3 808 vues

Mésaventure dans les transports en commun à Cracovie en Pologne

2




Parfois les mésaventures dans les transports en commun à Cracovie tiennent à peu de choses et une amende peut vous être délivrée faute de méconnaissance des usages locaux…

Ce dont je veux faire part n’est pas une arnaque mais une mésaventure de voyage mais qui peut facilement être éviter.

Petite information, somme toute banale, qui pourra peut-être (qui sait ?) éviter des ennuis à qui la lira et serait amené à emprunter les transports en commun à Cracovie et à s’exposer à une déconvenue similaire à la mienne.

Transports en commun à Cracovie : acheter un titre de transport

Les transports en commun à Cracovie (comme dans certaines autres villes en Europe) ne peuvent être empruntés qu’avec un titre de transport. Le ticket de transport en commun à Cracovie s’achète le plus souvent sur une machine automatique A L’INTÉRIEUR du bus ou du tramway. Il y a parfois des machines automatiques proches des arrêts. Un ticket est aussi achetable dans certains kiosque à journaux.

picto attentionDans le cas ou vous n’avez pas d’autre choix que d’acheter votre ticket DANS les transports en commun à Cracovie, que ce soit le bus ou le tram, il est préférable d’avoir la monnaie pour payer, DIRECTEMENT dans la main LORS DE LA MONTÉE A BORD du bus ou du tram. Si vous montez dans un bus ou un tram sans avoir préparé la monnaie pour acheter le ticket et que vous faites ça une fois à bord, vous risquez l’amende, même s’il sera évident que vous êtes prêt à acheter un ticket.

Un voyageur averti en vaut deux qui sèmeront aussi ce genre d’informations sur les transports en commun à Cracovie afin de pouvoir parfois éviter bien des ennuis à qui sait.

 Maintenant, si vous vous demandez pourquoi je poste cette information (mais je pense que ça parait évident…) et si ça vous intéresse, je vous livre ci-dessous le récit de mon expérience des transports en commun à Cracovie. C’est très long, très détaillé et rédigé avec ma propre sensibilité.
Libre à vous de la lire ou pas…

Tramway Krakow transports en commun àCracovie

Jeudi 20 novembre 2014, dans l’après-midi, après deux mois passé à Cracovie, je vais faire imprimer mon billet d’avion chez des amis (je n’ai pas d’imprimante là où je vis). Mon retour en France est pour le lendemain. J’ai changé mes derniers zlotys en euros en prenant bien soin de garder suffisamment de zloty pour payer les deux-trois derniers trucs avant mon départ (tickets de transports notamment).

Pour aller chez mes amis, je dois prendre les transports en commun à Cracovie ; et notamment le tram 24. En me dirigeant vers la station de tramway, j’en vois un qui est arrêté à la station. Je cours pour l’avoir et l’attrape in-extremis. Les portes se ferment derrière moi, le tram part. Je vais près de la machine à ticket où des gens attendent déjà pour acheter leurs tickets et sors mon portefeuille de ma poche et cherche 1Zl40 (soit environ 0€40, tarif qui est pour moi plus que raisonnable et dont je m’acquitte toujours sans rechigner) pour acheter le ticket (je précise que c’est le tarif étudiant auquel j’ai droit là-bas). J’ai un billet de 50Zl, une pièce de 5Zl et plein de pièces de 20 et 50 grosz (0,20 et 0,50Zl). Je me dis qu’avec toutes ces petites pièces, ce serait dommage de casser la pièce de 5. Je commence à mettre les pièces dans ma main, “50 grosz + 20 grosz ça fait 70 +” … Je suis interrompu dans mon calcul par un homme devant moi qui me pose une question en polonais, que je ne comprends pas bien sûr. Il me regardait d’un air interrogatif et j’ai cru qu’il me demandait si j’avais assez d’argent pour payer (peut-être qu’il voulait me dépanner de 20 grosz, j’en savais rien… j’avais trouvé les polonais tellement sympathiques pendant mon séjour que ça ne m’a qu’à peine surpris…). Je lui réponds :

  • No, no, it’s ok, mam. (mam signifie “j’ai” en polonais)

Lui me répond plus sèchement :

  • Biletowy ! (billet !)

Là, je comprends de quoi il s’agit vraiment (et oui, les contrôleurs des transports en commun à Cracovie sont en civil).
Je lui montre alors que j’ai l’argent dans ma main et dans mon porte-feuille et je lui montre la machine pour lui faire comprendre que je vais l’acheter.
Il me répond “Nie, nie, nie, nie, nie”. Et je me retrouve soudain face à lui avec à ma droite et à ma gauche deux autres “gorilles” sorti de “nul part”. Le premier me redit quelque chose en polonais, je lui fais comprendre que je ne comprends pas. S’en suit d’une conversation dans un anglais très approximatif, tant de leur part que de la mienne. TOUTE la scène que je vous ai décrits dans ces longues lignes n’a pas durée plus d’une minute et demi.

