479 vues

Château de Chenonceau, un rêve de dames, le plus élégant château de la Loire

0

La région des Châteaux de la Loire concentre le plus grand nombre de châteaux au monde. Mais le château de Chenonceau, enjambant le Cher, à l’image du rêve d’une dame, est probablement le plus élégant et l’un des plus incontournables au coeur du Val de Loire.

Voir Chenonceau ou le revoir, voilà une idée d’excursion toujours appréciés dans la région des châteaux de la Loire. Et comment ne pas se laisser séduire par la beauté des ciels, l’élégance du site, le miroir des douves…

château de chenonceau

Le château de Chenonceau, le rêve de Catherine Briçonnet

Le château de Chenonceau est sans nul doute le plus délicat des châteaux de la Loire. Partout les raffinements de la galanterie ont guidé la main des architectes et des jardiniers. Une inspiration féminine s’y fait sentir. Celle de Catherine Briçonnet qui sur un moulin fit bâtir un château ; celle de Diane de Poitiers qui sur le Cher fit construire un pont ; celle de Catherine de Médicis qui sur le pont édifia un palais. Ainsi naquit une demeure pleine de grâce et de légèreté.  

Implanté au coeur du Val de Loire, dans un lieu où tout conspire à la promenade et à la rêverie et où le souvenir de Léonard de Vinci, de Rabelais, Ronsard et du Bellay perdure, le château de Chenonceau apparait penché au-dessus des eaux vertes du Cher dans les marbrures dorées des aurores ou les étreintes fulgurantes des crépuscules comme un rêve de dame.

Ce rêve fut d’abord celui de Catherine ou Katherine Briçonnet. La première dame de Chenonceau héritait d’une vieille forteresse que son époux Thomas Bohier s’empressa de détruire et à la place de laquelle cette femme de goût et d’autorité va élever un logis rectangulaire agrémenté de quatre tourelles.  La construction sera placée sous la responsabilité de Pierre Trinqueau qui, par la suite, sera l’un des architectes de Chambord. Le pont-levis d’origine donnait accès à une vaste terrasse qui menait à un portail ouvragé où se trouvaient gravées les initiales des époux bâtisseurs TBK, ainsi que leur devise : ” S’il vient à point, me souviendra “. Lorsqu’ils meurent en 1524 et 1526, François Ier est roi de France et, au cours de ses séjours prolongés dans la région, apprécie tant le charme de Chenonceaux qu’il en fait don à son fils Henri II, époux de Catherine de Médicis, mais surtout amant de la belle Diane de Poitiers qui ne va pas tarder à s’éprendre des lieux et à se les faire attribuer par lettres patentes. Elle en deviendra propriétaire au printemps 1555 et, sous la conduite de Philibert de l’Orme, architecte du roi, s’emploiera à construire le pont qui relie les deux rives du Cher. Ensuite, elle se consacre avec passion à ses jardins et y dépense des sommes considérables. Il ne faudra pas moins de 14000 journées d’ouvriers, de maçons, de jardiniers, pour mener à bien cette entreprise et créer les allées obliques qui divisent le parc en huit triangles, aligner arbres, fleurs, parterres, bassins, fontaines.

chateau chenonceau

Château de Chenonceau, d’une Catherine à l’autre…

Lorsqu’en 1559, Henri II meurt des suites d’une blessure reçue lors d’un tournoi, Catherine de Médicis, qui veillait dans l’ombre, a tôt fait de prendre la tête du royaume au nom de son fils François II marié à la délicieuse Marie Stuart et, reléguant sa rivale à Chaumont, de devenir la nouvelle châtelaine de Chenonceau. Italienne, la reine ne l’est pas seulement d’inspiration. Pour son château, chèrement acquis, elle déploie autant de goût que d’audace et entreprend de faire construire une galerie à deux étages sur le fameux pont de Philibert de l’Orme. Commencés en 1576, ces travaux ambitieux ne s’achèvent qu’en 1581. Henri III est alors roi de France, après la disparition de ses deux frères François II et Charles IX, et la reine ne cesse de donner à son intention des fêtes somptueuses qui se clôturent par des feux d’artifice et des spectacles allégoriques. Dès cette époque, le château et ses jardins ont déjà la configuration qu’ils ont aujourd’hui.

A la mort de Catherine, Louise de Lorraine, sa bru, qui enterre la même année sa belle-mère et son époux Henri III, hérite des lieux mais elle est trop affligée par ses épreuves ( elle sera appelée la reine blanche car toujours vêtue de blanc selon l’étiquette du deuil royal ) pour envisager de changer quoi que ce soit à la demeure, d’autant qu’elle est accablée de soucis financiers. Après elle, César de Vendômois, fils légitimé d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées s’attachera à perpétuer le rêve de la reine de coeur et de la reine de France, si bien que le château et ses jardins conservent leur tracé italien avec les allées en berceau et les promenoirs. En 1650, le jeune roi Louis XIV sera le dernier hôte d’un château bientôt déserté par l’administration royale et la Cour. Dès lors, la résidence ne vit plus qu’avec ses fantômes. Comme sont loin  les fêtes pastorales d’antan où, devant les yeux admiratifs de la petite reine Marie Stuart, des fontaines jaillissaient à chaque détour, où se dressaient des autels antiques au long des allées, où des personnages glissaient entre les arbres et les parterres de fleurs dans des costumes rehaussés d’or, ainsi qu’il convient à un rêve de dame ! Le château, acheté par la famille Meunier, a retrouvé toute sa splendeur et ouvre ses jardins et ses appartements aux visiteurs sous le charme de cette grâce souveraine. 

infoEn savoir plus sur le château de Chenonceau:



Partager

A propos de l'auteur

Enfant unique, j’ai eu très tôt envie de me créer un monde imaginaire et me mis à rédiger des poèmes et des contes. A 18 ans, j’écris "Terre promise" qui sera publié deux ans plus tard sous le pseudonyme d’Armelle Hauteloire et me vaudra d’être remarquée par plusieurs personnalités du monde littéraire. Après des études d’art et de journalisme, je reprends, après mon mariage, des études de psychologie et de graphologie et exerce la profession de graphologue pendant plusieurs années. En 1983, je reviens à mes premiers amours : la poésie ... En 1998, je commence une série de quatre ouvrages pour la jeunesse. Le thème de la mer a toujours été très présent dans mon univers poétique et ce, d’autant plus, que je demeure sur le littoral normand et que mon mari est un marin confirmé. Je viens de publier ( juillet 2009 ) un récit " Les signes pourpres" qui se déroule en Afrique parmi les populations Massaï, Samburu et Kikuyu et j’ai réuni sous le tire "Profil de la nuit", un itinéraire en poésie, une grande part de ma production poétique. Sans compter mon blog "La plume et l’image"que j'anime depuis 3 ans et où j'ai consacré une rubrique à l'évasion, soit aux voyages, une autre à la littérature, une troisième au 7e art. Ma participation à Ideoz va de soi, puisque voyages et culture y sont intimement liés. Donc bon vent à tous... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Blog INTERLIGNE - Armelle sur FACEBOOK

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!