156 vues

Un garçon fragile – le projet Frankenstein de Kornel Mundruczo (Cinema hongrois)

0

Le cinema hongrois est rare en France. C’est un festival comme Cannes 2010 qui l’a mis à l’honneur avec le film Un garçon fragile – le projet Frankenstein (Szelid teremtes – A Frankenstein Terv) du réalisateur hongrois Kornel Mundruczo… Un jeune homme fragile ayant passé une partie de sa vie en maison de correction, part sur les traces de son père jusqu’à ce que sa vie bascule lors d’un casting de film…

Film drame – Cinema hongrois

Cannes 2010/En Compétition

Kornel Mundruczo n’a que 35 ans mais s’enferme chaque film davantage dans un mutisme désespéré qui finit par inquiéter. Deux ans après Delta, le cinéaste Hongrois est revenu en compétition à Cannes avec Un Garçon fragile – Le Projet Frankenstein, une variation de l’histoire inventée par Mary Shelley. Ce que l’on avait noté avec Delta, c’est à dire la fascination morbide du cinéaste pour les ténèbres, on la retrouve encore, déployée à une échelle plus modeste (car Delta est particulièrement impressionnant, au moins du seul point de vue esthétique), mais ou l’espace pour un quelconque espoir reste invariablement étriqué, sinon inexistant. C’est un préalable indispensable à la vision de n’importe quel film de Mundruczo : on est pas là pour s’amuser et mieux vaut ne pas être dépressif.

Le garçon fragile du titre est un jeune homme sur les traces de son père. Après une enfance passée en maison de correction, il revient d’abord chez sa mère, puis se retrouve un peu plus tard, par hasard, dans un casting. Le réalisateur est séduit par l’innocence de l’acteur débutant mais les choses dérapent et le garçon tue une actrice partenaire… Comme la créature chez Mary Shelley, le garçon, malgré son apparente innocence se révèle malgré lui un monstre qui accumule sur son passage les meurtres, plus ou moins involontairement.

Mundruczo construit à partir de ce synopsis reconstitué une histoire tragique ou père et fils vont se retrouver et avancer ensemble sur le chemin d’un rédemption qu’ils n’atteindront pas. Un Garçon fragile confirme le talent de cinéaste de Mundruczo, dont la mise en scène, pourtant réduite ici à un certain minimalisme et dans le décor serré d’un immeuble délabré, est fascinante de sophistication. Comme dans ses précédents films, Mundruczo fait le choix d’une radicalité dans son style qui aura vite fait encore de laisser beaucoup de monde sur le bas côté. Le film est pour grande partie mutique, livre quelques unes de ses réponses par la symbolique de sa mise en scène. Il y a alors peu d’air pour se libérer de la chape de plomb que le cinéaste impose par l’ambiance constituée et la lenteur du rythme. Le film est plombant vous l’aurez compris, et il faut sans doute s’y préparer un peu. Car malgré son caractère irrémédiablement pessimiste et glacial, Un Garçon fragile réaffirme l’ intransigeance de Mundruczo. Le cinéaste peut-être autant écoeurant, voir dérangeant, mais son potentiel est immense.

Benoît Thevenin


Un Garçon fragile – Le Projet Frankenstein – Note pour ce film :

Réalisé par Kornel Mundruczo
Année de production : 2009



Partager

A propos de l'auteur

Laterna Magica "Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs" ______________________________________________________________________________________________________________________ Le blog cinéma de Lanterna Magica ___________________________________________________________________

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.