77 vues

Fragonard et le plaisir de toucher

0




Elégance du rouge, traces de jaune essuyées sur la toile, lignes étalées avec les doigts… magie des pinceaux de Fragonard qui figurent l’immobilité…

… immobilité que je devine peinte rapidement.

Les plis du cuir des bottes semblent avoir été peints de haut en bas avec un mouvement de la brosse inscrivant des « zigzags » comme pour signifier la pesanteur du cuir qui tomberait s’il n’avait pas un minimum de rigidité.

Remarquable acte de peinture qui conserve son germe et donne envie de toucher.

Jean-Honoré Fragonard – Cavalier vêtu à l’espagnole assis près d’une fontaine dit aussi Portrait de l’abbé de Saint-Non (détail) – 1769 ( ?)

Voir l’article original




Partager

A propos de l'auteur

Ces articles ont été publiés à l'origine sur le blog: "Culture & questions qui font débats"

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.