte d’avoir mis plus d’un an pour arriver enfin à ouvrir ce livre, mais depuis que je l’ai entamé, je ne le lâche pas. La langue est directe, juste, bien écrite … Le récit est intéressant et jusqu’à présent (page 130), j’ai toujours apprécié la tension, les images qui font ressortir la difficulté de la vie sous la direction des mollahs. Bien que je n’ai pas encore terminé, le chapitre qui m’a le plus marquée est celui consacré à la petite. Hélas, le sort n’aurait pas été différent dans bien des pays du monde, islamistes, mais pas forcément, quand on y réfléchit. Quel est le chapitre qui t’a le plus touché?

  2. Je viens de le commander … Je lis hélas très lentement pour répondre à toutes les lectures que tu nous suggères, mais dès que j’aurais terminé Geisha de Liza Dalby (à lire absolument pour qui a envie de découvrir l’univers des saules et des fleurs avec un mélange de récit, de témoignages et d’informations issues de sa thèse), je vais m’attaquer à ce livre de Djavann…

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!