6 572 vues

Palais du Parlement de Roumanie – Visiter Bucarest : le Palatul Parlamentului

4

Visiter Bucarest. Le colossal Palais du Parlement de Roumanie, le Palatul Parlamentului est l’une des principales destinations touristiques les plus associées à Bucarest et bien sûr les plus incontournables.

Palatul Parlementului, telle est l’appellation du palais du Parlement de Roumanie à Bucarest. C’est évidemment le monument le plus imposant de la ville et souvent le premier qui vient à l’esprit des touristes quand on évoque la capitale de la Roumanie. Le Palais du parlement est une visite immanquable à Bucarest, non pour sa beauté, mais pour le symbole qu’il constitue et le rappel à la période de la dictature de Ceaucescu, qui dans un délire mégalomaniaque, fit construire ce bâtiment démesuré, appelé à l’époque “Maison du peuple”.

 

Visiter Bucarest : le Palais du Parlement de Roumanie

Impossible de visiter Bucarest sans découvrir le monument le plus gigantesque : le Palais du Parlement de Roumanie, dernier vestige de l’ère Ceaucescu. Qu’on juge le Palais du Parlement monstrueux, hideux, génial, horrible, fou, délirant, excentrique, selon la distance que l’on prend vis-à-vis de son initiateur, il n’en reste pas moins le second plus grand bâtiment administratif au monde – derrière le Pentagone -, et l’un des plus grands bâtiments européens, encore aujourd’hui, ce qui reflète la folie des grandeurs de Ceaucescu.

bucarest palais du parlement de roumanie

 

Le Palais du Parlement de Roumanie ; palais de la démesure d’un dictateur

C’est en 1984 que fut ordonnée la construction de l’actuel Palais du Parlement ; bâtiment originellement nommé Casa Poporului, c’est-à-dire La Maison du Peuple, comme l’appellent toujours la plupart des roumains et des Bucarestois, y compris parmi la jeune génération. La Maison du Peuple, qui était plutôt perçue en Europe occidentale comme le Palais de Ceaucescu, a été imaginée en pièce maîtresse du pouvoir et de l’oeuvre politique du dictateur, à l’instar du Boulevard de la victoire du socialiste, aujourd’hui Boulevard de l’Union “Unirei”, qui est une vaste artère assez froide, menant au palais. A la chute de Ceaucescu à la suite de la Révolution de 1989, le Palais fut rebaptisé Palais du Parlement de Roumanie, le Palatul Parlamentului.

Bucarest boulevard unirei palais du parlement

L’édification du palais de Ceaucescu, Palais du Parlement de Roumanie, fut confiée principalement à une jeune femme de 26 ans, l’architecte Anca Petrescu, même si quelques 600 architectes ont pris part au projet et que 20 000 ouvriers ont travaillé à cet ouvrage pharaonique, resté inachevé. De style néoclassique, sa particularité est d’être édifié en pierre et surtout en marbre, avec en particulier, du marbre rose très rare, ce qui lui confère un aspect encore plus glacial, que l’on ressent dès les premiers pas à l’intérieur du palais. La taille de l’édifice justifia que plusieurs carrières roumaines soient épuisées, afin de trouver un marbre de qualité  exceptionnelle pour rendre encore mieux hommage, avec les matériaux les plus nobles, aux ressources roumaines, aussi bien qu’à la vision du pouvoir du Conducător, surnommé le “Génie des Carpates”, qui régna d’une main de fer sur la Roumanie entre le 22 Mars 1965 et le 22 Décembre 1989.

La vocation du bâtiment était de concentrer toutes les administrations régissant la Roumanie : la Présidence de la République « Președinția Republicii », la Grande Assemblée Nationale « Marea Adunare Naționalǎ », le Conseil des Ministres « Consiliul de Miniștri »et le Tribunal Suprême « Tribunalul Suprem ». D’où une surface impressionnante couvrant 45 000 mètres carré pour 35 000 mètres carré de surface habitable. Non seulement ce bâtiment était censé accueillir les bureaux, mais aussi un certain nombre de logements des fonctionnaires qui y travaillaient. D’une hauteur de 86 mètres, le Parlement de Roumanie, qui a été construit sur la colline Dealul Spirii, est visible de nombreux points de la ville et étire fièrement ses 270 mètres de longueur pour 240 mètres en largeur et 92 mètres de profondeur! On y compte donc 1100 pièces réparties sur 12 étages dont 4 étages souterrains reliés à l’avenue du 13 septembre par des tunnels. Un véritable labyrinthe où s’agitent le personnel politique du pays, et deux cents petites fourmies, qui font le ménage.

Depuis 1994, le Palais du Parlement de Roumanie est le siège de la Chambre des Députés. Le Sénat attendit 2004 pour la rejoindre. Les environs du Palais sont actuellement occupés par la riche bourgeoisie bucarestoise – d’où les prix prohibitifs du mètre carré, à l’échelle de la Roumanie – et les principaux services officiels.

Dégradations de l’urbanisme de Bucarest et expulsions massives

Compte tenu de l’absence de tout plan d’urbanisme à Bucarest, Ceaucescu avait pour habitude de faire détruire et construire tout ce qu’il voulait jusqu’à obtenir le résultat souhaité, mais dans sa mégalomanie, le Conducator changeait aussi souvent d’avis et cela compliqua l’exécution du projet. En effet, la réalisation du Palais ne fit pas exception. A maintes reprises, ordre fut donné de reconstruire des parties du palais qui ne lui convenaient pas. Cette oeuvre monumentale a eu un coût astronomique pour le pays, puisqu’il est estimé à 40% du PIB par an. Les frais de maintenance et les travaux d’aménagement ne sont pas moins onéreux pour une Roumanie, qui traverse une terrible crise économique depuis 2008 et peine à entretenir le bâtiment.

