2 114 vues

Les premiers monastères orthodoxes peints de Bucovine : Moldovitsa, Sucevita, Solé

2

moldovistamoldovista1La région de Bucovine est fameuse pour ses monastères orthodoxes aux façades totalement peintes. Parmi les plus célèbres dont plusieurs sont classés au patrimoine de l’UNESCO, celui de Moldovitsa (ci-contre), mais aussi Sucevita, Voronet, Putna ou encore Solé. Le riche patrimoine religieux de cette région située dans le Nord-Est de la Roumanie justifie à lui seul une découverte.

 


Monastère peint de Moldovitsa.


Le 23 aout

Visite de notre premier monastère peint, celui de Moldovitsa. Tout autour, une ambiance de kermesse avec des marchands de souvenirs et de confiserie et beaucoup de visiteurs, roumains en majorité. L’architecture est particulière avec ces toits qui dépassent largement pour mettre les peintures à l’abri des intempéries et ces peintures extérieures sont très surprenantes. Moldovitsa est surtout dans les rouges dominants, mais Gil me fait remarquer que lorsqu’il photographie un détail, justement il est dans les bleus, c’est marrant.



Moldovitsa : Détail .


On pique-nique dans la montagne avant de redescendre de l’autre coté en Bucovine, où on visite le monastère de Sucevita qui lui est en activité, tenu par une communauté de nones qui veillent à ce que la visite ne se passe pas dans une ambiance de foire comme à Moldovitsa. Nous rencontrons un Français qui vit plus ou moins en errance dans sa voiture avec son chien. Il fait la visite avec nous et nous saoule un peu à raconter sa vie, mais il est probable qu’il avait besoin de parler. Il est en voyage depuis des mois, ne parle que le français , alors c’est sur que, parler un peu, lui fait du bien. Après la visite de Sucevita, nous lui disons qu’on va aller jusqu’à Sole , voir un autre monastère et que ce soir, nous remonterons à Sucevita, nous installer pour la nuit sur la piste d’hélicoptère qu’il y a en face du monastère. Nous lui proposons de manger avec nous ce soir, ce qu’il accepte, mais lorsque nous revenons de Sole, il n’est plus là.

Le col entre Maramures et Bucovine


Cartes de la Bucovine

Le monastère de Solé à peu près du même style architectural que Moldovitsa et Sucévita, est habité par une famille de particuliers qui le font visiter mais les peintures extérieures ont été peintes en blanc et les peintures de l’intérieur de l’église ont été complètement détruites par le stockage de sel gemme. Il ne reste donc pas grand chose à voir, mais la jeune femme tient à nous faire visiter ce qui était les cellules des moines et quelques vestiges religieux qui sans aucun doute ont une grande valeur à ses yeux.


Solé : vue de l’extérieur les propriétaires ne voulant pas qu’on le photographie de ‘intérieur de la cour entourant l’ancienne église .


En descendant vers Solé nous sommes à nouveau enchantés par l’architecture des maisons très différente ici de celles du Maramures. Le bois est peint en couleurs pastel bleu, vert, rose , orangé avec des toits en tôle galvanisée très brillants. Devant les maisons des palissades de la même couleur que la maison et toujours un portail monumental qui n’est pas sculpté, mais peint lui aussi comme la maison , surmonté d’un petit toit. Dans les cours, un puits entouré d’une palissade peinte elle aussi et surmontée d’un toit assorti à celui du portail. C’est vraiment très joli.


Une maison en Bucovine

Il n’est pas très tard lorsque nous remontons à Sucevita et sur la route au milieu des charrettes à un ou deux chevaux, nous croisons des camions chargés d’énorme billes de bois, car ici, en plus de l’agriculture vivrière, la grande industrie, est la sylviculture. Tous les hommes ou presque travaillent à la forêt et tout ce bois part en Allemagne ou en Scandinavie pour fabriquer des meubles en kit Clin d'oeil vous voyez de qui je veux parler…. C’est pour ça qu’il y a une piste d’hélicoptère : pour évacuer en urgence si par malheur quelqu’un se blessait, avec ce matériel énorme, mais la femme “voisine” de notre CC qui est venue en curieuse nous proposer du fromage de sa fabrication, et en profiter pour visiter le camion, nous explique que ça peut servir pour tout le monde si quelqu’un est très malade ou pour une femme qui accouche. Au fait, je ne me risquerai pas, quoi que ça m’est tout de même arrivé parfois, emportée par la discussion, à parler Roumain, mais en faisant attention, comme c’est une langue latine, c’est assez facile à comprendre . Nous attendons un moment pour le cas ou notre invité d’un soir arriverait, mais, ne voyant rien venir, nous nous mettons à la cuisine. Ensuite, scrable et au lit.


Monastère de Sucévita nettement plus bleu dans l’ensemble que celui de Moldovitsa et ici au contraire lorsqu’on photographie un détail, il est dans les tons rouges. Étonnant….


Monastère de Sucévita : détail .

( Ne sont-ils pas charmants tous ces saints escaladant l’échelle du Paradis en compagnie des anges ? )


Jour de marché à Raduti .


Le 24 août

Le matin, nous refaisons un petit tour au monastère de Sucévita puis nous prenons la route vers la petite ville de Raduti où nous faisons les courses dans un petit marché couvert très bien achalandé où les paysans apportent leurs productions. Légumes divers, oeuf, volailles et des montagnes de poivrons jaune clair et de champignons. Nous achetons une livre de girolles et une livre de cèpes pour moins de 4€. Sur un étal, je remarque de gros sachets de soucis ( calendula ) et je présume qu’ici aussi, comme chez nous dans le Midi, on utilise le calendula comme plante médicinale, c’est en effet un très bon désinfectant, cicatrisant, anti-inflammatoire, anti- hématomes en macération et les fleurs fraîches, en pétales ou en boutons en plus d’être très jolies dans la salade sont excellentes pour le foie et les régles douloureuses.

