La Scène érotique chez Gustave Courbet 1A l’attention des lectrices et lecteurs qui viendraient à se trouver dans le Doubs le dimanche 2 juin prochain, je me permets d’indiquer que je donnerai une conférence sur le thème « La Scène érotique chez Gustave Courbet ». Cette conférence aura lieu à la Ferme de Flagey (propriété familiale de Courbet où est encore conservée sa chambre, située à 12 kilomètres d’Ornans) à 15h00.

La scène érotique, chez Gustave Courbet, ne peut s’apprécier qu’au regard d’une démarche délibérément transgressive, voire subversive. Une transgression qui s’attaquait à la représentation du corps, sans doute, mais qui reposait aussi sur des choix thématiques d’autant plus singuliers et corrosifs que l’artiste possédait une maîtrise approfondie de l’histoire de l’art, qu’il en avait clairement saisi les conventions et les enjeux pour mieux les détourner. Il en résulte une scène érotique toujours dérangeante, car elle s’étend bien au-delà du nu, illustrant, avec un siècle d’avance, ce que Roland Barthes  exprima lorsqu’il écrivit que le plus excitant se situe « là où le vêtement baille. »

La Scène érotique chez Gustave Courbet 2A travers l’examen d’une quarantaine d’œuvres, incluant des toiles suggestives, des scènes cryptées, des nus au réalisme violent et le thème récurrent du saphisme, qui aboutiront naturellement au « dernier mot du réalisme » que fut L’Origine du monde, nous tenterons de mesurer combien Courbet sut rompre avec les nus académiques – ceux que les frères Goncourt qualifiaient de « nudité presque sacrée qui fait taire les sens » – pour mieux célébrer la Femme et dénoncer l’hypocrisie de son siècle.

Illustrations : Gustave Courbet, Le Sommeil, 1866 – Gustave Courbet, Les Demoiselles des bords de la Seine, vers 1857.

>> Découvrir le blog Mauvaises fréquentations

14 / 100 Score SEO




Author

Ecrivain, historien, passionné d’art et de littérature, mais aussi consultant en intelligence économique et en management interculturel… Curieux mélange de genres qui, cependant, communiquent par de multiples passerelles. J’ai emprunté aux mémoires de Gaston Ferdière le titre de ce blog (destiné à faire partager des impressions sur des livres, des expositions ou l’actualité) parce que les artistes, c’est bien connu, sont presque toujours de mauvaises fréquentations… _________________________________________________________________________________________________ Le blog Mauvaises fréquentations

Laisser un commentaire

Pin It