451 vues

Des plantes tahitiennes à exploiter : du monoï aux litchis

0

De là-haut, on voit beaucoup de chose ! Les militaires farani ont découvert depuis les airs une plantation d’herbe (pas pour les veaux) soit 200 m2 de paka (pakalolo = cannabis). Une superbe plantation de 1050 pieds de 50 cm à 1 m de haut en pots individuels alignés, ordonnés, en excellente santé ! Cela se passait à Taohutu, à la presqu’île, au PK 4,5 côté montagne, sur la commune de Taiarapu ouest, à hauteur du quartier Aoma pour ceux qui connaissent les lieux. Deux personnes en garde à vue, plantation arrachée, matériel saisi pour destruction. La suite au prochain numéro !

Une vidéosurveillance pour sa culture de 1123 plants de pakalolo. L’individu âgé de 19 ans assurait ainsi la haute protection de sa source de revenus à Mataiea. Les hommes en bleu ont détruit les plants par incinération et saisi les appareils de surveillance.

Le monoï, une huile sacrée

Le monoï est l’huile sacrée, ici. Avant la naissance jusqu’à la mort, le monoï a toujours accompagné le Polynésien. Huile au mana légendaire. Certes, les instruments de fabrication ont changé, les plats en aluminium ont remplacé les arbres évidés pour recueillir la pulpe de coco râpé, les cannes de bambou ont cédé leur place aux flacons. Quand le monoï est-il apparu ? Lors de la colonisation des îles ? Lors des premiers voyages en pirogue ?  Plusieurs versions pour raconter la naissance du premier cocotier. L’histoire de la Princesse Hina promise au prince du lac Vaihiria, Faaravaaianuu, une légende que j’ai déjà racontée.

Cet arbre est une richesse que les Polynésiens ont su exploiter, du bois aux palmes et aux noix de coco. Il nourrit, se désaltère, abrite, vêt, son huile sert de protection et de soin. Les mères enceintes s’en enduisaient le ventre rebondi, massaient et massent toujours leurs nouveaux nés. Le monoï est un excellent liniment aux propriétés cicatrisantes. Les guérisseurs (Tahu’ a ra’ au) faisaient et  font largement usage d’onguent préparés avec l’huile de noix de coco. Il était partie des rites funéraires. Teuira Henry raconte que « le crâne d’un parent était quelques fois conservé par la famille qui le nettoyait, le saturait d’huile parfumée et la faisait séjourner longtemps au soleil. Puis, après une invocation à l’esprit du disparu, il était placé avec les autres fétiches de la maison ». Pour les personnages les plus importants, une fois vidés de leurs entrailles après leur mort, on remplissait leurs corps de différentes herbes imprégnées de monoï. Dans « Tahiti aux temps anciens » on peut lire « De temps en temps les ti’i (tiki)  étaient baignés, placés au soleil et oints d’huile parfumée ; ils avaient toujours des vêtements neufs et de choix, tandis que les Dieux de plumes ne recevaient jamais ce genre de soins ».

L’huilerie de Tahiti est pour le moment en redressement fiscal en attendant le dépôt de bilan. C’est 29 employés à l’usine de Tahiti et 150 mandataires acheteurs dans les archipels. Le coprah traité donne l’huile qui sert entre autre à fabriquer le monoï. Adieu beauté, chevelure étincelante…

Le pandanus a-t-il encore un avenir économique ? Pour les chanceux qui ont sillonné les mers du Sud et fait escale à Bora Bora, ils ont pu voir que les toits des hôtels étaient couverts de pandanus. Très couleur locale… mais cela ne dure pas longtemps et c’est cher. Ce pandanus pousse sur les motu (récifs coralliens). On ne plante pas le pandanus, on le récolte – et on a construit les hôtels sur les motu ! Le maire de Bora Bora (Gaston Tong Sang) s’oppose aux hôteliers qui souhaiteraient employer du palmex canadien, moins cher, plus résistant pour couvrir les toits de leurs bungalows. L’authenticité coûte cher et les compagnies d’assurance ignorent le pandanus même s’il fait partie du patrimoine culturel polynésien. Les réunions entre  producteurs, poseurs, propriétaires de terrains et hôteliers n’ont apparemment rien donné, chacun priant pour sa paroisse.

Un produit unique : Manuia. A la vôtre, Santé ! Il paraît que ce Blanc sec d’ananas est une première surprenante. Excusez mais votre représentante en vins et liquoreux n’a pas encore pu goûter ce nectar. Dès qu’il sera en vente en magasin, je ne manquerai pas d’y tremper mes lèvres, d’éviter de rouler sous la table afin de pouvoir vous tenir au courant de cette nouveauté qui, pour le moment, est destinées aux palais des restaurateurs. La salive suinte aux commissures de mes lèvres mais patience, patience, ton tour viendra.

La cueillette des litchis

La saison fraîche ayant été très fraîche, les litchis ou letchis abondent en ce mois de décembre 2013.

MITI RAPA DEC 2013

Le litchi ou Litchi chinensis, appelé aussi cerisier de Chine, est originaire du sud de la Chine, là on en compte plus de cent variétés. C’est le fruit le plus réputé et le plus apprécié de la famille des sapindacées.

MITI RAPA DEC 2013 JEFF ET SHIRLEY

MITI RAPA DEC 2013 JEFFEn Polynésie, il ne pousse pas aussi bien que le ramboutan car il préfère les climats un peu plus frais. On en trouve à Tahiti, dans l’archipel de la Société, mais c’est surtout aux Australes (Rurutu et surtout Tubuai) qu’il prospère.

Ce fruit, très cher dans le commerce, est donc d’un rapport excellent pour les agriculteurs.

1 000 XPF le kilo chez les particuliers qui ont la chance d’en avoir un pied ; 1460 XPF chez Carrefour qui les achète 700 XPF aux locaux. Rappel 1€ = 119,33 XPF.

MITI RAPA DEC 2013 LITCHIS

En Polynésie, la saison du litchi dure un mois environ, de mi-novembre à mi-décembre.

Pour Noël ce seront les importations d’Australie qui réjouiront les palais polynésiens, enfin de ceux qui pourront se payer cette délicatesse !

Hiata de Tahiti

Hiata de Tahiti


Voyageur curieux du monde, des gens et des idées, Argoul vous propose d’explorer le monde et les idées : Visitez le site d’Argoul



Partager

A propos de l'auteur

Voyageur aux semelles de vent, curieux du monde et de ses habitants.Explorateur des pays, des questions et des humains, épris de liberté et d’anti-privilèges, amoureux des êtres et des chats. Centres d’intérêt:Trekking et voyages, archéologie, économie politique, voile, cuisine en gourmet, littérature et philosophie, histoire toujours, un peu de poésie et les amitiés précieuses.___________________________________________________________________________ Découvrir le blog : Explorer le monde et les Idées

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!