735 vues

Rue Katalin de Magda Szabo ; l’histoire de Budapest en 3 destins

0

La littérature hongroise est peu connue en France, mais Magda Szabo apparaît comme un écrivain hongrois incontournable. Une expérience inoubliable unit les destinées de quatre enfants, issus de trois familles, vivant dans la même rue : la rue Katalin…

Rue Katalin, l’histoire de Budapest à travers le destin de 3 familles

rue katalin magda szabo

Ils ont grandi ensemble et se sont éveillés aux sentiments, avant que la vie les confronte aux sombres périodes de la Hongrie pendant et après la Seconde

Guerre mondiale… Des lieux, des temps, des moments forts recomposent l’Histoire de la Hongrie et les histoires de ces protagonistes inéluctablement liés … Dans Rue Katalin (Katalin Utca), Magda Szabo, écrivain hongrois, livre un roman empreint d’une grande nostalgie, d’étrangeté et de tragédie…

Rue Katalin, sur la rive du Danube, il y avait trois maisons accolées, abritant trois familles bourgeoises : les Elekes, les Biro et, derniers arrivés, les Held.

Ces habitants, très liés les uns aux autres, formaient un microcosme, les enfants grandissant les uns avec les autres. Ils étaient quatre : trois filles, Irén et Blanka Elekes et Henriette Held, et un garçon, Balint Biro, duquel elles étaient toutes trois éprises : la primesautière Blanka, la timide et fragile Henriette, et la trop parfaite Irén. C’était Irén que Balint trouvait la plus attirante, et qu’il souhaitait épouser. Mais, comme Irén le réalisera avec amertume, il aimait plus profondément Henriette, même si cette affection-là était d’un autre ordre. La mort de la jeune fille, tuée par un soldat alors qu’elle se cachait chez le commandant Biro suite à la déportation de ses parents, interrompra les fiançailles de Balint et Irén, et aura raison de l’existence jusque-là protégée de tout ce petit monde.

Ceux qui survivront à la guerre devront se replier de l’autre côté du Danube, à Pest, car les trois maisons de la rue Katalin seront réquisitionnées par les pouvoirs publics et transformées en centre social. Mais le souvenir de la rue Katalin et d’Henriette continuera à les hanter. Mieux, Henriette elle-même, sous une forme immatérielle ou plus substantielle, viendra les hanter à leur insu, et hanter également les lieux où elle a vécu. Fantôme inconsolé, elle suivra ses anciens amis dans leur nouvelle existence, se fera le témoin de leurs tourments et de leurs désillusions, et revisitera la rue Katalin en la reconstruisant à l’identique de ce qu’elle fut jadis. Mais les uns comme les autres se perdent dans les méandres des souvenirs sans cesse ravivés. Irén et Balint se sont mariés sur le tard, mais leur union n’a de sens que par fidélité à un passé bien révolu. Blanka, recluse dans la maison de son mari en Crète, évoque sans fin les figures aimées qu’elle a laissées loin derrière elle. Les Elekes, après l’avoir chassée, se languissent de leur fille cadette dont ils sont sans nouvelles, et regrettent amèrement l’ancienne Irén, devenue une femme violente et aigrie. Henriette, ombre parmi les vivants, erre d’un monde à l’autre, inconsolable et refusant d’accepter la fatalité, attendant qu’une certaine personne la rejoigne parmi les morts. “Chacun ne reçoit en partage qu’un seul être dont il puisse invoquer le nom à l’heure de la mort”, tel est le postulat posé par Magda Szabo en prologue, et c’est ainsi qu’elle conclut son roman. L’être en question n’étant pas nécessairement celui auquel on penserait…

Rue Katalin de Magda Szabo est un roman étrange, tragique, empreint de nostalgie, où les frontières sont floues entre la vie et la mort, le présent et le passé; pour autant, le souvenir échoue à faire revivre ce qui a été, et qui jamais plus ne sera. Seuls l’acceptation de la fatalité, le lâcher-prise et le pardon sont à même de nous libérer de cette souffrance – il faut savoir tourner
la page…

Un livre traduit du hongrois, revu et corrigé par Chantal Philippe, éd. Viviane Hamy, 2006

https://voyages.ideoz.fr/wp-content/plugins/wp-o-matic/cache/c079b_3407400-Budapest_Danube-Budapest.jpg


Vue de Budapest et du Danube

Autres avis sur Rue Katalin :


Vous pouvez lire le premier chapitre de ce roman sur le blog de Nathalie Feyt.

Lire l’Article sur –> Schlabaya – blog Scriptural



Partager

A propos de l'auteur

Découvrez le blog de lectures de Schlabaya SCRIPTURAL

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.