Bien sûr, au-delà de son coût, la réalisation du projet n’alla pas sans destructions massives dans la ville de Bucarest, qui fut ainsi doublement défigurée, puisqu’1/5ème de sa superficie soit environ 520 hectares, a été rasé pour que le Palais de Ceacescu soit établi.  Les destructions de quelques 30 églises et entre 7000 et 30 000 immeubles et maisons (selon les sources) ont généré des plusieurs dizaines de milliers d’expropriations sans préavis. On estime que 40 000 habitants auraient été expulsés, sans que tous soient décemment “relogés” comme annoncé à l’origine. La plupart ont été installés à la hâte sans dédommagement, dans des immeubles totalement vétustes pour ne pas dire insalubres, ne disposant pas même de l’eau courante, du gaz ou de l’électricité. Outre les dégâts humains, les décisions de Ceaucescu pour satisfaire son projet pharaonique ont produit des altérations irrémédiables du paysage urbain à Bucarest.

 

Visite du palais du parlement à Bucarest ; une impression vertigineuse

Le Palais du Parlement de Roumanie peut se visiter. En particulier, l’aile ouest du palais, réaménagée avec des ascenseurs pour que soit installés le Musée National d’Art Contemporain (MNAC) et un musée du Totalitarisme et du réalisme socialiste. Des visites guidées essentiellement en anglais sont proposées ; elles durent environ une heure et vous permettront d’explorer environ 5% du bâtiment.

Si l’aspect extérieur de l’imposante bâtisse ne peut qu’impressionner, les intérieurs du Palais du Parlement de Bucarest affichent tout autant les ambitions de majesté de Ceaucescu, a fortiori quand on déambule de vestibules en corridors, de couloirs en salons et de salles en galeries. La majorité des salons et des escaliers sont revêtus de lourds tapis rouges, de plâtres dorés, des tapisseries, des brocarts et des rideaux de soie brodés avec du fil d’or. Le  faste et le raffinement se révèlent au détour des plafonds dentelés, de chaque colonne, ou encore des murs et escaliers en marbre, des monumentales sculptures,  des multiples lustres en cristal,  vraiment somptueux dont le plus lourd pèse 4 tonnes et des candélabres de cuivre! Ceaucescu a porté un intérêt particulier à réunir les matières premières dont le sol roumain est richement doté comme les bois de chêne, d’acajou et de fayard, provenant des montagnes roumaines, le cristal de Medias (* ?), le cuivre et l’or des diverses mines et le marbre de Rușchița en Transylvanie. Des intérieurs qui n’ont rien à envier aux plus prestigieux châteaux européens.

Bucarest palais du parlement couloir

Lustre palais du parlement de Bucarest

Escalier en marbre Palais du parlement de Roumanie

 

Salle palais du parlement de Bucarest

 

La visite du Palais du parlement de Roumanie est une visite plutôt intéressante, en dépit d’une organisation pas toujours satisfaisante. La visite guidée coûtant aux environs de 20 €/ personne en supplément du billet d’entrée pour la visite classique vous permettra de mieux prendre la mesure des lieux avec une perspective historique utile à la compréhension de l’oeuvre. La découverte des musées est enrichissante.

Informations pratiques :

Palais du Parlement (Palatul Parlamentului / Casa Poporului)
1, Calea 13 Septembrie, Bucarest, Roumanie
Heures d’ouverture au public : 10h – 16h
Prix et tarifs : entrée : 5 euros … Attention, si vous voulez prendre des photos, vous devrez vous acquitter d’une taxe (comme dans beaucoup de sites majeurs et touristiques en Roumanie) : 6 euros


Agrandir le plan



Partager

A propos de l'auteur

Voyageuse dès le berceau, je nourris un amour viscéral pour les pays d'Europe centrale et orientale, avec une prédilection pour les Balkans (notamment l'Ex-Yougoslavie...). Dans ces terres, qui m'ont enseigné beaucoup de leçons, au fil de quinze ans de découvertes, de rencontres et de hasards… je me retrouve parfois… tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires. J’essaie de me montrer curieuse de tout, de mettre de côté mes idées reçues, de découvrir les pays depuis les sites incontournables jusqu’aux plus inattendus, insolites ou traditionnels quitte à me perdre pour mieux me laisser surprendre. Je privilégie les rencontres, repas et hébergements chez les habitants, pour explorer les traditions, les cultures, l’histoire et les plaisirs culinaires typiques.J'essaie de faire d'Ideoz un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation.   Me contacter par mail? En savoir plus sur moi et sur le projet IDEOZ Voyage...

4 commentaires

  1. Thierry Barbottin on

    J’ai visité Bucarest en 1996 avec mes parents, j’ai vu ce bâtiment uniquement de l’extérieur (même vue que sur la photo), je l’ai trouvé impressionnant mais sans plus. Mon père avait acheté un livre avec des photos en noir et blanc en roumain (1995) sur la destruction du vieux Bucarest. Titre: Bucurestiul disparut Auteur: Gheorghe Leahu Edition : Editura arta grafica Bonne chance pour le trouver…

  2. Bonjour,
    Nous envisageons avec mon épouse un voyage en Roumanie l’année prochaine en avril ou en mai. Nous avons peu de temps alors on a prévu un seul jour à Bucarest. Est-ce que ça suffit pour apprécier l’essentiel de la ville? Faut-il vraiment consacrer une heure à la visite du palais ou la découverte extérieure suffit-elle?
    Merci pour vos conseils!

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.