Voyagez curieux à votre mesure! Préparez le séjour parfait en Europe grâce aux conseils et expériences des voyageurs sur le guide et forum IDEOZ

Conduire en Bosnie Herzégovine : état des routes et sécurité (Guide Bosnie)


conduire en bosnie routeBien que l’on lise beaucoup de choses parfois inquiétantes sur l’état des routes ou la situation dans certaines régions des Balkans, il convient toujours d’être prudent et vigilant si vous roulez dans les Balkans et plus particulièrement en Bosnie-Herzégovine. Voyager en Bosnie en voiture de location ou en voiture personnelle ne présente aucun danger particulier, mis à part un supplément de vigilance en raison de la conduite parfois imprudente des Bosniens. Voici quelques informations pratiques pour bien voyager et conduire en Bosnie Herzégovine…

picto chat gris Besoin d’un conseil pour préparer votre séjour en Bosnie Herzégovine? Posez vos questions sur le forum Bosnie..

 


Etat des routes nationales et secondaires en Bosnie Herzégovine


Comment conduire en Bosnie Herzégovine? Les routes  en Bosnie Herzégovine sont d’une qualité très variable selon la région concernée (Herzégovine, Srpska, Bosnie)… Sur les très grands axes comme la route menant de Mostar à Sarajevo, vous ne rencontrerez aucune difficulté de circulation malgré la fréquentation de l’axe. Globalement, les routes principales assimilables à nos routes nationales sont tout à fait correctes, bien que les longues lignes droites et les limitations de vitesse ne permettent pas en raison de nombreux contrôles d’effectuer des dépassements fréquents. Pourtant, la conduite des Bosniaques comme celle des Serbes, des Monténégrins, des Croates reste aléatoire et parfois un peu dangereuse malgré tout. Il faut donc être vigilant.

Rouler en Bosnie peut parfois prendre des airs d’aventure. Même sur les grandes routes nationales qui ne sont pas pour autant larges, il faut se méfier des nids de poules non signalés évidemment, des tronçons non goudronnés, de l’absence de marquage au sol, des revêtements vite glissants… Une grande partie du pays est constituée de routes de montagne, ce qui suppose encore plus de prudence.

En Herzégovine ou en République serbe de Bosnie (Srpska republik), de longs tronçons sont totalement désertiques, on ne voit même pas une âme à l’horizon et on croise rarement des voitures. Vous devez donc veiller à avoir toujours du carburant, car les stations services et les pompes à essence sont rares en dehors des villes ! Il arrive dans les hautes montagnes que les routes n’aient aucune barrière de sécurité, ce qui est impressionnant surtout dans les tournants.

Les ralentissements principaux sur les routes en Bosnie Herzégovine sont dus aux charrettes et tracteurs qui servent à circuler d’un village à l’autre… C’est pourquoi il ne faut jamais sous-estimer le temps de déplacement, en Bosnie, au Kosovo, en Macédoine, un peu au Montenegro en montagne où tout reste très archaïque dans les zones reculées, rarement en Serbie sur le réseau national, mais les routes intérieures sont également peuplées de charrettes.


Précautions pour rouler en Bosnie Herzégovine


Conduire en Bosnie Herzégovine suppose quelques précautions dont la première consiste à ne pas sortir des routes nationales pour vous aventurer sur des chemins intérieurs non identifiés. Certains de ces chemins sont souvent des routes de bord de frontières (entre la république srpska et la Fédération croato musulmane) comme celle que l’on peut trouver à partir de Stolac pour rejoindre Neum, mais vous ne devrez les emprunter que s’il y a un indicateur vers une ville. Ne sortez pas des réseaux principaux à moins de déjà connaître les routes empruntées ou de vous être assurés qu’elles mènent à une ville connue. Certaines parties du territoire restent encore signalées avec des risques de mines (et encore que toutes ne sont pas indiquées). Vous verrez que les routes intérieures que vous croisez à partir de votre route principale sont souvent non goudronnées et il faut compter sur les ralentissements liés aux tracteurs et aux charrettes!

Dès le mois de Novembre et souvent jusqu’au milieu du printemps (avril), en cas de temps froid et neigeux, les routes en Bosnie Herzégovine sont impraticables et fermées en montagne, car elles ne sont pas dégagées. Renseignez-vous bien sur le temps qu’il fait dans les zones où vous vous déplacez hors saison estivale.

Comme dans les autres pays des Balkans, il y a beaucoup d’animaux (chiens errants, renards…) sur le bord des routes, vous serez étonné par le nombre d’animaux morts, d’ailleurs (mais pas plus qu’en Serbie où ça en est effrayant). Il y a aussi des personnes qui circulent sans forcément beaucoup de prudence sur le bord des routes.


Conduire en Bosnie Herzégovine : Obligations et Code de la route


 

Les vitesses limites pour conduire en Bosnie Herzégovine sont moins importantes qu’en France :

* 40 km/h en ville
* 80 km/h hors agglomération
* 100 km/h sur les grands axes signalés

Comme indiqué sur le site du Ministère des affaires étrangères :

La possession d’un triangle, d’une trousse de secours, d’ampoules de réserve est obligatoire dans les véhicules. En cas d’accident, ne déplacer en aucun cas le véhicule et exiger la présence du représentant local de la mission de police européenne. La carte verte internationale est exigée à l’entrée du pays.

Ne contestez pas une amende, car vous vous exposez à des difficultés. Les menaces de retrait de permis peuvent être utilisées pour justifier des amendes plus élevées que celles qui sont fixées a priori. La présence de la police, très performante et vigilante, doit inviter à un respect strict du code de la route. Vous devez rouler avec les feux de code allumés toute la journée sous peine de 30€ d’amende comme en Croatie!

Il n’y a pas de danger à circuler dans tout le pays aujourd’hui à cause de la situation politique et sociale du pays, selon moi.

picto info En savoir plus sur le site de l’ambassade de Bosnie Herzégovine en France (en français)

carte réseau routier bosnie

Partager

A propos de l'auteur

Curieuse, j'essaie de faire d'Ideoz un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation. Voyageuse inconditionnelle, je nourris un amour viscéral pour les pays d'Europe centrale et orientale, avec une prédilection pour les Balkans (notamment l'Ex-Yougoslavie...). Dans ces terres, qui m'ont enseigné beaucoup de leçons, au fil de quinze ans de découvertes, de rencontres et de hasards… je me retrouve parfois… tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires.   Me contacter par mail? En savoir plus sur moi et sur le projet IDEOZ Voyage...

2 commentaires

Leave A Reply