43 vues

Tournoi de milliardaires

0

J’ai écrit ce matin que « Poi Sang Long », l’ordination des enfants Shan, c’était pour demain.  (En fait la cérémonie a déjà commence dans différents temples de la province de Chiang Mai).

Blog Curiosite 2

Blog En route - 2

Blog Isole 2

La nuit dernière, mon ami thaï m’a assurée, d’un ton de victoire : « Ça y est ! C’est pour cette nuit » ! « Quoi » ? Lui ai-je demandé, harassée par 10 heures de voiture. « Le gouvernement Abbhisit. Renversé. Par les rouges ! » J’ai bien failli lui répliquer, tant j’étais fatiguée : « Eh bien, super ! Qu’on en finisse » ! Et puis je me suis endormie là-dessus, tandis que jusqu’à très tard dans la nuit, la télévision a continué de débiter ses images et ses commentaires sur l’évolution des événements dans la capitale.

Dans le « Sunday » de ce dimanche, le papier de Voranai Vanijaka a retenu toute mon attention ; je vais le traduire ci-après succinctement. Mais d’abord ces quelques lignes en exergue : « Tout ça n’a rien à voir avec la démocratie. Pas plus qu’avec une lutte des classes. C’est une bataille entre deux riches et puissantes factions. Purement et simplement ». « Ce serait tellement romantique s’il s’agissait d’une classe se levant pour ses droits. Une idée qui se vend bien auprès des media étrangers : le soulèvement du tiers-monde (si, si, on dit encore comme ça ici et non pas « quart monde » ou mieux, pour emprunter le langage bien pensant : « les pays en voie de développement »), donc le soulèvement du tiers-monde contre l’élite. Les petits contre les gros. Les pauvres contre les riches. C’est simplement la vieille élite contre les nouveaux riches. (Si vous me demandez de vous expliquer qui est la vieille élite, je répondrais volontairement de façon légère : les khunying et khunnang). Les pauvres ? Ce sont juste des pions, et c’est ça la tragédie de toute cette merde. Des pauvres, financés (en fonction de leur grade), par un milliardaire et ses sbires pour le retour de celui-ci et son « corporate facism ». Une lutte des classes est vraiment nécessaire en Thaïlande, mais ce n’est pas là d’arriver tout le temps que les élites (anciennes ou nouvelles) se serviront de nous comme de pantins. Sur ! Thaksin joue le maître de marionnettes avec les pauvres, mais l’ordre ancien lui, utilise la classe moyenne de la même façon. Une classe moyenne qui devrait travailler avec les pauvres, car il n’y a pas si longtemps, elle était encore dans les paddies, ou alors fraîchement débarquée des bateaux en provenance de Chine. On ne devrait jamais oublier d’où l’on vient. Au lieu de cela la classe moyenne se pince le nez devant les rouges, alors que les « chemises roses », composées d’intellectuels et de businessmen essaient de contrecarrer la marée rouge près de Lumpini Park à Bangkok. Aujourd’hui les « rouges » ont envahi le quartier chic de Central World, le shopping district chic de la capitale… C’est comme une revanche – Imaginez un week-end sans shopping pour les « shopping-addict » ! L’horreur ! Le seul moyen de guérir nos plaies et d’avancer ensemble vers une vraie démocratie, une responsabilite qui incombe à la classe moyenne qui devrait tendre la main aux pauvre, les aider à améliorer leur vie* et la prochaine fois qu’un « rose » croisera un « rouge », qu’il ne voit pas un ennemi en lui , mais le considère plutôt comme un voisin ».

Blog Red shirts 10


*tout plutôt que le travail dans la rizière, même la prostitution !



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!