916 vues

Expositions à Munich en 2018 : agenda des meilleures expositions d’art et culturelles

0

Quelles sont les expositions à Munich que vous ne devez pas manquer en 2018? Voici un agenda et une invitation à agrémenter votre séjour à Munich de quelques découvertes d’expositions artistiques, culturelles ou historiques.

Les expositions sont organisées en fonction de leur date de fin. Pour consulter l’agenda, rendez-vous dans la section de la saison à laquelle vous séjournez à Munich. Il est possible que certaines expositions soient à cheval sur plusieurs saisons. 

  • Paul Klee, la construction du mystère, à la Pinakothek der Moderne de Munich

     

    La construction du mystère est la première grande exposition de l’œuvre de Paul Klee à la Pinakothek der Moderne. Les importantes collections de Munich seront présentées aux côtés de plus de 120 œuvres provenant d’importantes collections de Klee en Europe, aux États-Unis ou au Japon. L’exposition suit le parcours de Paul Klee en tant qu ‘«artiste pensant» qui explore et transcende systématiquement les limites du rationnel dans son travail.
    Les années 20 sont au coeur de l’exposition, un moment où Klee a répondu aux défis du nouveau monde technologique et à son impact sur la créativité de l’artiste moderne. En tant que maître du Bauhaus, Klee s’est interrogé sur la domination du rationalisme et s’est efforcé d’équilibrer la compréhension et le sentiment, la construction et l’intuition.
    Cette exposition montre la pertinence du travail de Klee, abordant les conflits fondamentaux de l’homme au sein de la modernité. 

    Pinakothek der Moderne  
    01.03.2018 ‐ 10.06.2018

    Fermé le lundi.

    Tous les jours : 10.00–18.00
    Mardi 10.00–20.00

    Ouvert exceptionnellement le Lundi de Pâques (02 April) et le Lundi de Pentecôte (21 Mai). Fermé le 1er mai.

    Prix en semaine : 15 – 10€ à prix réduit.

    Prix le dimanche : 9€ – 7€ à prix réduit

    Paul Klee classe d'art Aquerelle

  • Alte Pinakothek de Munich accueille “La Femme en bleu lisant une lettre” de Vermeer jusqu’au 30 septembre 2018

    Pour marquer la réouverture de toutes les galeries et de la collection de l’Alte Pinakothek, le public aura l’occasion unique de voir à Munich à partir de demain la célèbre «Femme en bleu lisant une lettre» du maître néerlandais Johannes Vermeer (1632-1675). La toile sera exposée pour une période limitée, du 3 juillet au 30 septembre 2018. 

    La Femme en bleu lisant une lettre Vermeer

    Johannes Vermeer, vers 1663, huile sur toile, 46.5 cm x 39 cm,
    © Rijksmuseum, Amsterdam
    Oublié jusqu’à la fin du 19ème siècle, le travail de Vermeer a été redécouvert par le journaliste et critique d’art français Théophile Thoré-Bürger et a par la suite connu une renaissance. Aujourd’hui, Vermeer est l’un des peintres les plus célèbres du baroque néerlandais, aux côtés de Rembrandt et de Frans Hals. Il doit sa célébrité à l’atmosphère particulière qui caractérise ses représentations de la vie domestique à l’époque de l’âge d’or néerlandais. Vermeer était capable, comme aucun autre peintre de son temps, de traiter un sujet visuel apparemment simple, tel la femme lisant une lettre, avec une profonde intensité. Ses compositions bien équilibrées sont réduites à quelques motifs essentiels, efficacement disposés et éclairés par une lumière naturelle et fraîche. Le choix des couleurs atteint une harmonie parfaite, dont la puissance s’est à peine atténuée au cours du temsp. Les phénomènes optiques, qui faisaient l’objet de recherches scientifiques à l’époque du peintre et qu’il adaptait selon ses propres règles, jouent souvent un rôle clé dans sa peinture.
     
    Après une phase de rénovation et de modernisation de dix ans, le Rijksmuseum a rouvert ses portes en 2013 et est devenu depuis l’un des musées d’art les plus modernes et les plus visités d’Europe. Avec ses quatre Vermeer, il détient une collection unique du travail de Vermeer dont on ne connaît que 34 oeuvres, dont la célébrissime «Femme en bleu lisant une lettre», achevée en 1663. L’oeuvre peut être admirée au musée d’Amsterdam depuis 1885. Vincent van Gogh qui y avait vu le tableau, écrivait à son ami Émile Bernard: «Connais-tu un peintre nommé Vermeer? Il a peint une femme néerlandaise digne et belle, enceinte. Sa palette est composée de bleu, de jaune citron, de gris perle et de blanc. Bien sûr, dans les quelques tableaux que nous avons, on peut trouver toutes les couleurs d’une palette complète; mais il est vrai aussi que la combinaison du jaune citron, du bleu pâle et du gris clair est caractéristique de ce peintre.
     
