351 vues

Exposition Art Paris – Rashid Rana au musée Guimet

1

Rashid Rana ou la recherche désespérée du Paradis … Rashid Rana est considéré comme le plus grand artiste Pakistanais. Pour le découvrir, n’hésitez pas à découvrir l’exposition proposée par le Musée Guimet à Paris autour des oeuvres et des montages photographiques de Rashid Rana jusqu’à Novembre 2010…


Rashid Rana Desperately Seeking Paradise le cube Rashid Rana Desperately Seeking Paradise cube

C’est, paraît-il, le plus grand artiste pakistanais vivant. Ce que le Musée Guimet montre de Rashid Rana (jusqu’au 15 novembre) est certes intéressant, mais, comme la quasi-totalité des pièces Rashid Rana Desperately Seeking Paradise cubeprésentées sont des montages photographiques à la Chuck Close ou à la Chris Jordan, c’est-à-dire de grandes images composées à partir d’une multitude de petites photographies, on reste quand même un peu sur sa faim, à la découverte de ce ‘plus grand artiste’. Il y a bien dans un coin deux petits tableaux abstraits, grilles de lignes d’épaisseur variable, et une autre grande composition bidimensionnelle du même type, mais on n’en saura pas plus sur cette première veine minimaliste. Rashid Rana Desperately Seeking Paradise cubeCeci dit, la première pièce, Desperately Seeking Paradise, est en effet assez bluffante. Les oeuvres de Rashid Rana sont disséminées à travers le musée, et on explore en même temps les collections d’art asiatique. Donc, ce grand cube semble d’abord une masse minimaliste, miroir reflétant les Boddhisattvas de la salle, mais miroir morcelé, diffracté. En effet, en tournant autour, le miroir disparaît et on voit sur les quatre faces une représentation de grandes tours dont l’image est fragmentée, comme pixellisée. De plus près, on comprend qu’il y a là 18 rangées de 18 alvéoles, en trapèze, aux parois réfléchissantes, et Rashid Rana Desperately Seeking Paradise Tapisdont le fond est occupé par des photographies miniatures de bicoques de Lahore. Selon l’angle de vision, la vue est différente, et ce sont ces masures tiers-mondistes qui, assemblées, forment l’image de la modernité. C’est un triple jeu d’optique, une triple illusion, mystérieuse et déroutante. Comme une anti-Kaaba.

Les autres compositions présentées ici sont presque toutes planes, et construites sur ce contraste entre grande image d’ensemble et petites images la composant. Ainsi, avec des Rashid Rana Desperately Seeking Paradise Tapisviandes et des os à l’abattoir se composent deux tapis persans, volontairement légèrement irréguliers, qui accueillent le visiteur en haut de l’escalier, monumentaux (Red Carpet).

Dans un recoin, une image en angle montre la mer, des vagues. L’angularité de la pièce lui donne un effet vibratoire. Les détails sont des photographies deRashid Rana Desperately Seeking Paradise la mer déchets plastiques, parsemés de quelques rares bateaux dans cette mer poubelle (Offshore Accounts). D’autres contrastes jouent sur la paix de la campagne penjâbie et le tumulte urbain (’A day in the Life of the Landscape’) ou sur la fascination pour Bollywood dans une grande image de spectateurs pakistanais d’une parade militaire.

origine Rashid Rana Desperately Seeking ParadiseEt puis, bien sûr, l’Origine du Monde, en face des gracieuses joueuse de polo de la dynastie Tang (Origins) : il faut reculer, plisser des yeux, transformer peu à peu l’image vue (assemblage, là encore, de chairs et de peaux) pour parvenir à l’image reconnue, passer de l’intime privé à l’exposé public. Quelques autres pièces sont basées sur le passage de 2D en 3D, téléviseurs, cuisinière, vases de fleurs, livres décomposés en carreaux de couleur, confusion entre l’objet et sa représentation. portrait Rashid Rana Desperately Seeking ParadiseEt c’est l’occasion d’aller dans la superbe rotonde bibliothèque pour y voir un portrait moghol (I Love Miniature).

 

rothko1.1283869191.jpgAilleurs, une composition à la Rothko (What Lies Between Flesh and Blood) est faite de petits bouts de peau et de sang, inscription charnelle.

Au-delà du procédé, c’est un travail complexe, sur la reconstruction et la représentation, et on pourrait aussi explorer cette fascination pour la chair et le sang. Je demande à voir plus, un jour…

Photos de l’auteur.



Partager

A propos de l'auteur

Dès que je peux, je visite musées et galeries, à Paris ou au hasard de mes voyages. Je suis un amateur, pas un professionnel.Collectionneur éclectique, je ne suis pas critique d’art patenté, ni docteur en histoire de l’art (peut-être, un jour ...).N’étant ni artiste, ni galeriste, je souhaite partager librement mes découvertes, mes intérêts, mes coups de coeur. Mes points de vue sont subjectifs, et j’apprécie toute invitation à d’autres regards et d’autres découvertes.--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Le blog de Lunettes Rouges------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Contacter Lunettes Rouges sur sa messagerie

Un commentaire

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!