Sera-t-il possible de partir en vacances en Croatie lors de la période estivale 2020? La question taraude les esprits des voyageurs qui préparaient leur projet ou avaient déjà effectué leurs réservations. Voici quelques éléments de réponse sur la situation entre coronavirus et vacances en Croatie et des rappels des contraintes liées aux transits dans les pays que vous traverserez probablement si vous allez en Croatie en voiture en itinérant.

Les informations sur les mesures de restrictions d’accès en lien avec le covid 19 en Croatie sont susceptibles d’évoluer constamment en fonction de l’éventuelle aggravation des taux de contamination, de la gestion de la crise sanitaire, la saturation des services hospitaliers et des conséquences économiques mondiales, liées à la virulence du coronavirus en Europe. Celles communiquées dans cet article ne sont donc pas des vérités absolues, mais reflètent les décisions gouvernementales croates ou des pays de transit prises au moment de la rédaction de cet article par rapport aux touristes français uniquement.

Pour les belges, les suisses, les canadiens, merci de vous reporter sur les consignes de l’ambassade de Croatie dans votre pays, ce qui reste variable en fonction de chaque situation épidémique nationale. A noter que les décisions étant à la fois européennes, bilatérales, nationales, il peut y avoir des choix contradictoires pour un même pays. La Belgique envisage la réouverture de ses frontières le 15 Juin ce qui confirme l’hypothèse favorable d’un séjour.

Coronavirus et vacances en Croatie : le grand flou réglementaire

Si vous envisagiez un voyage en Croatie pendant l’été ou le début de l’automne, vous vous demandez sûrement si ce séjour sera possible. L’incertitude reste maximale compte tenu de réglementations contradictoires dans plusieurs pays.

Un séjour touristique en Croatie en avion ou en transports en commun en juillet et août semble très compromis voire impossible pour les Français. Un déplacement en voiture personnelle pourrait l’être l’aussi, si l’on se conforme aux actuelles réglementations sur les territoires français et croate.

Le tourisme en Croatie représente 25% du PIB croate. 80% des touristes viennent de l’étranger. Face à ce constat, des actions urgentes sont toujours en discussion ; le gouvernement croate s’efforçant d’allier mesures sanitaires et relance économique pour sauver la saison touristique.

La bonne nouvelle ? La Croatie espère vivement attirer de nombreux touristes sur son sol et ne fermera les frontières à aucun pays a priori. Les autorités discutent avec les pays voisins et les pays d’où proviennent les touristes les plus fidèles à la Croatie pour obtenir des accords de principe sur le transit et le passage des frontières.

Depuis le 11 Mai, les Croates ont retrouvé une relative liberté de mouvement, à l’issue de deux mois de confinement. La réouverture des cafés, restaurants, hôtels, boutiques et magasins et des marchés annonce la perspective d’un retour à la normale, d’autant qu’il ne sera plus nécessaire de remplir des attestations de sorties et il n’y aura plus de risques de mise à l’amende en cas de sortie non impérieuse. Les Croates pourront également rentrer en Croatie ou sortir du pays sans avoir besoin d’autorisation spéciale. Néanmoins, le gouvernement insiste pour que ces déplacements soient principalement professionnels ou liés à des motifs familiaux.

Les croates ont supprimé toute mise en quartorzaine automatique des touristes étrangers en provenance des pays touchés par l’épidémie et prévoyant un séjour cet été. Ils envisageaient de demander un certificat de non contamination pour les pays “à risque” et de maintenir des contrôles (notamment de température) aux frontières terrestres, aériennes et maritimes. Néanmoins, cette condition a également été éliminée. Depuis la réouverture des frontières croates, les entrées f’étrangers sont de plus en plus nombreuses et ne semblent pas faire l’objet d’interdictions du territoire pour les éventuels touristes.

Retrouvez les évolutions de la situation de l’épidémie de coronavirus en Croatie

Qui peut entrer ou voyager en Croatie depuis la fin du confinement lié à la covid19?

