118 vues

La nuit de l’étranger ; carnet de souvenirs d’un exilé (Litterature tunisienne)

0

La nuit de l’étranger est un roman de la littérature tunisienne écrit par Habib Selmi. « Lui aussi, il a cru au rêve de l’exil »…  La nuit de l’étranger comme un carnet de souvenirs ouvert pour qu’un homme, étranger à lui-même et sa propre vie, exilé à Paris, oublie la morosité et la vie stérile qu’il mène et parvienne à vivre au travers des souvenirs des autres…

La nuit de l’étranger d’Habib Selmi; exil et souvenirs

La nuit de l'etranger habib selmiDans une minable chambre parisienne, un jeune Tunisien cherche un peu de réconfort dans le souvenir des gens qu’il a côtoyés avant qu’ils disparaissent de son paysage. Il se remémore leur vie et dresse ainsi le portrait des émigrés qui balancent entre vie médiocre en exil et vie peut-être encore pire au pays.« … Des souvenirs, des événements, tout un passé, reviennent … hanter » ce jeune Tunisien qui, réveillé, ne retrouve pas le sommeil dans une minable chambre parisienne. Il voudrait appeler quelqu’un mais qui au cœur de la nuit ? Il prend son répertoire et regarde la liste des numéros qu’il inscrits depuis un certain temps déjà, et redécouvre des personnes qu’il a oubliées ou des personnes qu’il a fréquentées assidûment mais qui ne font plus partie de son entourage. Hamouda et Hadhrya,  ce couple venu du bled où ils vivaient très bien du produit de leur champ, de leurs arbres et des activités commerciales du mari, qui est venu à Paris suivre un traitement nécessaire pour assurer sa descendance. Souad, la petite putain, on l’appelait ainsi car elle voulait vivre libre, oublier un père dédaigneux et ne pas subir la loi des hommes qui lorgnaient son physique avantageux. Et Adel, celui qu’il a rencontré dans l’avion et que la police a retenu pour une histoire pas très claire, qui le premier lui a fait découvrir ce petit bistrot tunisien caché au fond d’une ruelle pour ne pas attirer l’attention. Où les émigrés tunisiens « parlaient comme pour retenir ce qu’ils ne voulaient pas laisser s’enfuir, ils parlaient pour ne pas oublier ce qu’ils vivaient, pour que leurs joies et leurs peines ne leur échappent pas comme les jours qui leur filaient entre les doigts. » Adel qui avait de grandes ambitions et qui voulait honorer celles que son père qui n’en avait plus pour lui-même, avaient placées en lui, mais qui laissait filer ces études …

A travers ces quatre personnages, Selmi reconstitue le parcours de ces émigrés qui ont quitté le pays pour une nécessité quelconque, « … on n’émigrait pas pour partir vers un lieu mais pour fuir un lieu. » Et, qui ont rencontré ce que tous les émigrés trouvent dans les pays qu’ils ne connaissent pas : le dépaysement, l’étonnement, le déracinement, l’incompréhension, la peur, l’angoisse… et pour finir l’acceptation et la résignation. Et ce long parcours n’est fait que de ruptures qu’il faut assurer et assumer, ruptures, avec la famille, les proches, la communauté mais aussi le pays, le climat et toutes ces odeurs qui identifient si bien le lieu d’où l’on vient.

Et, le parcours de ces émigrés c’est aussi leur devenir et le lourd dilemme du retour au pays, faut-il faire ce voyage de retour pour retrouver ce qu’ils ont quitté ? Faut-il persévérer à vivoter dans ce nouveau pays qui offre tout de même certaines possibilités ? « … Hamouda était de plus en plus attaché à ce qui l’entourait, et le retour définitif, qu’il ne cessait de reporter pour une raison ou pour une autre, devenait si difficile qu’il lui semblait être tombé dans un piège… »

Rien de bien nouveau dans ce livre tant le sujet a été traité, non seulement par des écrivains mais aussi par de sociologues, des psychologues, et autre gens exerçant des professions en « …logue », peut-être, cependant, un supplément de tendresse et de véracité car ces personnages sentent bien le pays et la misère de l’exil et ce n’est pas seulement une image car les odeurs occupent une place prépondérante dans ce récit où l’auteur identifie les pays et les gens par les odeurs. L’odeur des aisselles de Souad était une véritable jouissance.

Un certain désenchantement aussi mais pas franchement du désespoir, une forme de résignation plutôt, Inch  Allah, car finalement c’est le hasard qui fait se rencontrer les gens. Mais, ceux qui travaillent, qui font ce qu’il faut faire pour s’en sortir avec humilité peuvent marcher la tête haute comme le père d’Adel, « Il se sentait le droit de manger parce qu’il avait travaillé et avait fait ce qu’il devait. »

Extraits :

La première phrase
Lente nuit.
Le corps brisé, l’esprit atteint de mille coups, je n’ai comme réconfort que la cloche de l’église proche qui tinte, la poussière sous le lit, et ce vieux carnet d’adresses jeté là sur la table.


Morceau choisi
Il y avait encore autre chose qu’aimait faire Hamouda dans ce petit restaurant, c’était découper la viande et cela lui plaisait surtout quand c’était du mouton, de la volaille ou du lapin. Il leur ouvrait le ventre très méticuleusement, vidait leurs entrailles, puis les contemplait longuement car leurs formes et leurs couleurs l’attiraient, le fascinaient même. Alors il cherchait les articulations et commençait à découper.
Parfois il aidait le patron dans la salle, portait les plats ou débarrassait les tables des assiettes, des couverts et des déchets. Il le faisait de mauvaise grâce, s’il y était vraiment obligé, quand il y avait trop de demandes et que le patron ne pouvait servir tout seul, mais heureusement cela n’arrivait que deux ou trois fois par mois.

– chapitre : VI – page : 76 – éditeur : Actes Sud – date d’édition : 2008


Morceau choisi
Vide, je me sens totalement vide dans ma chair, l’esprit épuisé et déchiré de toutes parts.
La cloche de l’église sonne de nouveau mais je n’y fais pas attention cette fois-ci.J’éteins la lumière et presse l’oreiller sur ma poitrine. Et comme dans un rêve, je la vois : les fesses offertes, sur les genoux, les yeux fermés, la bouche large, ouverte. Je me dis que les choses doivent connaître leur apogée pour que tout prenne fin.

– chapitre : XII – page : 155 – éditeur : Actes Sud – date d’édition : 2008

La Nuit de l’étranger d’Habib Selmi – Traduit de l’arabe (Tunisie) par E. Larguèche et F. Neyrod

 



Partager

A propos de l'auteur

Retraité depuis juin 2007, je suis un dirigeant sportif très impliqué mais surtout un passionné des littératures du monde. "La littérature pour passion, le sport pour engagement" De formation historienne, maîtrise, que je n'ai jamais utilisée dans mon job que j'ai exercé pendant plus de 33 ans dans une institution qui se préoccupe de l'économie et de la vie des entreprises.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!