894 vues

Le double nom de famille de Dina Rubina (Littérature russe)

0

Dina RubinaDina Rubina? Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais cet écrivain révélé par les éditions Actes Sud mérite d’être connue. « La famille c’est plutôt moche » ; telle est l’impression que l’on peut avoir en lisant le roman Le double nom de famille de l’auteur russe Dina Rubina (Dina Ilïinitchna Roubina – Дина Ильинична Рубина), écrivain d’origine ouzbek qui a émigré en Russie, puis en Israël. Plongée dans l’Union soviétique du début de l’ère Gorbatchev et réflexions sur la famille, les rôles de chacun et l’importance et les enjeux du choix du nom de famille …

Quelque part en Union soviétique, au moment où Gorbatchev accède au pouvoir, un père attend son fils qui vient, après trois ans de séparation, passer quelques mois de vacances avec lui car, le reste du temps, il vit avec sa mère. Au moment de monter dans la voiture, le fils montre son passeport à son père car il a désormais atteint sa majorité, il a le droit de choisir son nom et il a décidé de faire figurer le nom de sa mère et celui de son père sur son état civil officiel. Ce choix n’enchante pas le père qui entreprend de raconter comment à la naissance de l’enfant, il a été amené à s’occuper seul de lui pendant que sa mère était à l’hôpital et comment il a appris qu’il n’était pas son fils génétique. « Et là, il s’est passé quelque chose d’invraisemblable : tu m’as soudain gratifié d’un large sourire édenté, un sourire bouleversant ». Et alors, une complicité de plus en plus étroite se noue entre le père et le fils et il faut le départ définitif de la mère pour rompre ce lien entre les deux personnes.

Dans ce petit récit à deux voix, le père et le fils s’informent tour à tour de ce qu’ils connaissent de leur situation commune dans un dialogue, à la fois, tendre, touchant, émouvant, mais où la violence s’infiltre entre les lignes, sans jamais exploser, laissant la tension s’installer progressivement au fur et à mesure que le lecteur découvre la complexité de la situation dans laquelle les deux protagonistes évoluent.

C’est tout le problème des familles éclatées qu’évoque Dina Rubina, et plus spécialement le problème des pères qui se sont investis concrètement et affectivement dans l’éducation de leur enfant qu’il voie brusquement partir. Une réflexion sur le couple, la paternité et la responsabilité de celui qui rompt le pacte. « La vie de famille, à mon avis, c’est plutôt moche, mais comme dit notre voisine, faut bien avoir quelqu’un avec qui boire une tasse de thé sur ses vieux jours ». Et au-delà de la question familiale, ce récit est aussi, une méditation sur la fragilité de l’engagement, la faiblesse humaine, face aux aléas du hasard qui peut gripper les machines les mieux huilées surtout quand il est si difficile de dire la vérité qui risque de blesser ou de remettre en cause toute une vie.

Actes Sud
Un endroit où aller
83 pg27427088201999-06-04



Partager

A propos de l'auteur

Retraité depuis juin 2007, je suis un dirigeant sportif très impliqué mais surtout un passionné des littératures du monde. "La littérature pour passion, le sport pour engagement" De formation historienne, maîtrise, que je n'ai jamais utilisée dans mon job que j'ai exercé pendant plus de 33 ans dans une institution qui se préoccupe de l'économie et de la vie des entreprises.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!