Ces apparentes nouvelles optimistes en Croatie sont contrariées voire contredites par les décisions réglementaires mises en place. C’est un peu quitte ou double de passer la frontière en tant que touriste français ou ne venant pas d’un pays frontalier et le libre arbitre sera laissé aux douaniers. En gros, les autorités croates fixent des restrictions sans forcément contrôler les frontières, mais disent à ceux qui voudraient venir en vacances en Croatie cet été qu’ils peuvent essayer de rentrer et que les douanes ne s’opposeront pas forcément…

La réouverture des frontières en Croatie a débuté le 10 Mai, tout en privilégiant pour la sortie des croates les motifs économiques et d’urgences familiales. Selon une réglementation qui sème le doute et confirme une difficile position du gouvernement croate, les mêmes motifs s’imposent aux étrangers et s’ajoute un possible accès aux personnes disposant d’un titre de propriété ou d’un bateau ; il faut être résident croate, attester d’une urgence ou bénéficier d’une invitation ou d’un impératif professionnel…

Des informations complémentaires seront communiquées dans les prochains jours et semaines, mais les prévisions vont dans le sens d’une normalisation pour que les touristes étrangers soient accueillis dans de bonnes conditions à partir du mois de juin.


Les Français peuvent-ils envisager de partir en vacances en Croatie à l’été 2020 ?

A la mi mai, il est toujours impossible de répondre à cette question légitime des voyageurs français prévoyant un séjour en Croatie au cours de l’été. Faut-il réserver les vols, hébergements ou voyage vol + hôtel ou séjour organisé pour les prochains mois? On rappellera simplement que cela dépend aussi beaucoup des services auprès desquels vous réservez. La Croatie a affiché clairement son intention d’ouvrir les frontières et d’entamer au cours des prochaines semaines des négociations avec les divers pays voisins et d’où proviennent les principaux touristes terrestres. Elle se montre optimiste sur les accords, mais comme vous l’imaginez bien, le bât pourrait bloquer dans votre pays ou dans des pays par lesquels il faut obligatoirement transiter.

Sur un plan théorique en France, les voix officielles dans le gouvernement émettent une recommandation à l’adresse des Français – et non une obligation -, qui consisterait à éviter les déplacements à l’étranger et même de limiter les déplacements au maximum en dehors de votre région. Des projections et de la baisse du niveau de contagion du virus et de l’occupation des services hospitaliers dépendent les décisions gouvernementales, mais techniquement, elles ne semblent guère favorables à la possibilité d’un séjour à l’étranger.

Une position française floue tournée vers le patriotisme économique

Ce 14 Mai, le premier ministre français a annoncé le plan de sauvetage du tourisme en France et a indiqué qu’il serait possible de voyager partout en France et en Outre-mer sans restriction de 100 km à partir de juillet ce qui était prévisible pour sauver un secteur très touché. Cela signifie-t-il que le tourisme n’est officiellement autorisé seulement en France? Tout est dans l’ambiguïté et dans le fait d’éliminer toutes les destinations étrangères même chez les voisins européens dans les perspectives. Comprenez donc que vous n’avez ou ne devez pas à sortir de France si vous voulez voyager pour des motifs touristiques. C’est implicite, officieux.

Edouard Philippe n’a jamais fait mention de cette possibilité de déplacement pour faire du tourisme à l’étranger, pour mieux donner l’impression que l’autorisation portait sur la France et qu’il fallait comprendre que la seule destination touristique envisageable devait être la France, pour soutenir précisément l’économie locale, alors que la France enregistre plus de 27000 morts (et tous ne sont pas comptés), des zones encore très sévèrement touchés, une circulation du virus active malgré une baisse du nombre de personnes en réanimation. Des parcs d’attractions et espaces verts vont donc réouvrir dans des zones en rouge vif en France, mais vous ne pouvez pas aller dans des pays où l’épidémie est beaucoup moins virulente!

Le contexte sanitaire de la Croatie ne justifierait pas que la destination ne soit pas accessible pour des touristes français et si l’impératif économique est audible pour les entrepreneurs du tourisme français, il ne fait pas oublier que le pays reste encore dans une situation délicate. Pour rappel, la Croatie a finalement très bien géré l’épidémie à son échelle, enregistre 90 décès pour plus de 7000 cas déclarés et malgré quelques cas repérés tous les jours et une prolongation de la quarantaine sur l’île de Brac, on peut espérer que le pire soit derrière les croates par rapport à l’épidémie de coronavirus. Mais en France, la politique du patriotisme économique est en marche et politiquement, c’est la seule position qui était imaginable. Légalement, il ne peut pas y avoir d’interdiction de sortie du territoire si les frontières sont officiellement ouvertes sans restriction comme l’Allemagne l’indique dès le 15 Juin. Mais tout est fait pour inciter les français à rester en France….

