443 vues

Voyage Costa Rica : San Vito ; découverte de la nature costarience

0

carreta_tipicaJe découvre la destination de San Vito, accessible depuis Ciudad Neilly (une trentaine de kilomètres de la frontière et bien desservie) dans les montagnes de Coto Frus, la ville est à environ 1000 mètres d’altitude, présente un climat agréable, n’a que peu de touristes…

Venant du Panama j’entre au Costa Rica, puisque c’est de la qu’en fin de semaine je dois repartir sur Paris.
J’ai prévu de passer deux jours autour de la capitale du CR, peut-être un de plus vers Santa Maria de Dota dans la zone d’appellation Terrazu, une des adresses les plus importantes pour le café au CR, mais je ne désire pas passer ce lundi en bord d’océan, avec le climat tropical lourd qui va avec et que je ne supporte pas.

Certes, je suis à côté du (magnifique) Parque national de Corcovado (lequel lui aussi est au bord du Pacifique), mais il faut lui consacrer plusieurs jours, ce qui est impossible.
Avec Corcovado vient en outre aussi le même problème de climat tropical .

.

Les montagnes

Donc direction les montagnes. Que peut se faire aisément depuis le poste frontière panaméen en tant que montagne ?
Vous allez me répondre tous en cœur : La Talamanque.

Certes.

Je découvre cependant la destination de San Vito, accessible depuis Ciudad Neilly (une trentaine de kilomètres de la frontière et bien desservie) dans les montagnes de Coto Frus, la ville est à environ 1000 mètres d’altitude, présente un climat agréable, n’a que peu de touristes, et de plus (cerise sur le gâteau, d’où mon titre) offre une possibilité de repartir vers San Jose par la vallée de Coto Cruz, toujours en altitude donc.

.

Y aller

Depuis Ciudad Neilly, les 35 kilomètres ne sont pas facile à faire, le bus met deux heures.

Il y a un bus toutes les deux heures environ, et ne négligeons pas le décalage horaire de une heure entre Panama et Costa Rica, ce qui fait que l’ascencion débute à 6h30 panaméenne, mais 5h30 costaricienne, la nuit étant presque tombante (6h30 au Panama) et j’arrive à un peu plus de 8 heures du soir.

A quelque chose malheur est bon :
Le début de la montée est particulièrement superbe, les épingles à cheveux à flanc de coteau permettant de superbes vues sur Ciudad Neilly que l’on quitte, et également sur la bande côtière plate derrière. L’éclairage est magnifique avec une ‘fin de soleil’ passant parfois sous les lourds nuages et éclairant de façon différente certaines zones.

La végétation redevient vite junglée, avec son comptant de lianes, de broméliacés et autres plantes se rajoutant sur des arbres déjà colossaux.
Le bus n’en n’a que faire, et préfère brouter les épingles. Quelques bananiers donnent une touche encore plus tropicale à la montée surtout dans certains virages.
Mais, bon, tant qu’on ne se banane pas..

L’arrivée de nuit n’est en revanche rien moins que non spectaculaire, d’autant que la ville elle-même est quelconque, n’exhibe pas de joli monument, qu’il n’y a qu’une rue principale, et que à presque 9h00 du soir, le ticos est devant son poste de télévision (Ce n’est pas la France, hein ?).

.

Hôtellerie et restaurant

Gros point faible, il n’y a rien de bien.

Vous allez me dire que dans la nuit, je ne suis pas objectif ?
Non non, j’ai passé deux journées complètes ici et je maintiens :

J’ai utilisé (je ne peux guère dire fréquenté) l’hôtel Rino (8 300 colones la nuit, soit 17 dollars ou 12 euros au cours de mai 2008) mais les chambres sont sans vues, bien que proprettes, et l’hotelier argue de ce que ma carte Amex est invalide (pourtant utilisée la veille avec succès puis le lendemain) puis ma carte visa non acceptée pour me faire payer cash.

L’hôtel El Ceibol de meilleure facture était fermé, avec une pancarte disant que si on désirait quand même l’utiliser, on était bienvenu .. à appeler l’hôtelier par téléphone.
A 9h30 du soir dans un pays que je ne connais pas avec une langue que je maitrise moyennement, je ne le sentais pas.

