605 vues

Les Maîtres du Tambour ; origines et pratique du tambour chamanique de Mario Mercier

0
Dans Les Maîtres du Tambour : Origines et pratique du tambour chamanique,  Mario Mercier explore la dimension magique et symbolique du tambour. Un essai très intéressant qui lie musique et chamanisme.
 

Je ne l’ai pas vu en vrai, mais voici la présentation de l’éditeur :

Il s’agit ici de tambours bien particuliers : les tambours des chamans altaïens qui font plus office de “moyens de transport psychique” que d’instruments de musique.

Leur caractéristique est d’être “vivants” car ils sont consacrés et font partie de l’identité et de l’intimité du chaman. Rappelons d’abord que le chamanisme est un état d’être, sans dogme, qui requiert le chemin qui a du cœur, en relation avec le monde de l’âme, des esprits, des forces de la nature… et que le chaman, cet homme-médecine, est aussi un poète et un artiste.

le maitre du tambourSon tambour lui sert de monture, l’aidant à se déplacer dans les dimensions autres, à convoquer ses esprits guérisseurs, à parcourir les mondes infinis de l’Esprit, à entrer en contact avec les esprits-maîtres de la nature, des animaux, des ancêtres… Si elle veut renaître et perdurer dans le monde moderne, la Tradition chamanique se doit d’inventer une nouvelle forme d’expression sans dénaturer pour autant son fabuleux héritage.

Voilà qui me fait penser aux sorcières et à leurs balais…

Rédigé par un chamane, ce bel ouvrage offre un large panorama du tambour chamanique. L’auteur propose non seulement une découverte passionnante de cet univers si particulier mais il montre également les spécificités de cet outil essentiel à la pratique chamanique.

Il présente tout au long des pages les œuvres graphiques qu’il crée sur ce support, toutes plus belles les unes que les autres.

Celles-ci sont explicitées de telle sorte que le lecteur en comprenne l’intérêt tant spirituel que symbolique. A la fois livre d’art et livre documentaire, le « Maître du Tambour » ne pourra manquer de captiver un large public amateur de beaux-arts et de chamanisme.

Superbement illustré de photos en couleur pour la plupart, il constitue une source d’informations originales et uniques. L’auteur, Mario Mercier, expose ses créations dans nombre de galeries en France et à l’étranger. (© Chronique de Esther Brassac, août 2009)

Plus d’informations sur les différents tambours, sont disponibles sur le site de l’auteur.

Mario Mercier, collection privée

L’auteur, Mario Mercier, est un écrivain (très prolifique, voir sa biographie sur Wikipédia), poète, peintre et cinéaste français. Il est l’auteur de plusieurs livres sur la rencontre avec la Nature, l’expérience spirituelle et le chamanisme. Sa rencontre avec Noïark , « l’arbre maître », un chêne du bois de Vincennes, a été l’inspiration de certains de ses textes.

Il crée également des tambours, donnant à ceux qui les utilisent une direction symbolique et magique.

Mario Mercier se dit proche de l’esprit de Jacob Boehme,d’Ibn Arabi, Carlos Castaneda ou Jorge Luis Borges [réf. nécessaire]

Je suis revenu dans la forêt. Entre la « porte » des deux arbres, j’observe le maître de ce lieu : mon arbre. Je n’ai pu résister à trois jours de séparation et cette fois, c’est sous les rayons d’une fin d’après-midi ensoleillée que je le contemple.

Je n’ose l’approcher, tant il m’impressionne. De plus, ce quelque chose d’indéfinissable qui émane de lui me prend entièrement. J’ai parfois l’impression qu’une force immense s’est établie à cet endroit pour prendre une forme majestueuse d’arbre.

Les rayons d’un soleil déclinant vernissent d’un or tremblant les bords des feuillages. L’air est strié de chants d’oiseaux. En contrebas sur le chemin s’attardent encore deux promeneurs.

Je me décide pourtant. Franchissant la porte végétale, je fais quelques pas dans la clairière, puis je m’arrête. Je rejoins l’arbre et après l’avoir caressé je m’assois contre lui, me cale entre ses racines. Ainsi arrimé, je peux reprendre mon rêve et m’imprégner du chant des oiseaux. Et tous ces chants sont comme un sang de vie, nourriture sonore des arbres qui semblent les écouter de toute leur puissance concentrée.

Je ferme les yeux pour mieux m’en pénétrer. Chaque trille, chaque roulade, met comme d’invisibles cellules de vie dans l’espace et va amplifier le gigantesque corps spirituel de la nature.