Les autorités françaises ne semblent pas pouvoir imposer une interdiction officielle de sorties hors des frontières terrestres et aériennes pour les mois de juillet et août sur un plan juridique. Le maintien de l’état d’urgence sanitaire permet de maintenir un contrôle des frontières et une restriction des déplacements. Sauf à disposer d’un motif impérieux familial ou professionnel, jusqu’au 30 juin, une interdiction de déplacement au-delà d’un rayon de 100 km de son lieu de résidence est en vigueur.

Le ministre de l’Intérieur Castaner a annoncé le 3 Mai que les frontières de l’Espace Schengen restaient fermées “jusqu’à nouvel ordre”… Certes, cela peut évoluer, mais la France et l’Allemagne semblent favorables à les conserver fermées pour limiter les tentations des habitants de quitter les frontières pour de longs déplacements. La Croatie ne fait pas partie de l’Espace Schengen et n’est donc pas concernée, puisqu’elle envisage d’ouvrir ses frontières, mais le problème reste entier pour la rejoindre en voiture…. ou en avion.

La France indique le maintien de l’état d’urgence sanitaire (jusqu’au 23 Juillet au moins) avec une limitation des déplacements des Français dans un rayon de 100 km à vol d’oiseau ou supérieur à 100 km sans attestation à condition que cela reste dans les limites du département (jusqu’au 30 juin). En revanche, elle a renoncé à la mesure de mise en quatorzaine de toutes les personnes venant de l’étranger (quel que soit le pays) … Mais les gouvernements partout dans le monde ne sont pas à une contradiction près par rapport à leur gestion de l’épidémie de coronavirus. Ainsi, le gouvernement français justifie la restriction de déplacement grâce à l’état d’urgence sanitaire et l’a repoussé à la fin juillet pour se donner une meilleure latitude, mais donne l’accord pour circuler dès le 1er juillet dans tout le pays et en outre mer sans restriction, y compris dans les zones classées rouge. On peut donc aller dans une zone à risque en France, mais ne pas aller dans un pays où l’épidémie est déjà passée et sous contrôle total.

carte de l'espace schengen

La méconnaissance sur l’évolution du coronavirus et les craintes de seconde vague empêchent de faire des pronostics réalistes, alors que les pays d’Europe sont touchés avec un certain décalage qui pourrait compliquer la donne et empêcher toute visibilité pour les mois à venir. Un report de votre séjour en Croate en 2021 semble plus prudent.

La difficulté pour émettre un avis tient au fait que tous les pays de l’Union Européenne n’envisagent pas les mêmes stratégies et n’ont pas le même rythme face à l’épidémie de coronavirus. Mais la plupart des pays actuellement très touchés par le COVID19 vont dans ce sens d’une limitation des accès aux touristes étrangers. Par principe de précaution, dans la mesure où l’évolution de la situation sanitaire est toujours imprévisible, et que les risques de nouvelles vagues sont dans tous les esprits, alors que l’épidémie n’est pas encore sous contrôle en Europe. Autant dire que peu de nouvelles sont encourageantes dans la perspective d’un séjour en Croatie cet été.

Une seule note d’optimisme pour les routards prévoyant d’aller en Croatie pendant l’été : l’Allemagne a annoncé la réouverture de toutes ses frontières avec la France à partir du 15 juinsans restrictions (comme aujourd’hui où il faut un motif d’urgence ou professionnel), ni contrôle systématique. L’Italie a également annoncé la réouverture des frontières dès le 3 Juin sans besoin d’avoir un motif d’urgence. Cela signifie donc en théorie que si vous respectez la réglementation du pays, et des autres pays que vous traverserez, il ne devrait pas être interdit d’envisager un séjour touristique à l’étranger dans les limites de l’UE. L’assouplissement d’accès en Allemagne avait déjà été négocié par les élus des régions françaises frontalières et les Länder voisins pour permettre aux familles, aux proches, de se voir plus facilement et aux frontaliers de revenir faire leurs courses comme ils en ont l’habitude.

