3 659 vues

Découvrir la Thaïlande – L’industrie du sexe, une attraction touristique !

0

En Thaïlande, notamment à Pataya, rencontre avec des fillettes, des jeunes filles, faisant « un métier comme un autre », parfois envoyées par leur mère, elle-même ayant exercé cette « profession » trente ans plus tôt. Ou comment l’industrie du sexe devient une attraction touristique…

De grandes affiches racoleuses sont placardées un peu partout dans Paris en ce moment, annonçant la sortie prochaine d’une série sur Canal Plus, intitulée « Maisons closes », avec les accroches suivantes : « Ils rêvent d’y rentrer, elles rêvent d’en sortir », ou « Mon sourire est faux, ma gentillesse est fausse, seul votre argent est vrai ». Cette dernière remarque éveille quelques souvenirs, étayés par un article paraissant aujourd’hui dans le « International Herald Tribune ».

Je suis souvent allée à Pattaya, non pas par fascination pour cette ville que je trouve laide mais pour différentes raisons. La première fois c’était en toute innocence il y a très longtemps. Les autres fois, j’y suis retournée pour effectuer plusieurs reportages dont un qui a bien failli voir le jour à la télévision. En dépit de l’avancée du travail, des heures de tournage, des heures de montage, de l’engagement financier d’un producteur et de celui de ma propre société de production « etc », le responsable des programmes d’une chaîne que je ne nommerai pas a décrété : « Bah on sait déjà tout de la Thaïlande. On a tout dit sur ce pays » !  Je suis donc restée avec mes heures de tournage, et le producteur avec ses heures de montage !

Le sujet de ce documentaire, intitulé « Recherche Sawng See* désespérément » (pastiche du film américain « Recherche Suzanne désespérément ») était le suivant : Ayant adopté ma fille Amnouay Chantarapithak, abandonnée à  trois mois par des parents pauvres, j’avais, au cours de mes recherches 20 ans plus tard, retrouvé et son père et sa mère, et j’apprenais du même coup que ma fille avait une sœur aînée, Ladda, et une petite sœur, Phay. A partir de là, j’avais imaginé le scenario « quel métier aurait pu exercer ma fille si elle était restée dans ce pauvre village isan entre Udon et Nongkhai ». Suivait une série d’interviews sur les occupations exercées, par choix ou par obligation, par ces jeunes-femmes sans éducation pour la plupart. Vendeuse de khuay thiaw sur les trottoirs de Bangkok, paysanne travaillant dans la rizière, prostituée à Pattaya etc… ou, au mieux du mieux, institutrice dans un village de province.

D’où mes séjours à Pattaya pour de longs entretiens avec des filles faisant « un métier comme un autre », parfois envoyées par leur mère, elle-même ayant exercé cette « profession » trente ans plus tôt. Presque toutes m’ont répété ce que celle-ci leur recommandait : « ramène un farang » … ou plus exactement : « tok farang ». Littéralement cela veut dire « attraper un farang » comme on dit, en langage courant isan « tok plaa » : attraper un poisson, pêcher à la ligne. En français, c’est plutôt « trouver un pigeon ». Bref, elles partent joyeusement avec cet espoir de « tok farang », pour le meilleur, pour le pire parfois.

Aujourd’hui, le gouvernement thaïlandais a décidé de « redorer » le blason de Pattaya et encourage le développement de projets touristiques familiaux » (Thomas Fuller pour le International Herald Tribune). C’est vrai que beaucoup de Bangkokiens passent leur week-end sur cette plage et se promènent généralement en famille dans les rues piétonnes jalonnées de salons de massages,  de « gogo bars » et de filles hélant les passants. (La dernière mode serait la tenue d’hôtesse de l’air lit-on dans ce journal).

« On dit que Pattaya est le paradis des criminels » confie le colonel Altivit Kamolrat, chef de la police de l’immigration, mais aujourd’hui on retrouve facilement ceux qui se cachent dans cette ville, Douze criminels étrangers ont été arrêtés récemment, (et les criminels locaux alors ?  S’ils sont de la police, est-ce qu’on les arrête aussi ? Essayez d’ouvrir un bar à Pattaya sans passer par eux !). Bref, le « développement durable » a fait son apparition au pays du sourire. « Un lifting d’un  milliard de dollars est prévu  » dit Somchet Thinaphong, chargé du développement de la ville pour une agence gouvernementale. Enfin, faire la ville plus « amicalement écologique ». La nouvelle tarte à la crème ! Mais à  Pattaya on se marre : « Se débarrasser de l’industrie du sexe relève de la pure fantaisie » dit Niki Kongrut, directeur de l’office du tourisme. On ne peut pas fermer les bars. C’est un pays libre ici. De plus, ça fait de l’argent. Pendant des décennies on s’est demandé ce qu’on allait bien pouvoir faire de ce problème, aujourd’hui, on se contente de l’ignorer tout simplement ». Ça s’appelle la philosophie ou la culture du « mai pen rai »  « On se contentera d’ajouter d’autres « activités » à celles existant déjà. Et l’industrie du sexe, pour ceux qui n’ont pas l’intention d’en user, est une sorte de spectacle, un « red light district qui fait paraître d’autres villes du pays comme des cités de l’ère victorienne ! »

Alors beaucoup de filles pauvres, des ethnies montagnardes du nord ou de la région du nord-est continueront d’aller « attraper du poisson » :ตกปลา ou plutôt “tok farang”

*sawng see : littéralement « deux couleurs



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!