Le seul hébergement valide, que j’ignorais en arrivant, sinon ça eut été mon choix évident, c’est 6 kilomètres avant d’arriver à San Vito, au Jardin botanique Winston.
Les cabinas sont plus chères certes (65 dollars la nuit, soit 45 euros) mais avec vue magnifique sur le parc, qui ressemble à de la forêt tropicale, au plus près des nombreux animaux (agoutis, oiseaux nombreux, serpents), bref un point idéal pour celui qui aime la nature.

Côté restaurants, les comidas à 1500 colones (le matin) ou 2 500 (le soir, soit 5 dollars ou 3,50 euros) sont honnêtes et fiables, mais vous mangerez toujours du gallo pinto (riz mélangé avec des haricots, en général servi avec du poulet).

Si vous tentez de sortir de ce monde enchanté du gallo pinto (c’est risqué), il y a deux pizzerias sans intérêt, un >restaurante nuevo< qui fait théoriquement dans le chinois, mais en pratique vend du gallo pinto (3 500 colones avec un Fanta ou une bière, c’est donc pareil qu’ailleurs dans un cadre trop grand pour être sympathique)

.

A voir, visiter

La ville elle-même n’a pas grand-chose qu’un bel environnement à proposer. Aucun musée, aucun monument donc, mais c’est normal puisqu’elle n’a guère plus de 50 ans d’âge.
Est-ce que tout mes lecteurs de moins de cinquante ans possèdent un musée, hein ? (hein !)

Le jardin botanique (il y a un avis spécial pour cette visite) vaut en revanche largement le détour, si vous pouvez y consacrer une journée (ouverture 8 H00 possible avec un bus qui part à 7h45 et fermeture à 5h00) c’est bien, mais l’intérêt botanique et animalier fait que vous pouvez y consacrer deux journées, ou bien décider d’y passer la nuit.
Pour ma part, j’y retournerai volontiers pour son mini-tremblement de terre et ses serpents.

Les repas pris sur place sont chers (12 dollars soit 8 euros) pour une qualité à mon avis moindre que le gallo pinto traditionnel que je viens de critiquer (ce repas à l’américaine avec des mets sans intérêt me semble à l’encontre de ce que l’on pourrait attendre d’un restaurant de parc national, lequel emploie qui plus est beaucoup de monde à la cuisine) mais vous êtes servi sur une sorte de balcon avec une vue magnifique.

Bon, je n’ai jamais bien mangé dans un parc national costarience (expérience du parque chirripo, et du parque de corcovado)

.

Facilité sur place

Plusieurs supermarchés dans la petite place en bas de la ville, ou vous trouverez notamment du café local a prix intéressant (café Ramon, Café Liana, Café Viton par exemple) mais attention, certains vendent le café en grain et moulu, d’autres ne le vendent que moulu.

J’attire votre attention sur le fait que ces cafés chers pour les costariciens ont un débit bien moindre, et que vous prenez donc des risques à l’acheter en supermarché sous forme moulu.
Si vous ne trouvez pas votre bonheur chez l’un allez chez l’autre, il y en a trois.

Marchands de fringues sans intérêt, d’autant plus sans intérêt que vous êtes passé à la frontière panaméenne ou la zone libre permet des prix plus intéressant avec un choix largement amélioré .
ici, aucune qualité.

Une boutique de vente d’artisanat local est parait-il de bonne qualité, mais elle est à deux kilomètres de la ville en direction du parc botanique, et avec des horaires bizarres. J’y suis allé mais n’ai pu la visiter.

Un bureau de poste situé à côté de la police, qui a pour grand avantage de n’être pas débordé, donc on n’attend pas trop. Le personnel est quand même dans le genre ‘deux de tension’.
A part d’y arriver avec une grenade dégoupillée, je ne sais pas ce qui pourrait les faire s’activer.
Paquet de 2 kilogrammes pour ‘Europe = 20 dollars.

Bon, j’en ai profité pour aller chez le coiffeur (Peliqueria)

.

Ma conclusion

Une étape intéressante si on zappe les hôtels en ville pour la cabine au Parc Botanique.

En revanche, la ville ne pose pas de problème de sécurité même si l’éclairage de nuit va vous sembler faiblard



Partager

A propos de l'auteur

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!