La France ne peut pas empêcher la sortie de territoire légalement, mais les douaniers français ont le droit de contrôler et de ne pas permettre l’accès au pays. Je n’imagine pas qu’ils le fassent. Déjà qu’en pleine crise, il n’y avait pas de contrôles de la part des douanes françaises pour se rendre en Italie ni en Allemagne et empêcher d’accéder aux pays, c’étaient les douaniers des pays étrangers qui bloquaient. Ce n’est pas maintenant que l’épidémie semble faiblir et que les pays réouvrent leurs frontières sans restriction, que la France va bloquer ses frontières pour interdire les français de sortir, alors qu’elle autorise l’accès à la France à tous les ressortissants de l’UE.


Faut-il réserver vos vacances en Croatie cet été, malgré l’épidémie de covid 19 ?

Concernant les risques qu’il y aurait à réserver pour vos vacances estivales en Croatie en fonction de la situation actuelle liée au covid 19 :

Les agences de voyage “physiques”, contrairement aux agences en ligne, peuvent avoir des pratiques de remboursements en cas de risques d’annulations pour des motifs du type coronavirus. Ce n’est pas le cas de nombreux sites de réservation prisés des itinérants en raison de leurs prix attractifs pour les billets d’avion, les hébergements, ou les vols + hôtels trouvés sur des comparateurs de prix par exemple. C’est encore moins le cas des billets d’avion, puisque beaucoup de compagnie préfèrent donner un avoir pour reporter son départ que de rembourser d’emblée. Le remboursement n’intervient donc qu’à l’issue des 18 mois (date limite) si vous n’avez pas utilisé votre avoir.

Concernant les hébergements, privilégiez les centrales de réservation ayant une politique de vente et de remboursement qui prend en compte des risques comme l’épidémie de coronavirus. Veillez à réserver auprès de sites qui prévoient l’annulation gratuite jusqu’à la veille ou J-3 comme peut le faire Booking ou Hotels.com.

Les réservations auprès des hébergeurs en direct comme sur des sites comme Airbnb sont toujours aléatoires, car elles dépendent du bon vouloir du propriétaire qui a demandé des arrhes pour couvrir les risques de non présentation. Les hébergeurs privés sont en droit de ne pas rendre l’acompte (et de proposer un report), en dépit des circonstances exceptionnelles justifiant un remboursement. Avant toute confirmation de réservation, n’hésitez pas à demander des précisions par écrit auprès des interlocuteurs qui vous réclament un acompte afin de vérifier que vous pourrez être remboursé s’il y a une circonstance le justifiant.


Aller jusqu’en Croatie : quelles sont les réglementations dans les pays de transit?

Suite à divers messages s’interrogeant sur la faisabilité des vacances en Croatie cet été, même s’il est aujourd’hui impossible de donner un avis pertinent en tant que voyageur lambda, je vous encourage à toujours consulter les sources officielles dédiées à la crise du coronavirus sur les sites nationaux (*), où toutes les mesures et les réglementations sont énumérées et actualisées en fonction des décisions des gouvernements. Oui c’est un effort, bien qu’en période de confinement, le temps nous soit accordé pour faire ces recherches plus facilement. Ce sont les seules informations valables ; bien plus que les impressions, les intuitions ou les espérances de vous ou moi…

(*) Pensez à installer ou utiliser les extensions de traduction automatique pour mieux comprendre les textes en langues étrangères. Sur Chrome par exemple allez sur les trois points verticaux en haut à droite, puis sur “plus d’outils” et sur le lien “extensions”. Tapez Google translate dans le moteur et activez l’extension, installez la et redémarrez le navigateur. Le bouton s’affiche en général dans la barre des outils. Il suffit d’ouvrir une page, d’appuyer sur le bouton et de choisir la langue à traduire et la langue dans laquelle vous souhaitez la traduction. Ce n’est pas parfait mais de plus en plus pratique pour les langues inconnues et globalement correct.

carte des pays qui vont réouvrir leurs frontières aux touristes après la crise du coronavirus

Ne prenez en compte que les informations des sites officiels des pays

1ER RÉFLEXE : consultez la page de l’ambassade française de chaque pays par lequel vous comptez transiter

N’oubliez pas de croiser les informations avec la page du ministère des affaires étrangères. Toutes les informations seront accessibles en français et vous pourrez également retrouver l’ensemble des lieux utiles, les numéros d’urgence et les contacts pour vos démarches.

