154 vues

Colombo Chicago de Mary Anne Mohanraj

2

Entre Colombo, où elle est née, et Chicago, où elle vit maintenant, Mary Anne Mohanraj évoque la vie de ces femmes qui ont vécu au Sri Lanka ou en Amérique et même parfois de chaque côté des océans, avec le poids de la tradition et des castes qui ne favorisait pas leur vie de femmes. Un livre sur le désenchantement et la désillusion de ces femmes qui ont cru gagner leur liberté et une vraie vie de femme avec leur éducation et leurs diplômes mais qui ont toujours échoué dans leur vie sentimentale.

Mary Anne dégringole l’arbre généalogique des Kandiah et des Vallipuram, deux familles ceylanaises  tamoules, même si quelques éléments osent des mariages interethniques avec des Cinghalais ou des blancs, appartenant aux hautes castes, plutôt aisées, cultivées et éduquées comme Sundar. « Il était cultivé, éduqué, riche, solide. Le patriarche d’un clan qui s’épanouissait. » Deux familles qui croiseront leur destin à travers deux mariages et dans les événements qui ont affecté la vie de leur communauté au Sri-lanka.

Au cours de cette visite de ces deux arbres généalogiques parallèles qui finissent par se rejoindre en certains points, la vie n’est pas très fidèle à la géométrie, l’auteur s’arrête sur le sort des femmes qui composent les diverses branches de cet arbre pour raconter leur destinée saisie à un moment décisif de leur existence. La visite commence vers les années quarante et s’achève au début de ce nouveau millénaire. Marie Anne dresse des portraits d’une de très grande précision, elle décortique ces femmes, les sonde, les analyse jusqu’au plus profond de l’âme pour comprendre comment elles vivent le sort qui leur est réservé.

Ainsi, à travers toutes ces femmes, elle dresse le portrait de la femme ceylanaise, le portrait de la femme exilée, le portrait de toutes les femmes qui veulent échapper à leur condition de mère pour conquérir le droit à être autre chose, des femmes éduquées, des femmes cultivées, des femmes diplômées, des femmes actives, des femmes reconnues, des femmes aimées, … Mais la vie est bien difficile, la femme ceylanaise doit avant tout assurer la pérennité de la dynastie et l’exode en Amérique ne change pas facilement cette condition. Les femmes de cette histoire, même si elles ont conquis le droit aux savoir et aux carrières prestigieuses, ne rencontrent que désillusion et désenchantement dans des couples qui foirent systématiquement ou presque. A croire que l’auteur est convaincu que la vie à deux est impossible, sauf peut-être pour ce petit couple d’une extrême fragilité qui pourrait trouver une certaine sérénité dans une vie faite de simplicité, d’humilité, sans  grandes attentes ni ambitions.

Ce livre de la désillusion et du désenchantement se déroule sur fonds d’exil, d’intégration dans un continent très différent mais surtout dans un contexte historique difficile où les événements ont été souvent meurtriers : répression des colons anglais, fin de la colonisation et surtout affrontements entre Tamouls et Cinghalais. Mais il aborde aussi de nombreux autres problèmes comme, l’importance des castes et le poids de la tradition qui se heurtent aux aspirations de la modernité et laissent les jeunes dans une grande incertitude entre des comportements communautaristes et des aventures vers d’autres civilisations, d’autres cultures, d’autres mœurs.

Une histoire pleine de sensualité, à la limite de l’érotisme que ses femmes revendiquent dans cette galerie de portraits, de destinées plutôt, saisis dans un moment crucial de la vie de chacune, pour peindre un tableau plus général de la femme ceylanaise, de la femme tout court, en assemblant des petites touches et quelques traits comme dans une toile de Soutine. Avec des phrases courtes, efficaces, mais pas trop rapides car très précises et dans un débit très fluide, Mary Anne teste différentes forme de narration : journal, récit sous deux angles simultanés, … pour nous rappeler que ce roman est le fruit d’un travail de recherche qu’elle boucle par une leçon de cuisine tamoule qui sent comme une évocation de la tradition immuable. Car cette histoire ne devrait être que la suite du Ramayama qui conte la légende du roi Rama et de sa princesse qui lui est restée fidèle malgré la tentation.

Souhaitons tout de même à l’auteur de trouver plus de joie et moins de désillusion que ses personnages dans son propre exil de Colombo à Chicago et qu’elle soit plus apte au bonheur que ses femmes tamoules qui semblent incapables de trouver la moindre parcelle d’espoir hors d’une vie de soumission et de résignation. Mais, « Parfois, il y avait des fêtes, du plaisir, de la joie. » Alors …



Partager

A propos de l'auteur

Retraité depuis juin 2007, je suis un dirigeant sportif très impliqué mais surtout un passionné des littératures du monde. "La littérature pour passion, le sport pour engagement" De formation historienne, maîtrise, que je n'ai jamais utilisée dans mon job que j'ai exercé pendant plus de 33 ans dans une institution qui se préoccupe de l'économie et de la vie des entreprises.

2 commentaires

  1. Merci pour l’intérêt que vous avez porté à ce billet mais je ne suis pas un grand amateur de peinture seulement un ami des arts que j’aime bien associer des univers différents pour faire tomber des barrières.

    Bonne soirée

  2. Bonjour,

    Je me permets de vous contacter car j’ai vu que nous avions un point d’intérêt commun : le peintre Chaïm Soutine.

    Après trois ans de recherches à travers toute l’Europe, auprès de personnes l’ayant connu et de collectionneurs, etc, j’ai produit un film documentaire qui relate son parcours, son oeuvre.
    Il s’agit du seul film à l’heure actuelle traitant de cet artiste fascinant.
    Le documentaire “Chaïm Soutine” est disponible à la vente au format DVD au tarif de 25 euros, frais de port compris pour la France métropolitaine (30 euros hors Métropole) => http://www.lesproductionsdugolem.com/soutine/?lang=fr
    Si vous désirez l’acquérir, merci de me faire parvenir votre règlement par chèque à l’ordre de “Les Productions du Golem”, à l’adresse suivante :

    Les Productions du Golem
    24 rue La Bruyère
    75009 Paris

    Merci et à bientôt

    Murielle Levy
    Tél. : 01 43 15 08 03

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!