Voyagez curieux à votre mesure! IDEOZ, le forum et blog voyage collaboratif qui vous aide à préparer un séjour en Europe parfait grâce aux conseils et expériences des voyageurs

The Ghost-writer de Roman Polanski : un excellent film

1

carrefour voyages dernieres minutes

ghost writerIl ne faut pas suspecter de malice le jury de la 60e berlinale et son président Werner Herzog, pour l’attribution à Roman Polanski de l’Ours d’argent du meilleur réalisateur, alors que ce dernier est actuellement assigné à résidence depuis que la justice l’a rattrapé. The Ghost-writer est un excellent film, peut-être le meilleur de son auteur depuis bien longtemps (Le Locataire en 76 ?), et la récompense est amplement méritée.


The Ghost-Writer Bande-annonce VF

The Ghost-Writer Extrait vidéo VO

Berlin 2010/Ours d’argent du meilleur réalisateur

Roman Polanski ne tournera sans doute plus de films tant que son cas judiciaire ne sera pas définitivement jugé et il n’est pas question de débattre ici de l’affaire qui l’affecte actuellement. Ce n’est pas le lieu approprié. En revanche, il est un fait que Polanski a été rattrapé par la justice alors qu’il travaillait encore sur le montage de son nouveau film, lequel nous parvient aujourd’hui et doit être envisagé indépendamment des considérations éthiques relatives à son dossier judiciaire en cours. Il y a comme un embouteillage dans l’actualité de Roman Polanski et c’est ici son travail artistique qui nous intéresse.

The Ghost-writer est l’adaptation du roman éponyme de Robert Harris, publié en 2007. Ewan McGregor interprète un écrivain sollicité pour reprendre le manuscrit de l’autobiographie de l’ancien premier ministre britannique. Son prédécesseur dans cette tâche vient d’être retrouvé mort dans des circonstance mystérieuses (accident ? suicide ?) et, à mesure qu’il pénètre dans l’intimité de l’homme politique, le nègre littéraire commence à percevoir que quelque chose cloche. Dans le même temps, de lourdes accusations sont lancées dans les médias contre le politicien. La maison dans laquelle s’est retranchée tout ce petit monde sert alors de PC de crise et l’écrivain devient le témoin privilégié de ce qui se joue.

Avec ce film, Roman Polanski renoue avec un style « à l’ancienne». Le cinéaste élabore un thriller complexe, sur un ton très classique et typiquement hitchockien. La comparaison avec les films du maître du suspens est très souvent faite à la moindre occasion mais rarement justifiée ou justifiable. En l’occurrence, Polanski mérite lui que l’on tisse le lien qui le rapprocherait cette fois d’Hitchcock. De part la façon dont il est emballé et construit, pour ce qu’il renferme aussi de thématiques et d’enjeux narratifs, The Ghost-writer n’aurait pas été renié par le cinéaste des 39 marches et de l’Etau, c’est l’évidence même.

L’affaire qui sème la confusion dans l’entourage proche de l’ancien premier ministre Adam Lang (Pierce Brosnan) nous induit inévitablement à penser à l’action de Tony Blair lorsqu’il fut le pensionnaire du 10, Downing Street, et particulièrement l’affaire des preuves truquées ayant conduit la coalition américano-britannique à s’engager en guerre contre l’Irak de Saddam Hussein. Tony Blair commence lui même à être questionné à propos de son action à ce moment là et ses responsabilités par rapport à l’engagement des troupes britanniques dans ce conflit. La sortie film s’inscrit alors dans un étrange contexte, ou à la fois Polanski et Tony Blair sont au centre des attentions.

The Ghost-writer expose un fonctionnement politique complexe et ténébreux, source de fascination et de paranoïa. La vérité se situe au-delà des frontières de la morale, pas forcément si loin de celles de la loi, mais qui dépeint assez brutalement les moeurs douteuses des hauts-représentants politiques. L’idée du complot est bien là, complot il y a sans doute, mais nous n’avons aucune prise sur ce qui est véritablement en jeu. L’histoire est vue à travers les yeux d’un écrivain qui n’a aucune connaissance politique particulière et qui navigue dans le même brouillard que nous. Nous n’avons alors aucune idée de qui tire les ficelles ni même si quelqu’un tire véritablement les ficelles. La vérité dépasse tout cadre rationnel et/ou matériel. Même les motivations sont difficiles à percevoir. La seul réalité à laquelle nous pouvons nous raccrocher tient au fait que Adam Lang ment, dissimule une vérité que ses collaborateurs préservent sans avoir eux même idée de ce qu’ ils protègent.

Roman Polanski orchestre ce mystère de manière absolument brillante, à travers une mise en scène posée et intelligente, à tel point que lorsque le film s’achève, on éprouve le sentiment (rare) qu’absolument rien ne dépasse. Qu’il s’agisse de la réalisation ou de la seule narration, on a l’impression d’une exécution parfaite.

Passionnant de A à Z, The Ghost-writer doit également une part de sa réussite au travail du compositeur Alexandre Desplat. Sa partition, proprement envoutante, permet de convoquer encore plus facilement le souvenir du cinéma d’Hitchcock. La bande-originale est en tous les cas digne de celles de Bernard Herrman, et peut-être la plus intéressante qu’il ait composé à ce jour.

The Ghost-writer est d’autant plus intriguant qu’on ne peut s’empêcher d’y trouver des correspondances inconscientes de la part du cinéaste par rapport à ce qu’il vit aujourd’hui d’un point de vue judiciaire. Entre les fantômes du passé qui remontent à la surface, le rapport délicat aux Etats-Unis qui est décrit, et cette réplique de Tom Wilkinson qui explique que « nos enfants sont plus puritains que nous (Ndlr : les jeunes gens de 68)… », difficile de ne pas déceler les ambigüités, et les troubles qui pèsent sur Polanski lui-même. The Ghost-writer est en tout cas son film le plus abouti, le plus solide, et le plus intéressant depuis bien longtemps. Un coup de maître étonnant et qu’on ne soupçonnait quand même pas avant de découvrir le film…

Benoît Thevenin

Filmographie sélective de Roman Polanski :

1962 : Le Couteau dans l’eau
1965 : Répulsion
1966 : Cul-de-sac
1967 : Le Bal des vampires
1968 : Rosemary’s baby
1971 : Macbeth
1972 : Quoi ?
1974 : Chinatown
1976 : Le Locataire
1979 : Tess
1986 : Pirates
1988 : Frantic
1992 : Lunes de fiel
1994 : La Jeune fille et la mort
1999 : La Neuvième porte
2002 : Le Pianiste
2005 : Oliver Twist
2010 : The Ghost-writer


The Ghost-writer – Note pour ce film :
Réalisé par Roman Polanski
Avec Ewan McGregor, Pierce Brosnan, Kim Cattrall, Olivia Williams, Timothy Hutton, Tom Wilkinson, Robert Pugh, James Belushi, Eli Wallach, …
Année de production : 2009
Sortie française le 3 mars 2010

Voyagez à votre mesure grâce aux conseils d'IDEOZ:
Abonnez vous à la lettre d'informations en quelques secondes

Découvrez nos informations, conseils et bons plans exclusifs réservés à nos abonnés. C'est gratuit et sans engagement. Abonnez vous ! 

Pour cela, c'est très simple, il vous suffit de renseigner votre nom et votre mail. Vous validez et c'est parti !



Partager
A propos de l'auteur

Laterna Magica

“Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s’accorde à nos désirs”
______________________________________________________________________________________________________________________
Le blog cinéma de Lanterna Magica
___________________________________________________________________

Un commentaire

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!