Leur mission est d’actualiser le plus rapidement possible et de synthétiser les informations à propos du covid19 et elles synthétisent les liens utiles des sites du pays

Plus d’informations à propos des mesures de restrictions liées au covid 19 en Croatie sur le site officiel

Page dédiée à la crise du coronavirus en Autriche


2EME RÉFLEXE : vérifier à la source sur les sites gouvernementaux

Consultez les sites du ministère de la santé, du ministère des affaires sociales, du ministère de l’intérieur et du ministère des affaires étrangères

Ces sites sont bien sûr le plus souvent dans la langue du pays, mais parfois il y a des versions en anglais (notamment des résumés sur les sites des ambassades des pays, chargés de reporter la parole officielle aux voyageurs de tourisme, professionnels ou aux ressortissants). Je ne peux que vous recommander de les consulter et de suivre les informations au jour le jour pour connaître surtout les restrictions prévues par rapport aux touristes étrangers en transit.Sachez aussi qu’il existe des extensions pour les navigateurs permettant de traduire dans la langue de votre choix. C’est pratique et gratuit et les traductions ont beaucoup progressé. L’accès à l’information est donc grandement facilité.

Ces sites ne sont pas réjouissants pour les touristes et je le regrette, mais ce sont les sites officiels donc les sources dites sûres ou du moins les informations qui font autorité pour la police et les services chargés de leur application.

Allemagne : Ministère fédéral de l’Intérieur d’AllemagneActualités officielles sur le coronavirus en AllemagneInstitut Robert KochSite du Ministère des affaires étrangères d’Allemagne

Autriche : Site officiel du ministère des affaires sociales


Transits et frontières pour aller jusqu’en Croatie en voiture pendant l’épidémie de coronavirus

Parmi les informations officielles connues à propos de la circulation des voyageurs en Europe centrale et balkanique et des contraintes imposées par le coronavirus :

Transit en Suisse pour les touristes français uniquement à titre exceptionnel

Compte tenu de l’épidémie de coronavirus, la Suisse a rétabli des contrôles systématiques à toutes ses frontières ouvertes. Certains points ont été fermés momentanément pour assurer le meilleur contrôle. Selon le communiqué de presse du Conseil fédéral de Suisse, les contrôles aux frontières seront effectués au cas par cas. D’après l’ordonnance officielle sur les mesures destinées à lutter contre le Coronavirus (pdf) « par pays ou région à risque, on entend notamment un pays ou une région ayant une frontière commune avec la Suisse et dont les autorités ont décrété des mesures exceptionnelles de prévention ou de lutte contre l’épidémie de coronavirus« .

La Suisse a fermé ses frontières aux personnes provenant de pays très touchés par l’épidémie, dont l’Italie, la France, l’Espagne, l’Allemagne et l’Autriche jusqu’à nouvel ordre.

Une durée de 6 mois maximum a été décidée pour faire évoluer l’accessibilité et les contrôles en fonction de l’évolution de l’épidémie de coronavirus dans ces pays. Outre les citoyens et résidents suisses, les personnes se déplaçant pour des raisons professionnelles, il y a néanmoins une exception pour le transit.

Une fois le déconfinement progressif amorcé, l’accès pourrait être accordé aux personnes prévoyant de transiter sans escale à travers la Suisse. Cela reste à la libre appréciation du douanier. Il n’y a donc à ce jour aucune garantie.

Transit en Allemagne : réouverture des frontières sans restriction dès le 15 Juin

Depuis le 18 mars 2020, l’Allemagne a mis en place un contrôle systématique et des restrictions d’accès sur son territoire. Les échanges transfrontaliers sont donc réduits au strict nécessaire. La question se fait récurrente de savoir si les Allemands pourront quitter l’Allemagne cet été? Elle ouvre inévitablement la question sur la possibilité de transit pour les étrangers ou l’accès au pays ouvert aux touristes. L’Allemagne poursuit des discussions bilatérales avec ses voisins, au-delà des décisions prises pour les pays de l’Union européenne et spécifiquement de l’espace Schengen. Tout reste soumis à l’évolution de la circulation du virus dans chaque pays après la fin des confinements.