    Le tableau fit l’objet d’un travail de conservation-restauration en 2011, qui a révélé le secret de l’éclat intense et magique de ce fameux bleu, qui a traversé les siècles. Vermeer a utilisé tout son art pour obtenir le bleu flamboyant de la robe de la lectrice  de lettre: pour ce faire, il utilisa des pigments bleus extraits du précieux lapis-lazuli, une roche métamorphique en provenance du nord-est de l’Afghanistan, recouvert d’une base vert cuivre. Le public munichois a désormais l’occasion de découvrir par lui-même l’atmosphère unique et l’effet enchanteur du tableau, ainsi que d’autres chefs-d’œuvre bien connus dans la galerie des maîtres hollandais de l’Alte Pinakothek.
     
    Une occasion unique, à ne pas manquer!
     

    Alte Pinakothek de Munich Tous les jours , sauf le lundi, de 10h00 à 18h00, le mardi de 10h00 à 20h00

    Le musée est fermé le lundi.

    L’oeuvre de Vermeer peut y être admirée jusqu’au 30 septembre.

     

    Source du texte: traduction partielle du texte de presse de l’Alte Pinakothek.

    • Ne manquez pas la découverte de la collection du duc Franz von Bayern à la Pinacothèque moderne (consultez l’onglet automne)

  • Chefs d’oeuvre de la collection du duc Franz von Bayern à la Pinakothek der Moderne

    Une exposition organisée à la Pinakothek der Moderne à l’occasion du 85ème anniversaire et en l’honneur de S.A.R. le duc Franz de Bavière
    MM. Thomas Greinwald S.A.R. le duc Franz de Bavière Georg Baselitz

    S.A.R. le duc Franz de Bavière entouré de MM. Thomas Greinwald (à gauche)
    et Georg Baselitz (à droite). Dans l’atelier de l’artiste en 2016.

    La Staatliche Graphische Sammlung München présente jusqu’à la fin du mois de septembre une série de chefs-d’œuvre provenant des œuvres d’art de ce collectionneur passionné et enthousiaste qu’est le duc de Bavière. Les œuvres graphiques présentées, qui ont été collectionnées au fil des décennies avec beaucoup de sensibilité et de savoir-faire par le duc Franz, reflètent de la manière la plus fine et la plus éclairante le contexte historique de la scène culturelle à Munich depuis les années soixante.
    Wols sans titre

    Wols, sans titre, 1942–1945
    Staatliche Graphische Sammlung München
    © VG Bild-Kunst, Bonn 2018

    Franz von Bayern

    Franz von Bayern, visage d’un mécène

    Le duc Franz von Bayern, qui a fait donation de nombreuses oeuvres sur papier ou les a concédées en prêt permanent à la Staatliche Graphische Sammlung, a enrichi de manière spectaculaire le stock d’art moderne et contemporain du musée et contribué à renforcer la réputation exceptionnelle de la collection dans ce domaine particulier de l’art. Parmi les oeuvres offertes ou prêtées, on remarque particulièrement des œuvres graphiques d’A. R. Penck, Hermann Glöckner et, surtout, de Georg Baselitz.

    Une citation de S.A.R. le duc Franz de Bavière sur l’importance  de la contemplation visuelle des oeuvres, qui se dévoilent peu à peu:
    “J’apprends aujourd’hui encore à comprendre,  ce que j’aurais autrefois peut-être pu reconnaître.”

    citation de Franz de Bavière sur l'art
    L’exposition dont l’inauguration a lieu le 15 septembre à 18H30 peut se visiter jusqu’au 30 septembre 2018.

     L’architecture sous le roi Louis II: palais et usines ; une belle exposition à la Pinakothek der Modern

    L’exposition L’architecture sous le roi Louis II: palais et usines est la principale contribution du Musée de l’architecture aux célébrations marquant le 150e anniversaire de la fondation de l’Université technique de Munich, aussi appelée TUM (Technische Universität München), dont il fait partie. 
     
