286 vues

Escapade artistique à Metz

0

Vous pouvez lire partout ces jours ci des péans à la gloire de la politique culturelle décentralisatrice du Centre Pompidou et des éloges sans fins sur l’architecture de Shigeru Ban et Jean de Gastines. Non que je sois en désaccord avec cette avalanche médiatique, mais souffrez que j’attende quelques jours pour écrire, et plutôt d’ailleurs sur l’exposition ‘Chefs d’oeuvre ?’. D’ici là, voici deux mots sur mon escapade lors de ma visite à Metz, en lieu et place de déjeuner.

fritscher.1273681384.jpgEn entrant dans le FRAC Lorraine, dans la vieille ville, on craint de glisser : le sol de la cour est mordoré, comme huileux, glissant peut-être. Cette installation (sans titre) de Susanna Fritscher, qui a enduit les pavés d’une couche de silicone, d’une couche d’illusion, est la première à nous déstabiliser, à nous mettre dans un état de flou, d’incertitude qui va continuer dans toute l’exposition ‘À l’ombre d’un doute’ (jusqu’au 29 août). Nous rencontrons ensuite des vitres couvertes de poussière (Pols, Ignasi Abbali), ni hygiéniques, ni transparentes, puis un plancher défoncé (Plastered, Monica Bonvicini) que les visiteurs détruisent davantage à chaque pas. On est loin du ‘charme discret de la monstration’, on est loin des beaux alignements muséaux où on vient de passer quelques heures. Dans une autre salle, on ne voit rien, absolument rien, noyé dans un brouillard épais (MUHKA Anvers, Ann Veronica Janssens), sans repères, tatonnant à l’aveuglette, inquiet et désorienté : n’est-ce pas là une réaction commune face à l’art contemporain ? Il y a aussi des peintures odorantes (Peinture placebo©, Decoster & Rahm) ou à peine visibles (Wandstück, Karin Sander).

Et quand des choses sont visibles, elles ont à faire avec la vision car elles questionnent la manière dont nous voyons et dont nous sommes vus, ainsi les installations de vidéosurveillance de Dora Garcia ka_pissing301281.1273681418.jpg(Proxy/Coma où une interprète, nommée Proxy, est filmée dans une salle cependant qu’une vidéo d’elle, filmée au même lieu mais à un autre moment, est diffusée dans une autre salle; et Forever, où c’est le visiteur qui est filmé, cependant que Dora Garcia, de chez elle, nous regarde, l’anti Boltanski en somme). Que sommes-nous prêts à accepter ? Comme Francis Alÿs l’avait fait à Londres, le groupe arterroriste a répertorié les caméras de surveillance de Metz; à nous d’établir notre itinéraire.

dekyndt-one-second-1-gde1.1273681335.jpgDans cet ensemble discret, furtif, décontenançant, on peut trouver emblématique l’image de l’affiche, Pissing de Knut Åsdam (ci-dessus; j’en ai récemment découvert un équivalent féminin -photos 7&8), mais j’aurais préféré comme emblème une image de la vidéo One second of silence (Part 01, New York, 2008) d’Edith Dekyndt : un drapeau transparent flottant au vent sur un ciel nuageux. Quel territoire marque-t-il, quelle souveraineté, sinon celle du rêve ? Nul chef d’oeuvre ici : cette exposition fut un excellent antidote postprandial à la richesse démonstrative du Centre Pompidou Metz.

delmas.1273681557.jpgPour compléter la cure, il suffisait ensuite de traverser la rue : dans l’église désacralisée des Trinitaires (où je me souviens d’avoir découvert Céleste il y a dix ans), la galerie messine Octave Cowbell présente (jusqu’au 29 mai) une installation Les durées exposées de l’artiste conceptuel Vincent Delmas, qui est toute de simplicité et de dépouillement. A une heure donnée (il y aura, au total, 77 moments), l’église est ouverte, pour une durée allant de 1 à 77 minutes et vous êtes simplement invité à observer le temps qui s’écoule, face à un écran-horloge marquant la durée. On peut méditer, prier, bailler, rester une minute ou tout le temps prévu. L’exposition est l’oeuvre, et l’oeuvre est l’exposition. C’est tout, et c’est une très belle expérience.

Photos 1 et 3 courtoisie du FRAC; photo 4 de l’auteur. Knut Asdam étant représenté par l’ADAGP, la photographie de sa pièce sera retirée à la fin de l’exposition.



Partager

A propos de l'auteur

Dès que je peux, je visite musées et galeries, à Paris ou au hasard de mes voyages. Je suis un amateur, pas un professionnel.Collectionneur éclectique, je ne suis pas critique d’art patenté, ni docteur en histoire de l’art (peut-être, un jour ...).N’étant ni artiste, ni galeriste, je souhaite partager librement mes découvertes, mes intérêts, mes coups de coeur. Mes points de vue sont subjectifs, et j’apprécie toute invitation à d’autres regards et d’autres découvertes.--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Le blog de Lunettes Rouges------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Contacter Lunettes Rouges sur sa messagerie

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!