Heiko Maas, le ministre des Affaires étrangères, a indiqué que selon lui les frontières dans l’Union européennes ne devraient plus être fermées pendant l’été. Mais à ce jour, à l’instar de la France qui maintient la fermeture de ses frontières jusqu’au 15 juin, au moins, l’Allemagne poursuivait sur la même voie, mis à part pour les transits vers la France pour les résidents permanents français qui voudraient regagner leur pays. La possibilité un temps envisagée de présenter un certificat attestant qu’on n’est pas contaminé par le coronavirus a été éliminée. Jusqu’au 15 Juin, l’attestation de déplacement international vers la France métropolitaine est maintenue.

L’Allemagne n’empêche pas le retour des étrangers dans le pays de leur résidence principale. De même, des appels d’élus allemands et français ont appelés à rouvrir partiellement les frontières entre France et Allemagne pour les frontaliers. Des négociations entre les conseils départementaux de l’Alsace et les Länder voisins sont en cours pour faciliter l’accès des travailleurs et des personnes souhaitant par exemple réaliser leurs achats.

L’Allemagne a accepté un accord bilatéral avec l’Autriche, sur demande expresse de cette dernière qui souhaitait éviter la chute du tourisme estival. L’Allemagne et l’Autriche réouvriront leurs frontières communes à partir du 15 Juin, sans que les motifs impérieux soient exigés.

Le 13 Mai, il a été convenu avec la France que tous les postes frontières entre Allemagne et France seraient réouverts à compter du 15 Juin et les douaniers allemands ne procéderont pas à des contrôles et d’éventuels blocages. Mais rien ne garantit que les douaniers français autorisent ces sorties pour les français non frontaliers motivés par des vacances à l’étranger.

Malgré les espérances du gouvernement liées au patriotisme économique pour soutenir le tourisme national (en espérant même que des étrangers viennent!), il est peu probable que les douanes puissent empêcher des touristes de circuler vers l’étranger s’il est toléré que des touristes étrangers issus de l’Union européenne viennent en France.

Transit en Autriche possible sans escale ou sur présentation d’un certificat médical

L’Autriche a débuté son projet de déconfinement depuis le 15 avril avec un rythme en douceur, la réouverture des petits commerces, la reprise des établissements scolaires échelonnée entre début et fin mai, le port du masque obligatoire pour toute sortie, mais pas de réouverture des restaurants ni des cafés d’ici au moins mi mai.

Concernant le transit sur le territoire autrichien pour les étrangers, il reste soumis à un certificat médical de moins de 4 jours attestant que vous n’êtes pas testé positif au covid19, si vous avez l’intention de faire escale dans le pays (même pour une nuit à l’hôtel). Ce certificat ne sera valable que sur la base d’un test de détection ou sérologique, effectué comme confirmation de l’avis médical. Si vous ne pouvez montrer ce certificat lors du passage de la frontière, l’accès au territoire autrichien vous sera a priori interdit..

Les contrôles seront assurés par les douaniers et policiers (Polizei) autrichiens. Les personnes présentant des signes comme de la température seront renvoyées vers les services médicaux habilités en vue d’une mise en isolement de 14 jours. Sinon, ce sera le renvoi vers le pays d’où vous sortez. Les frontières entre Slovénie et Autriche ont réouvert. Celles avec l’Allemagne le seront à partir du 15 Juin.

Les transits en Autriche SANS ESCALE ni arrêt sur le territoire sont cependant autorisés sans certificat. Ces mesures sont en vigueur à partir du 15 avril et jusqu’au 1er septembre (au moins).

polizei douanes en autriche

Transit par l’Italie : sans restriction pour les voyageurs dès le 3 Juin

L’Italie reste le pays qui pratique le plus haut niveau de précaution parmi ceux que vous êtes amenés à traverser. De nouvelles mesures seront annoncées d’ici fin mai, mais les prévisions d’amélioration des conditions de transit sont confirmées.

Jusqu’au 3 Juin, les voyageurs sont tenus de se signaler auprès des autorités sanitaires locales pour indiquer leur entrée et entamer l’auto isolement. L’Italie maintient une exigence de déplacements limités pour sa population comme pour les étrangers présents en Italie. Le transit pour un motif touristique est donc impossible à ce jour. Il n’est toléré que pour des raisons de santé, une urgence à justifier, un motif professionnel (même s’il est recommandé de reporter le déplacement si possible). Les déplacements concernent aussi bien les transports en commun que les voitures personnelles, les liaisons maritimes ou aériennes.