    Vue idéalisée de Neuschwanstein par Christian Jank

    Vue idéalisée de Neuschwanstein par Christian Jank (1868) Appartient au Wittelsbacher Ausgleichsfonds:

    C’est la première fois qu’une exposition aborde l’ensemble des oeuvres architecturales entreprises sous l’égide du roi Louis II de Bavière (1864-1886), qui fut le fondateur de l’université.  L’approche très personnelle et visionnaire de Louis II pour l’architecture est représentée dans l’exposition par les célèbres palais emblématiques de Neuschwanstein, Linderhof et Herrenchiemsee. Mais il faut d’emblée remarquer que la  réputation unique de ces édifices a éclipsé les autres grandes réalisations architecturales réalisées sous le règne de Louis II, qui n’avaient pas jusqu’ici reçu l’attention qu’elles méritaient. Cette lacune est désormais comblée grâce à la nouvelle exposition qui présente une étude complète des projets de construction publics et privés menés au Royaume de Bavière durant le règne de Louis II, une  période marquée par l’industrialisation,  deux guerres et la fondation du Reich allemand, pendant laquelle furent érigés des bâtiments importants tels que l’Hôtel de ville  de Munich (Rathaus) de Georg von Hauberrisser, l’Académie des arts de Munich de Gottfried von Neureuther et la Maison du Festival d’Otto Brückwald à Bayreuth.
    Esquisse pour la chapelle de Neusxchwanstein par Heinrich von Pechmann

    Esquisse pour la chapelle de Neusxchwanstein par Heinrich von Pechmann (1869) – Appartient au Wittelsbacher Ausgleichsfonds

     
    L’exposition s’intéresse  aussi à des édifices moins connus, tels que les usines du quartier des textiles d’Augsbourg, les synagogues de Munich et de Nuremberg, et les structures temporaires créées pour les premières expositions industrielles de Bavière sous Louis II. En présentant toute la gamme des commandes de construction pendant son règne, l’exposition bouscule l’image clichée d’un Louis II  «roi des contes de fées» qui n’aurait marqué aucun intérêt pour les développements techniques et les problèmes sociaux de son époque, et cherche à approcher une meilleure compréhension de son influence dans ces domaines.
    Exposition architecture sous louis ii de bavière palais Herrenchiemsee
     
    Organisée par Katrin Bäumler, l’exposition présente des dessins, des plans, des photographies et des maquettes, la plupart originaux, prêtés par plus de vingt-cinq institutions en Allemagne et à l’étranger et par des collectionneurs privés comme l’historien de l’art Marcus Spangenberg. On peut y voir des objets rarement exposés au public, tels que des dessins pour les palais royaux des collections de l’Administration bavaroise des palais, des jardins et des lacs appartenant à l’État, des oeuvres conservées par le Wittelsbacher Ausgleichsfonds ou appartenant aux  archives secrètes des Wittelsbach. 
    Exposition architecture sous louis ii de bavière chalet schachenhaus
     
    L’Architekturmuseum de la TUM a également puisé dans ses fonds propres, et présente notamment les dessins de Gottfried Semper pour la Maison du Festival  que le roi Louis II avait voulu faire construire à Munich. Le roi avait offert ces plans à la faculté d’architecture de l’Ecole polytechnique à l’occasion de sa fondation,posant ainsi en fait la première pierre de l’actuel Musée d’architecture de la TUM (Architekturmuseum der TUM). L’impact contemporain des nombreux bâtiments qui ont survécu à cette période est illustré par une superbe série de photographies spécialement commandées à Ulrike Myrzik. Enfin des séquences de films célèbres consacrées au roi présentent son intérêt pour l’architecture.
     
    Photos d'Ulrike Myrzik aux cimaises de l'expos

    Photos d’Ulrike Myrzik aux cimaises de l’exposition

     
    Grand hall du palais de Justinien à Constantinople

    Grand hall du palais de Justinien à Constantinople.
    Projet de décor pour la représentation privée de la Theodora
    de Victorien Sardou, dessiné par Angelo II Quaglio en 1885

    Le design de l’exposition a été conçu par le Studio Weave à Londres et le design graphique par Hannes Aechter. Tous deux ont choisi d’intégrer des éléments des Expositions mondiales qui avaient  enthousiasmé  Louis II et qui, selon les dernières recherches, sont essentiels pour comprendre les palais royaux.
    L’exposition se visite à la Pinakothek der Moderne  de Munich jusqu’au 13 janvier 2019.
    Catalogue en vente au prix de 39€90 (en allemand et en anglais)
    Boîte de la fabrique de produits sucrés Hans Müller vers 1910

    Boîte de la fabrique de produits sucrés Hans Müller vers 1910 Collection Marcus Spangenberg, Ratisbonne

Vous préparez votre voyage en Bavière ?

Des questions auxquelles n’ont pas répondu notre guide de voyage sur la Bavière, le guide pratique dédié à Munich ou les brochures officielles de l’office du tourisme ? Les voyageurs, expatriés et autochtones spécialistes de la Bavière vous répondent!



Partager

A propos de l'auteur

Luc Le Belge est expatrié à Munich, en Bavière et vous fait découvrir la belle ville de Munich aux multiples attraits et à l’actualité culturelle très dense, mais aussi la société bavaroise, qui est si particulière en Allemagne…Un Belge à Munich : le blog

Comments are closed.