81 vues

Thailande : Peuple venu d’ailleurs et dans sa « réalité »

0
 Le voyage sans un zeste d’aventure ça s’appelle des vacances. Le nord de la Thaïlande, bien qu’exploré depuis des décennies, offre encore de belles découvertes pour ceux qui ont envie de sortir des sentiers rebattus.

Parce que…. entre nous, les agences de CM vendent souvent des produits éventés depuis 20 ans. « Découvrez le Triangle d’Or !  » Quelle signification pour les nouvelles générations ? La plus grande concentration de culture du pavot qui donnait l’opium. Aujourd’hui, côté thaïlandais, les ethnies de montagne, Hmong, Lahu ou Moussur, Lissu… cultivent légumes, fleurs, et en altitude, thé et café. Donc les agences vendent une journée vers le Triangle d’Or qui fouette l’imaginaire. La réalité est autre : 6 heures de voyage (aller) pour aller photographier le point où se rencontrent Birmanie, Laos et Thailande. (Est-ce qu’on photographie le point où se rencontrent France, Belgique et Luxembourg ?) Les « tribus » (double guillemets) visitées au retour sont des ethnies qui ont été délocalisées de force pour vivre en plaine et pour le plaisir des touristes de passage après droit d’entrée. Les ethnies de montagne vivent en altitude.

 
Blog _5336

 

Blog _5244

 

A Fang, une nuit d’hôtel au « Phoumanee home » tenu par des Lahu et de là, embarquement en 4×4 vers le village Lahu. C’est le début de l’aventure surtout en saison des pluies (elles ne sont pas terminées en ce moment). Direction Maee Ai puis grimpette sur 20 kilomètres d’ornières et de crevasses de terre rouge et gluante. 4×4 obligatoire mais surtout conducteur chevronné Lahu qui connait chaque ornière. Sinon c’est plantage (et personne pour vous dépanner.. pas de circulation Heureusement d’ailleurs) ou dégringolade dans le ravin et là, fin du voyage.

 

Il fait froid lorsqu’on arrive là-haut alors que dans la vallée, il fait plus de 30 degrés et que poussent les orangers. Crachin humide. Je disparais sous un plastique, pour protéger mes appareils photos, Dernier kilomètre à pied sur un petit chemin pentu et les derniers 200 mètres, quasiment à 4 pattes : des petites marches dans la terre glissante…..

 
Blog _5429

 

Pour empêcher la migration des jeunes Lahu vers les villes et leurs tentations un projet royal au départ, soutenu par des Lahu comme Mr Jaroen et Udom. (Voir les photos sur ma page FB)

 

Un soir, à Fang, (Amphoe Fang), nous étions à la recherche d’un restau, le cuisinier de l’hôtel étant malade. On a un peu erré dans la ville endormie où seules des guirlandes de toutes les couleurs clignotent dans rues sombres : bars, karaokés, beer-garden avec musique tonitruante et filles dans l’attente des clients, bien souvent issues des ethnies de montagne. Enfin on trouve le restaurant recommandé par l’hôtel. Paumé au bord d’un point d’eau. En plein air mais plutôt lugubre avec une flopée de serveurs (veuses) vraiment très jeunes. Karaoké bien sûr plus une chanteuse à la voix désaccordée amplifiée par des baffles qui écorchent les oreilles mais ne chassent pas les moustiques. Comment peut-on chanter aussi faux ? Il n’y a pas de client de toute façon. Je fais remarquer à mon compagnon, la jeunesse des serveurs. « Oh, c’est les vacances ! » me répond-il.  « Quand même, travail de nuit avec toutes les dérives »… ceux qui vivent en Thailande savent bien de quoi je parle. Je demande leur âge, à chacun. « 16 ans » ! Tous. Dont  une gamine originaire de la montagne, sans carte d’identité thaïe, une mère seule, 5 sœurs ! Et un salaire de 3500 bahts (90 euros) S’ils travaillent « bien », 4000 bahts le mois suivant. Travailler « bien » ici ça veut dire vendre de l’alcool au maximum. Des serveurs qui sautent sur votre verre après chaque goulée. Donc verre toujours plein avec l’impression de ne pas boire…Mais ça c’est l’histoire de la Thaïlande.

 
Blog _5280

 

Dans le village Lahu, un feu de bois. Pour se réchauffer. Légumes, piments et herbes cuisent dans un bambou dans la cendre. Petit verre de saké local – bien pimenté –

 

Loin de tout. Une autre vie. Un autre peuple… Dans sa réalité et non dans un camp pour touristes. Un peuple venu des contreforts de l’Himalaya il y a 1000 ans, puis poussé vers les petits royaumes qui constituaient la Birmanie et enfin en Thailande depuis 150 ans. Avec ou sans carte d’identité.

 
Blog _5412

 

Qui est l’auteur?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!