Je me prends à envier l’immobilité de mon arbre – immobilité d’ailleurs apparente. J’imagine que cela fait très longtemps que je suis là, me confrontant comme lui au pouvoir des saisons et les intégrant dans ma sève.

C’est cette immobilité qui fait ma force, car elle me permet de transformer la lumière en cellules et de boire les sucs de la terre ; par mes feuilles, je peux évaluer la sensibilité du plus ténu souffle de vent.

Puis je redeviens homme, car ma fonction est telle. Il me revient alors en mémoire ce que disait Yannis. mon fils, lorsqu’il avait cinq ans, à propos des arbres : « Les arbres rient quand ils sont contents. » Comme on lui fit remarquer, un peu pour en savoir plus, que les arbres n’avaient pas de bouche pour rire, Yannis se mit à réfléchir quelques secondes avant d’ajouter : « Mais ils rient avec leurs feuilles. »

Et comme pour souligner ce souvenir, l’arbre se met à rire de toutes ses feuilles. C’est sa façon à lui de diffuser, grâce à la complicité du vent, sa joie de vivre. Bientôt tous les arbres de la clairière frissonnent de rire.

Une feuille tombe et me touche le front. Je la prends cérémonieusement et la mets dans ma poche en gage d’amitié de mon arbre.

Appuyant ma tête contre son tronc, je laisse le rêve ruisseler en moi. De nouveau, je perçois les ondes de vie d’un coeur qui bat. Puis un mot monte en moi et éclate dans ma tête : Noïark !

Comme je reste surpris sous l’impact de ce mot, je l’entends de nouveau me traverser : Noïark I Ce n’est pas un mot mais un nom.

D’où vient-il ? Des profondeurs de mon être, ou de l’arbre, ou peut-être des deux en même temps ? Noïark, quel étrange nom !

Puis la voix poursuit affirmative : Noïark !

Cette fois je sais qu’il s’agit du nom de cet arbre, du moins de l’un de ses noms, et je me surprends à le murmurer plusieurs fois comme pour mieux m’en pénétrer. Je me secoue et ouvre les yeux. Le soleil a disparu. On arrive au moment où les chants d’oiseaux vont bientôt ces ser, moment d’articulation entre deux mondes et où tout peut être possible.

Le lieu m’apparaît soudain hors de portée de mon esprit C’est comme si on venait de me déposer ici, sur cette planète dont plus rien ne m’est familier. Ces arbres ne sont plus des arbres, mais quelque chose d’autre qui me captive, me trou ble, m’inquiète et m’exalte en même temps.

La voix de la peur s’élève en moi, prend possession de mes pensées : « Sauve-toi pendant qu’il est encore temps, dit-elle, la nuit la forêt c’est dangereux ! »

J’essaye de faire parler mon courage, mais celui-ci reste curieusement muet. Ce brouillard luminescent qui dérive vers moi n’y était pas tout à l’heure I Et ce buisson, là-bas, qui a pris une forme de scorpion a semblé bouger !

Mais une puissance d’une surprenante sérénité émane de l’arbre. me traverse, m’enveloppe. Elle éteint d’un coup la voix de ma peur et redonne aux formes un aspect plus pacifique.

Alors mon courage se réveille et s’installe en moi. J’ai repris de mon feu et je remercie muettement l’arbre de son appui.

– Tu ne verras jamais personne tant que tu viendras ici et les fantômes n’ont que la force de ta faiblesse, me dit l’arbre.

– Est-ce toi qui me parles ? lui demandai-je.

Il reste silencieux, mais je n’ai pas besoin de sa réponse. Le brouillard luminescent est sur moi. Je suis plongé dans une ambiance étrange.

– Te voici dans le souffle de la terre, me fait constater la voix.

Je me trouve dans un total état d’irréalité. Je me sens si bien ! Tout ce que l’on m’a appris du monde s’efface. Je perds toute référence. Ainsi je vais pouvoir mieux me laisser traverser par le souffle subtil de la nature. (Source Nouvelles Clés).

 

Au cinéma, il a réalisé La Goulve, La Papesse (1974) au début des années 1970 et Les Dieux en colère.
En peinture, on peut voir quantité de dessins et tableaux sur le site de l’auteur.
Voir aussi Le Théâtre du Vivant.

anti



Partager

A propos de l'auteur

http://annagaloreleblog.blogs-de-voyage.fr

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!