A partir du 3 juin, l’Italie réouvre ses frontières et lève la mise en quatorzaine … La contrainte de l’auto isolement avec impossibilité de quitter le lieu choisi, à toutes les personnes entrant sur le territoire (y compris les expatriés d’origine italienne) ne sera plus à l’ordre du jour pour transiter en Italie.

Transit en Slovénie

Ayant enregistré 103 décès et pour un total de 1400 cas positifs au covid19, la Slovénie a déclaré avoir vaincu l’épidémie et a confirmé la réouverture de ses frontières avec la Croatie, l’Autriche et l’Italie. Elle a également invité les touristes qui le souhaitaient à découvrir son pays, en expliquant qu’elle acceptait tous les voyageurs sans restriction et ne changerait pas de politique.

L’Italie restait au centre des réflexions pour le ministre de l’économie slovène Zdravko Počivalšek qui prend en considération le nombre important de touristes italiens venant en vacances en Slovénie. Le ministre estime que la Slovénie n’est pas soumise à un tourisme de masse et devrait pouvoir assurer un contrôle sanitaire pour éviter tout risque.

Les frontières de la Slovénie avec l’Autriche et la Croatie sont réouvertes depuis le 10 Mai.


De gros doutes sur les vols vers la Croatie depuis la France

Les nouvelles ne sont pas forcément bonnes pour les touristes français ayant prévu de se rendre en Croatie en avion… Le rétablissement des liaisons aériennes entre France et Croatie n’est à l’ordre du jour et ne devrait pas l’être d’ici la fin de l’été.

La Croatie travaille à relancer son économie et discute activement de ponts aériens en vol direct avec les touristes des pays voisins et des pays les plus fidèles à la Croatie et dans lesquels l’épidémie de coronavirus semble sous contrôle (Autriche, Allemagne, République Tchèque, Slovénie, Hongrie…). Sont visés des pays qui ne sont pas forcément très sévèrement touchés par l’épidémie (hormis l’Allemagne) et dont les touristiques risqueraient d’entraîner une reprise après l’éventuelle fin de la première vague (pas encore à l’ordre du jour). Croatia Airlines a annoncé la reprise des vols entre la Zagreb et Amsterdam et Francfort en Allemagne à partir du 25 Mai.

La France cependant ne semble pas être un objectif pour la Croatie et bien que la liste des pays ne soit pas forcément totalement fermée, il est peu probable que les français qui ne font pas partie du top 10 des visiteurs en Croatie, soient en mesure de prendre un avion jusqu’en Croatie au moins pendant l’été. En revanche, les vols intérieurs reprennent en Croatie.

Est-il normal que les compagnies aériennes ne proposent pas un remboursement mais un avoir?

Vous vous étonnez que les compagnies n’annulent pas vos vols, alors que les perspectives semblent pessimistes pour un départ cet été? Même si ce choix s’avère pour vous contestable et génère trop d’incertitude sur votre projet, essayez de vous mettre un peu à la place des compagnies qui n’ont que deux raisonnements possibles. En gros : la situation est extrêmement complexe et encore plus précaire que pour les déplacements terrestres. Tout d’abord, les compagnies sont dans une situation économique désastreuse. L’impact est beaucoup plus violent que pour les déplacements par la route (les transports par camions entre pays n’ont jamais cessé par exemple pour garantir les approvisionnements en produits alimentaires ou autres).

Ainsi, les compagnies sont immobilisées sans perspective de date de sortie de crise à l’exception de quelques rares vols professionnels ou pour des rapatriements. Elles sont elles-mêmes dépendantes des décisions européennes qui ne sont pas encore prises et ne devraient pas arriver avant fin mai, dans le meilleur des cas et plus probablement vers le 15 Juin en fonction des situations de l’épidémie après l’amorce des déconfinements presque partout en Europe (sauf en Grande-Bretagne où le déconfinement ne sera pas possible avant le 1er Juin au mieux).

