ROUMANIE

S’expatrier en Roumanie ?

Par Sandrine Monllor (Fuchinran), le Juin 22, 2014 - expatriation

S'expatrier en Roumanie ? 1Depuis le début de la crise économique en 2008, la Roumanie est périodiquement sous les projecteurs des médias, car elle constitue un objet d’interrogations et parfois de frustrations pour des français angoissés par leur présent et leur avenir, surtout en matière d’emploi. Elle est présentée comme l’un des pays les plus concurrentiels, qui susciterait encore un grand nombre de délocalisations  d’entreprises, en raison d’une conjugaison de facteurs : tarifs de la main d’oeuvre parmi les plus bas d’Europe, attractivité de la fiscalité, attachement à la francophonie quasi historique malgré un recul face à l’anglais (20% de roumains parleraient français), liens historiques avec la France, travail de qualité avec un haut niveau de qualification dans des domaines variés et proximité (Bucarest est à moins de 3000 km de Paris).


De plus, la Roumanie est européenne et présente certaines garanties, malgré des points noirs importants comme le niveau record de corruption. Aussi, malgré un smic à 140€ par mois, des salaires dépassant rarement 300€ dans la majorité des secteurs pour 40h hebdomadaires, la Roumanie attire… et devient un nouvel “Eldorado” y compris pour les Français, alors que paradoxalement, beaucoup de Roumains ont saisi l’intégration européenne comme occasion pour émigrer vers l’Espagne, la France ou encore l’Italie.

Alors s’expatrier en Roumanie, pourquoi pas?

Seriez-vous tenté? Ou l’avez-vous fait? Pourquoi ? Comment? Etait-ce difficile? Et quelles sont les principales difficultés et satisfactions que vous tirez de votre expérience?

Racontez nous.

 353 Visites au total,  1 aujourd'hui

Sandrine Monllor (Fuchinran)

Je m’appelle Sandrine Monllor. J’ai créé IDEOZ, guide de voyage sur l’Europe communautaire,  élaboré à partir des expériences de voyageurs aux profils variés. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation, depuis plus de 10 ans, j’essaie de faire de ce projet mon métier en partageant conseils et expériences et de préserver un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. De mes voyages, je conserve surtout les souvenirs intimes de petits riens, des chemins de traverse où je me suis perdue ou engagée au hasard, des rencontres et des expériences plutôt que celui des visites si incontournables soient-elles. Je suis une voyageuse résolument curieuse de tout, qui fonctionne à l'instinct. Je suis passionnée en particulier par l’Europe balkanique, centrale et orientale ; des terres dans lesquelles je me retrouve parfois, tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires. Routarde voyageant uniquement à l’aventure sans jamais rien préparer, ni fixer de destinations, j’aime appréhender les frontières visibles et invisibles entre les peuples et je privilégie les séjours transfrontaliers. Je suis une gourmande en quête des gastronomies locales, attachée aux échanges avec les habitants et sensible à l’histoire et aux traditions. Me contacter par mail?

Commentaires

Le Mar 16, 2010 à 11 h 41 min, Equance a dit :

Pour les personnes déjà intégrées dans la communauté française en Roumanie ou désirant mettre à profit leurs connaissances en gestion de patrimoine dans une expérience d'expatriation, nous vous proposons de développer une activité autonome et valorisante, sous statut d’indépendant, soutenue par un back-office de qualité, en devenant : Conseiller de Clientèle en gestion de patrimoine sous statut d'agent commercial français.

Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Le Mar 15, 2010 à 23 h 04 min, bbtoots a dit :

Bonjour, j'envisage de m'expatrier. J'ai toujours voulu partir à l'étranger mais c'est une grosse décision à prendre e je voudrais avoir un avis. Il y a quelques années, j'avais eu une proposition pour l'Italie mais je ne le "sentais" pas. Ici, je m'y vois. J'ai pas mal de connaissances roumaines, et je suis tombée amoureuse de ce pays. J'ai une vie établie ici, je suis fonctionnaire(sureté d'emploi), un bon salaire. Est ce facile de trouver un emploi là-bas? je sais que la crise a fortement touché la Roumanie. Je suis diplomée de l'école hôtelière, j'apprend le roumain, pour le moment seule et en septembre, je compte prendre des cours du soir, je comprend quand même un peu l'anglais, néerlandais mais je ne sais pas le parler. Merci de vos conseils :-)

Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Le Jan 31, 2010 à 13 h 59 min, Sandrine Monllor a dit :

Bonjour Emile et ravie de faire votre connaissance. En effet, j'ai apprécié vos articles chez Michel Guillaume et je ne suis pas la seule! J'avoue que c'est en vous lisant qu'a pointée en moi l'envie de réfléchir à ce genre d'expatriation. Mais en général, on a tendance à idéaliser le projet (peut-être aussi pour prendre le risque de se lancer?)... Vos articles font au contraire ressentir un sens de l'équilibre dans l'analyse de vos expériences et c'est ce qui m'a touchée et convaincue de proposer sur Ideoz un espace de réflexion pour partager des expériences. Il me semble que vous connaissez aussi Annie Moriou qui a l'amabilité de jouer les animatrices sur Ideoz et qui a réussi à me convaincre par son énergie qu'il était justement pertinent de croire au projet Ideoz à un moment où je n'en étais plus trop persuadée.

Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Le Jan 31, 2010 à 13 h 54 min, emile bursens a dit :

Nous avons acheté une petite ferme dans les monts Apuseni en Transylvanie en 2004. C'était un projet un peu fou. Un coup de cœur. Une maison de vacances, sans plus. Après de longs séjours, nous avons décidés d'y vivre en 2007. Et nous ne regrettons rien. Mon ami Michel Guillaume, Webmaster du site Roumandalousia a laissé quelques petits textes sur IDEOZ que j'ai écrits d'abord pour son site. Le dernier est "La crise vue de Tebea" (le nom de notre village). En gros je suis d'accord avec l'analyse qui précède, sauf que depuis la crise, qui s'est déclarée ici bien plus tard qu'a l'Ouest, on voit, on sent a quel point la Roumanie est encore fragile, instable parce que son passé la hante encore. Sa monnaie s'est dépréciée en un an de 25%, sa cotation et l'intervention du FMI pour sauver les finances publiques a mis a mal sa réputation. Pour terminer je suis très heureux de l'initiative de Ideoz. Créer un espace ou les expatriés, les candidats puissent échanger leurs expériences, leurs questions. A ma connaissance il existe rien de très sérieux sur le sujet actuellement.

Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.