Tiens je vous donne ma recette pour la macération de calendula :


Remplir un bocal en verre, type petit pot de confiture avec couvercle métallique, préalablement stérilisé ( ébouillanté ) de pétales séchés de soucis, bien remplir sans tasser. Verser par dessus de l’huile d’olives jusqu’au ras, fermer hermétiquement et entreposer 40 jours dans un endroit frais à l’ombre ( cave ) retourner le bocal tête en bas, tête en haut, tous les deux, trois jours. Au bout des 40 jours, filtrer en pressant bien les pétales. C’est prêt ! facile et très utile en cas de bleus, de coups de soleil, de courbatures en massages, de brûlures légères, de pieds douloureux, d’érythème fessiers des bébés etc… attention, ne pas utiliser sur une plaie ouverte saignante, ça ferait saigner encore plus. On trouve des pétales séchés de soucis dans les herboristeries mais on peut en faire pousser au jardin ou sur le balcon, ils sont répulsifs pour les poux des rosiers et autres insectes nuisibles comme les chenilles, ou bien les ramasser sauvages. Chez nous ils poussent en quantité en garrigue, ils sont bien plus petits mais ils ont les mêmes vertus Sourire.

Vers 1 heure de l’après midi, nous arrivons au monastère de Punta. Belle architecture, mais ici à l’entrée ce n’est ni un ambiance de kermesse, ni une ambiance de foire, mais carrément le souk ! Avec un tas de marchands de babioles, de mauvais artisanat, de frites et autre et des gosses misérables qui mendient. C’est la première fois qu’on voit ça ici ! A l’intérieur du monastère, qui est un monastère d’hommes, l’ambiance est à gerber ! C’est tout de même extraordinaire, ça ! Dés que des hommes mettent les pieds en religion, il faut qu’ils se débrouillent pour en faire un intégrisme ! En plus du prix exorbitant de la visite, tout le monde est obligé de revêtir des espèces de blouses noires crasseuses, qui puent . Personnellement, je refuse de me plier à ces injonctions, je n’ai donc pas le droit d’entrer . Gil, lui, rigole de mes blocages. Il se déguise donc en clown orthodoxe pour faire la visite, et revient une demi heure après, déçu par les bondieuseries Saint Sulpiciennes qu’on lui à donné à voir. Tout ce qui n’était pas larmoyant et morbide à été gratté et remplacé par ces images . Dans le “Livre d’Or “, énorme comme une encyclopédie dorée sur tranche, pompeusement mis à la disposition des visiteurs que l’on suppose conquis, il ( Gil ) propose au moines de détourner une partie de la manne que représente leur business pour venir en aide, aux enfants qui mendient à leurs portes.



Monastère de Putna.


Ensuite, en nous dirigeant vers Dragomina, nous tombons par hasard, en pleine campagne, sur la très, très mignonne église peinte d’Arbores, pratiquement à l’abandon. Nous passons là un moment calme et apaisant après le cirque de Punta.


Eglise d’Arbores : Détail .


Vers dix-huit heures nous arrivons à Dragomina. Je ne voudrais pas avoir l’air de faire preuve de sexisme, mais Dragomina qui est occupé par une communauté de femmes est un lieu à la fois calme , joyeux et très beau. Les bâtiments très anciens et les fresques modernes sont d’un style très différent, dans des tons beige crème, ocre, très stylisées . Le site est vraiment à visiter. A l’extérieur, des nones travaillent avec les paysans à rentrer du foin, d’autres travaillent dans le jardin, et on entend des rires et des appels,venus de la cuisine dont sortent des éfluves appétissants de soupe aux légumes. L’endroit est bien sympa. Nous on va s’installer en face sur le parking d’une guinguette en bordure d’un lac, ou les gens viennent boire un coup après leur journée de travail et repartent à…tombereau ouvert Sourire. Avant de préparer le repas, nous buvons une bière en terrasse et j’en profite pour demander si nous pourrions brancher notre appareil photo , complètement H.S, sur une prise chez eux. Accordé, nous le récupérerons après le repas en allant boire le café. En soirée nous faisons une longue balade dans la campagne qui sent bon la chlorophylle et le foin coupé. Nous sommes croisés en trombe, dans le noir, par deux gamins qui font une course échevelée, debout sur leurs chars . Comme on les avait entendus venir de loin, et passer à grand fracas le gué sur la rivière qui alimente le petit lac, on avait eu le temps de se garer , mais je ne suis pas certaine que tout à leur compétition, eux, nous aient aperçus Sourire

Hélas, pas de photos de Dragomina, notre appareil photo étant complètement HS ce jour là.

http://www.catherinegil.com/

http://www.catherinegil.com/




Partager

A propos de l'auteur

À propos de moi : De nous plutôt ! Donc, Gil, c'est lui, Catherine et bien,c'est elle, et Zébulon, c'est le camping car. Ensemble, ils partagent la passion du voyage et maintenant que Gil et Catherine sont à la retraite, Zébulon ne va pas chômer.Les carnets nomades de CatherineGil, c’est le récit en photos et bavardages de nos voyages,en Roumanie, Bulgarie Slovaquie, Ouzbékistan, Ukraine & Crimée, Maroc. Et notre voyage de 12 mois en Amérique du Sud. __________________________________________________________________________________________Un commentaire fait plaisir! Merci pour vos lectures et vos messages.Le blog de CatherineGil ________________________________________________________________________________________

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!