aller en avion en croatie

Les pertes des compagnies se chiffrent par dizaines de millions après deux mois de fermeture des frontières (plus de 1 million de pertes par jour pour les grandes compagnies, des dizaines de milliers de personnels au chômage ou carrément supprimés). La remise en route après un si long arrêt ne pourra pas s’opérer facilement. Elle exigera du temps, des investissements qui restent très aléatoires si ce n’est pour quelques compagnies nationales comme Air France, Lufhthansa ou équivalents, considérées comme des fleurons à protéger, pour lesquelles les Etats devraient financer des prêts ou faire des investissements de plusieurs milliards d’euros pour éviter toute faillite. Rien ne leur permet de croire que la relance des liaisons sera possible sur le plan réglementaire et présager de cette impossibilité leur coûterait encore plus cher. C’est aussi la raison pour laquelle il leur est impossible de prendre des décisions d’annulations, avant que les Etats par des accords bilatéraux redéfinis état par état, l’Union européenne et l’Espace Schengen n’aient officiellement défini une date d’ouverture de l’espace aérien. Annuler avant cette date de réouverture est encore plus préjudiciable pour leur survie, car les conditions de remboursement seraient différentes : légalement, ce n’est pas la même chose d’assumer une annulation pour un motif spécifique à la compagnie que par rapport à une contrainte exceptionnelle et internationale.

Par conséquent, il est dans l’intérêt des compagnies de repousser le plus longtemps possible la décision des annulations, car les réglementations seront différentes en fonction du moment durant lequel est décidé l’annulation. Les obligations de remboursement immédiat ne sont pas les mêmes en fonction des conditions de vente et d’utilisation des compagnies. Chaque compagnie a sa politique propre. A cela s’ajoutent les contraintes liées au droit européen, qui imposerait un remboursement et non le recours à des avoirs pour un report du vol au cour des 18 ou 24 prochains mois. Mais il y a des subtilités auxquelles les compagnies peuvent recourir pour justifier l’usage du report plutôt que celui du remboursement. A l’issue de cette période, si l’avoir n’a pas été utilisé, les compagnies auront l’obligation de vous rembourser, mais elles auront conservé l’argent dans leurs caisses, au lieu de le rendre d’emblée. Pour la plupart des compagnies, cette solution est la seule garantissant une hypothétique viabilité pour redémarrer l’activité après cette crise sanitaire et économique sans précédent.

Le droit européen via le Règlement 261/2004 impose que les clients puissent avoir un remboursement des compagnies aériennes. Vous avez donc le droit et le devoir de l’obtenir, et seule la compagnie peut vous orienter vers ses démarches propres. Mais les compagnies, à commencer par les low cost, continuent à être dans l’illégalité et se montrent réticentes, en tentant de jouer sur la méconnaissance des clients en matière juridique pour imposer un avoir ou un changement de destinations et un renoncement à tout remboursement si vous ne deviez pas l’utiliser. Si le remboursement vous est refusé, vous devez insister ou vous tourner vers les associations comme 60 millions de consommateurs et les sites de défense des droits des clients pour les problèmes liés aux vols.

En savoir plus si votre compagnie refuse un remboursement…

 1,252 Visites au total,  77 aujourd'hui

Préparez au mieux votre voyage en Croatie

N’attendez plus pour télécharger gratuitement nos Ebooks dédiés à l’hébergement et aux conseils de voyage en Croatie et consulter le guide pratique et le forum si vous avez la moindre question.

Pour réserver vos vacances en Croatie au meilleur prix (séjour clé en main ou sur mesure, avion, transports, hébergements, activités sur place…) sans y passer un temps fou, accédez aux offres et comparateurs retenus pour leur sérieux et leur rapport qualité/prix.




Author

Voyageuse dès le berceau, je nourris un amour viscéral pour les pays d'Europe centrale et orientale, avec une prédilection pour les Balkans (notamment l'Ex-Yougoslavie...). Dans ces terres, qui m'ont enseigné beaucoup de leçons, au fil de quinze ans de découvertes, de rencontres et de hasards… je me retrouve parfois… tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires. J’essaie de me montrer curieuse de tout, de mettre de côté mes idées reçues, de découvrir les pays depuis les sites incontournables jusqu’aux plus inattendus, insolites ou traditionnels quitte à me perdre pour mieux me laisser surprendre. Je privilégie les rencontres, repas et hébergements chez les habitants, pour explorer les traditions, les cultures, l’histoire et les plaisirs culinaires typiques. J'essaie de faire d'Ideoz un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation.   Me contacter par mail? En savoir plus sur moi et sur le projet IDEOZ Voyage...

Write A Comment

3 × 3 =

Pin It