65 vues

Le jour où les petits hommes verts sont arrivés…

0

Couverture du livre de Fredrick Brown Martians, Go home !

Couverture du livre de Fredrick Brown Martians, Go home !

« La rencontre de Kelly-Hopkinsville », ma nouvelle fiction pour l’émission Au fil de l’histoire, sera diffusée sur France Inter le 6 février prochain. Elle évoque le moment où les « petits hommes verts » envahirent… la culture populaire.

Ce soir du 21 août 1955, dans une ferme isolée située entre les villes de Kelly et de Hopkinsville, la famille Sutton croit se faire attaquer par des extraterrestres : des créatures étranges, de petite taille, aux yeux lumineux, aux pieds palmés et aux mains griffues tenteraient de les agresser. Malgré les coups de feu tirés sur eux, ils auraient continué à harceler la famille pendant toute la nuit. Un ami des Sutton, Billy Ray Taylor, prétend même avoir vu une soucoupe volante et s’être fait tirer les cheveux par l’un des extraterrestres.

Telle est la version donnée par cette famille de fermiers américains du Kentucky. Des portraits robots des mystérieuses créatures sont même dressés pour les besoins de l’enquête. Les jours suivants, les visiteurs affluent en nombre à la ferme des Sutton pour contempler les lieux de cette rencontre très particulière. Avant que les médias, la police et les habitants de la région n’accusent les Sutton d’avoir mis sur pied un canular pour gagner de l’argent ou d’être des fous…

En elle-même, cette aventure racontée par les Sutton n’a rien d’original. Nombreux sont ceux qui, depuis la fin de la guerre, racontent avoir vu des OVNIS ou rencontré des extraterrestres. En 1947, Kenneth Arnold, un chef d’entreprise de l’Idaho, prétend avoir vu, depuis le cockpit de son avion privé, des soucoupes volantes au-dessus d’une montagne. Un pilote de ligne rapporte le même genre de récit peu de temps après. La même année, c’est le fameux événement de Roswell – la découverte, dans un champ, des débris d’un prétendu vaisseau extraterrestre. Des gens affirment avoir rencontré et même communiqué avec des êtres venus d’une autre planète, comme par exemple George Adamski qui affirme avoir effectué plusieurs voyages depuis 1952 à bord d’un vaisseau spatial où il rencontra des extraterrestres. En 1953, un artisan coiffeur de son côté, présente aux journalistes une vraie créature venue de l’espace : il s’agit en réalité d’un petit singe qu’il avait acheté puis rasé pour le faire passer pour un extraterrestre afin de faire de la publicité pour son salon de coiffure. Certains prétendent que l’expression « petits hommes verts » viendrait de ce canular car le coiffeur aurait peint en vert le singe. En réalité, ce détail a été ajouté plus tard : au moment des faits, personne n’a évoqué la couleur verte.

Le récit des Sutton s’inscrit en tout cas dans cette tendance à raconter des histoires d’OVNIS et d’extraterrestres. Mais il se démarque des autres parce qu’il va contribuer à la popularisation de l’expression « petits hommes verts ».

En effet, si le premier article écrit sur le sujet par Joe Dorris et publié dès le 22 août dans le Kentucky New Era évoque juste des « petits hommes », les jours suivants, les autres organes de presse dans tous les États-Unis ne vont pas se priver d’attirer les lecteurs en leur proposant une histoire de « petits hommes verts ». Les « little green men » envahissent, à cette occasion, la culture populaire. Ils ne la quitteront plus.

Pour comprendre ce soudain déferlement de l’expression « petits hommes verts », il faut remonter au début du XXe siècle. En 1912, le romancier Edgar Rice Burroughs (le père de Tarzan) publie A Princess of Mars, livre qui met en scène des Martiens à la peau verte. La littérature se réappropriera l’idée selon laquelle les extraterrestres sont verts : en 1948, Damon Khnight publie une nouvelle intitulée Le troisième petit homme vert ; en 1951, la nouvelle L’affaire des petits hommes verts, de Mark Reynolds, a pour point de départ un meurtre mystérieux ; en 1954 Fredrick Brown publie Martians, Go home ! dont la couverture montre un petit homme vert à l’air moqueur dans le trou d’une serrure. L’idée se répand hors d’Amérique et gagne la France. Par exemple, en 1954, B. R. Bruss – de son vrai nom René Bonnefoy –, raconte, dans S.O.S. soucoupes, la découverte, dans les débris d’une soucoupe volante écrasée, d’extraterrestres à la peau verdâtre. Cependant, l’association entre couleur verte et extraterrestres reste cantonnée au monde de la fiction. Beaucoup de prétendus témoins de rencontres du troisième type – dont les Sutton eux-mêmes ! – n’ont jamais mentionné la couleur verte. Quant à l’opinion commune, elle parle tout aussi bien de « petits hommes », sans précision de couleur non plus.

Qu’est-ce qui change avec l’histoire des Sutton ? Il y a peut-être, à l’origine de l’expression « petits hommes verts », un jeu de mots. En effet, les événements s’étant déroulés près de la ville de Kelly et le vert Kelly étant un type particulier de couleur, un rédacteur a dû jouer sur le mot Kelly en raison de cette histoire d’extraterrestres. Et la presse a repris et diffusé la fable des « little green men »… qui sont ainsi passés dans la culture populaire.

.

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

Découvrez le Webzine d’histoire THUCYDIDE…



Partager

A propos de l'auteur

Découvrez le Webzine d'histoire THUCYDIDE...Le Webzine de l'histoire s'intéresse aux quatre grandes périodes de l'histoire. Ce site s’adresse aux amateurs d’histoire mais aussi à tous ceux qui veulent enrichir leur culture générale. Il propose à la fois des articles de synthèse et de réflexion.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!