126 vues

Kyoto et le tourisme

1

kyoto5Le mois dernier, j’ai eu l’immense privilège et chance de participer à l’assemblée pour le développement du tourisme de Kyoto en tant qu’assistant traducteur (ça sonne bien) de deux amis qui sont eux, membres de cette commission. La première des 3 réunions de cette assemblée avait pour but de, premièrement, parler de l’objectif atteint du dernier programme, à savoir 50 millions de visiteurs en un an et secondement, faire un tour de table pour récolter les avis, en 3 minutes, de la trentaine de membres.

50 millions de visiteurs, c’est donc bon, mais désormais, c’est un tourisme de qualité que la ville souhaite développer. Reste à savoir ce qu’est un tourisme de qualité. Kyoto souhaite aussi plus d’étrangers et de “jeunes” (pour pas dire moins de vieux ?), mais bien entendu, ce n’est pas du goût de tout le monde et on peut parfois les comprendre.

Au sujet des 50 millions de visiteurs : j’ai posé la question à un responsable du tourisme à la mairie pour savoir comment il était possible de savoir que 50 millions de visiteurs étaient venus à Kyoto en une année. La méthode employée peut apparaître hasardeuse, je la trouve toute japonaise.

Il faut savoir qu’environ 75% de ces visiteurs ne restent qu’une seule journée en ville et qu’ils sont pour la plupart japonais. Par exemple, 95% des touristes venant de la région de Tokyo font l’aller-retour dans la journée pour visiter Kyoto (il faut 2h30 en train Shinkansen pour un aller).

Les étrangers à Kyoto : ils étaient 1,12 millions à venir l’année dernière. Parmi eux, 55000 Français, 4e derrière les Américains, les Taiwanais et les Australiens. Au niveau national, les Français ne sont pas dans les 10 premières nations à venir au Japon.

Je reviens donc à la méthode pour calculer les fameux 50 millions de touristes : ce sont des hommes, avec des compteurs manuels qui, lors de certains week-end et certains jours de la semaine, font les comptes. Certains sont placés dans les rues, d’autres dans les gares et d’autres, au bord des autoroutes. Avec leurs yeux (ou des jumelles pour ces derniers), ils essayent de faire la distinction entre les visiteurs touristes et les visiteurs pour raison professionnelle. Et ils appuient sur leur compteur.

Le tout donne des chiffres, qui font des moyennes qui font 50 millions.

Un travail de fourmis comme on les aime.

Quant au tourisme de qualité, cela passe selon moi, par une ville qui fait attention à son image, son histoire et son devenir. Tout ce qui permet d’embellir Kyoto sera bon pour ses visiteurs et ses habitants et tout cela devrait commencer par ce que les 2 photos ci-dessus veulent montrer.



Partager

A propos de l'auteur

La rivière aux canards, c'est la rivière qui coupe la ville de Kyoto où je réside depuis août 2003. La Rivière aux canards coule aussi (avec plus de texte) sur Wordpress.Depuis fin 2008, mon activité principale est la gestion de la boutique en ligne Bento&co., avec ma femme. Bento&co vend des boîtes à bento, les lunch box japonaises, mais aussi des accessoires dérivés.Je suis également rédacteur sur le Journal du geek.A Kyoto, je suis responsable de trois maisons pour l'agence Vivre le Japon. Vivre le Japon propose des maisons de location pour profiter de Kyoto au plus près de la vie locale.__________________________________________________________________ Riviere aux canards & Bento and co___________________________________________________________________________________________________________ Contactez Thomas Bertrand sur sa messagerie

Un commentaire

  1. “””””Certains sont placés dans les rues, d’autres dans les gares et d’autres, au bord des autoroutes. Avec leurs yeux (ou des jumelles pour ces derniers”””” –> ça ne m’étonne pas du tout!! C’est bien Japonais. Intéressant en tous cas ton article. Tu parles couramment le Japonais donc?

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.