1 232 vues

La commémoration de la journée de l’artiste à Chlef

1

Sous l’égide du Conseil Consultatif Culturel de la wilaya de Chlef et sous le haut patronage de Monsieur Mahmoud Djemaa, Wali de Chlef, une soirée commémorative a été donnée à l’office des établissements de jeunes à Chlef.

JOURNEE NATIONALE DE L’ARTISTE

Abdelkrim El Houari - Présentateur de la soirée

Dès huit heures du soir, les invités commençaient à se rassembler et à prendre place dans la salle des festivités de l’Office des Établissements de jeunes, alors que des jeunes de l’office, sous la houlette de Monsieur Rachidi Kamel commençaient à s’affairer pour placer la sonorisation afin de permettre à tous les invités de suivre avec aisance les festivités prévues pour cette soirée.

Monsieur Rachidi, à la barre technique

Monsieur Beldjabri Youcef, après l’allocution de bienvenue à tous les invités, donna le feu vert à l’ouverture des festivités.

L’animateur, en l’occurrence Monsieur Houari Abdelkrim, annonça le programme après avoir souhaité la bienvenue à tous les présents sans oublier Mme Mahdi Meriem, fille de notre cher et regretté maître Mohamed Mahdi, dont la bibliothèque de wilaya porte son nom en lui souhaitant un heureux séjour dans sa ville natale.

Monsieur Mohamed Boudia, écrivain lors de sa conférence

Après une minute de silence en l’honneur des chouhadas d’Algérie, de Palestine et du monde arabe en général

Monsieur Mohamed Boudia, écrivain, fit une communication sur la vie du Chahid Ali Maâchi, chanteur et musicien, né à Tiaret en 1927, assassiné par les forces coloniales un certain 8 Juin 1958. Non contents de l’avoir lâchement assassiné, ses meurtriers l’ont pendu par les pieds sur la place Carnot (actuellement Place des Chouhadas) à Tiaret. Il fut l’un des promoteurs de la chanson chaâbi et de la chanson moderne et orientale. Ali Maâchi fut un artiste de talent et avait un nationalisme hors du commun. De retour de son service militaire dans la marine française en Tunisie, il fonde en 1953 une troupe musicale qu’il baptisa « Safir Ettarab » (l’Ambassadeur de la mélodie). Il eut plusieurs chants patriotiques et chansons engagées dont « Engham El Djazaïr » qui fut l’apogée des son œuvre musicale. Nous trouvons les titres suivants dont certains ont été enregistrés à la Radio Algérienne : « Ziaret Sidi Khaled » « hadhak El youm fi el achia » « ya chabba el hilal » « Ouassit El Goumri » « Nedjma oua hlal » « Elwelf ess’îb » « Tarik Ouahran » « Ramadhan ya babour » et bien d’autres chansons du terroir. Il mourut un certain 8 Juin 1958, lâchement assassiné avec ses compagnons, Mohamed Djahlane et Djilali Bensotra, tous trois sauvagement assassinés et pendus par les pieds au milieu de la place Carnot à Tiaret (actuellement Place des martyrs).

Il laissa ensuite la place à Monsieur Guerine Abdelkader, poète de renom, ayant plus de six publications de recueils de poésie dont un en France. Il nous gratifia par la lecture magistrale de plusieurs de ses poèmes à consonance engagée pour la cause palestinienne et pour la concorde civile.

Monsieur Guérine Abdelkader, déclamant ses poèmes

Ce fut ensuite au tour de Monsieur Chioune Abdennour, qui nous parla de la Radio Bladi de la Ferme Orléansville. Il n’a pas omis de nous rappeler les groupes musicaux et les artistes postindépendance, en citant chacun par son nom pour leur rendre un hommage personnel en cette fête de l’artiste.

Monsieur Chioune Abdennour lors de sa conférence

Monsieur Houari Abdelkrim fit appel à Monsieur Elhadj Mohamed Attaf pour rapporter son témoignage en ce qui concerne les visées de la Radio Biladi de la Ferme et affirma que celle-ci a été érigée pour contrer l’action de la radio Algérie dirigée par Aissa Messaoudi. Il n’omit pas de préciser que la radio diffusait dans la matinée des slogans pour renverser les esprits du peuple algérien et l’après-midi elle faisait passer des chanteurs algériens pour rallier les algériens au colonialisme.

Figure 6 - Le chanteur Mohamed Belkhiati lors de son allocution

La parole fut ensuite donnée au chanteur de raï Mohamed Belkhiati, qui entérina les dires de Monsieur Attaf au sujet de la propagande de la Radio Biladi de la Ferme à El Asnam.

Monsieur Mohamed Boutoubat, déclamant sa poésie

Quant à Monsieur Mohamed Boutoubat, poète de renom, ayant plusieurs publications de recueils de poésie, il nous gratifia d’un bouquet de poèmes tirés de ses publications et surtout de son recueil qui lui tient à cœur « Djarima fi El Qods » en hommage aux martyrs de Gaza. La parole fut ensuite donnée à un jeune étudiant de l’Université de Droit qui déclama d’une manière magistrale deux poèmes dédiés à Gaza et à la Palestine.

Le jeune étudiant déclamant ses poèmes en l'honneur de la Palestine

Monsieur Abdelkrim El Houari invita le jeune étudiant à donner son impression sur la soirée et sur les poètes qui l’ont précédé. Tour à tour, la parole fut donnée à Monsieur Metmati Djilali, à Monsieur Attaf Mohamed, à Monsieur Kiouar Baroudi, qui nous gratifia  d’une séance de percussion « Derbouka » qui émerveilla l’assistance. A son âge, il est toujours alerte et bon enfant, goûtant chaque instant de la vie ici-bas.

Monsieur Metmati Djilali et Monsieur Abdelkrim El Houari

Monsieur Kiouar Mohamed Baroudi lors de son intervention sur son disque dédicacé lors d'une soirée passée avec Ali Maâchi dans les années 50

Mme Mahdi Meriem lors de son intervention pour remercier les organisateurs de la soirée pour lui avoir permis de rencontre d'anciens camarades d'école , de théâtre et des compatriotes de la ville d'El Asnam

Mohamed, notre chanteur éloquent dans son récital qui émerveilla l'assistance

Remise de certificat (récompense) par Mohamed Boudia à Mohamed le chanteur en présence de l’animateur de la soirée, en l’occurrence, Monsieur Abdelkrim El Houari.

es deux chanteurs (DUO) Mohamed et Salah (Parmi les anciens de "Abtal Echchlef"

Une assistance nombreuse durant la soirée du 8 juin 2010 en commémoration de la journée de l'artiste

Remise de récompense par Mohamed Attaf aux chanteurs (DUO) Mohamed et Salah en présence d’Abdelkrim Elhouari, animateur de la soirée.

Kiouar Med Baroudi, retournant en adolescence et tapant la mesure sur une Derbouka

La soirée se termina avec la prestation du cheikh H’mida Mendil, venu exprès de Ténès avec son orchestre de jeunes talents pour nous gratifier de quelques chansons chaâbi, qui ajoutèrent une pointe de bémol dans la soirée et enchantèrent l’assistance.

A la fin de la représentation, qui se voulait avant conviviale, les présents dans la salle se dispersèrent dans l’espoir toujours présent de revenir un jour assister à une autre représentation qui ne fera qu’aiguiser leur amitié et leur amour pour l’art et pour l’artiste en général.



Partager

A propos de l'auteur

Un commentaire

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!