Je pense tout d’abord qu’il y a un malentendu qui est sûrement rare dans les transports en commun à Cracovie. J’explique que je viens tout juste de monter dans le tram. Je montre que j’ai assez d’argent pour payer et que j’avais bien l’intention de le faire, les pièces dans ma main faisant foi (du moins, pour moi). Il me dit Ok, ok. J’arrive tant bien que mal à accéder à la machine (tant bien que mal car le contrôleur essayait de me barrer la route) en laissant tomber l’idée de ne pas casser la pièce de 5 et insère cette dernière dans la machine pour acheter mon ticket. Une fois cela fait, le contrôleur des transports en commun à Cracovie me dit :

  • Cool but will change nothing. You will have the big problem. Give me your ID now. (Cool mais ça ne va rien changer. Tu vas avoir gros problème. Donne moi une pièce d’identité maintenant).

Je refuse et réexplique calmement que j’avais l’intention de payer le billet de transports en commun à Cracovie. Je me fais entendre dire “You tell us we are stupid ?” (Tu nous prends pour des imbécile ?). Il me redemande une pièce d’identité. Je refuse à nouveau. Ils insistent. Ma station arrive. Je le leur dit. Ils me redemandent une pièce d’identité pour que je puisse descendre. J’en ai déjà marre de cette humiliation publique, je cède et montre mon passeport. L’un d’eux me le prend des mains et le met dans sa poche. On descend du tram. Ils me menacent d’appeler la police. Je les y encourage.

Eux :

  • Are you sure ? You want not pay us and you want we call the police ?

Moi :

  • Yes ! Call the police now !

L’un d’eux sort donc son téléphone et appelle la police. On attend la police. Ils me  demandent à nouveau de payer, je refuse toujours en ré expliquant encore et encore et encore. Et il me répondent sans cesse “You tell us we are stupid ?”. Ils me disent que le tram est resté arrêté assez longtemps à la station pour que j’eus le temps de payer. Ils m’accusent d’avoir attendu 3 minutes sans rien faire avant de daigner sortir l’argent de mon portefeuille pour payer. Ils m’accusent d’avoir sorti l’argent pour payer parce que j’ai vu qu’il y avait un contrôle. Ils me parlent comme si j’étais un escrocs et en viennent presque aux insultes (j’ai dis PRESQUE). Ils me posent des tas de questions à la con sur ce que je fais en Pologne. L’heure tourne, j’ai déjà une heure de retard et pas de portable pour prévenir de mon retard. Je sais que mes amis ne pourront pas m’attendre indéfiniment. La police n’arrive toujours pas. Je comprends qu’ils ont bluffé. Ils n’ont appelé personne. Je cherche une issue. Je sors mon portefeuille de ma poche, le vide dans ma main (55 zlotys quelques), leur tends et leur dis :

  • I have just that (c’est tout ce que j’ai).
  • No. My price is 120Zl (Non, mon prix c’est 120Zl)
  • I have only that. You see my porte-feuille (Je n’ai que ça, tu vois mon porte-feuille). Je dis porte-feuille en français comme par réflexe car je ne connais pas le mot en anglais. Il se trouve qu’en polonais portefeuille se dit de la même façon. Ce qui m’a valu comme réponse un truc en polonais que je n’ai bien sur pas compris.
  • Don’t tell us we are stupide !!! You speak polish !!! (Ne nous dis pas qu’on est stupide, tu parles polonais !!!)
    Ca dépasse simplement mon imagination. Ils trouvent n’importe quel prétexte pour me reprocher de me f…tre de leur g…le.
    EUX :
  • Don’t tell us you go in Poland only with 50Zl. (Ne nous dis pas que tu viens en Pologne avec seulement 50Zl) You tell us we are stupide ? (leur phrase magique)
    Je leur explique que je pars le lendemain et que j’ai changé mes derniers zlotys excepté ce billet de 50 et un peu de monnaie. Il me répondent avec un grand sourire :
  • But, you can pay us in euro. It’s 30€ (Mais tu peux nous payer en euro…)

Je ne savais plus quoi faire. J’en était au stade où j’aurais “tout donné” pour que cette comédie humiliante s’arrête. Si je ne pouvais pas imprimer mon billet d’avion chez mes amis, j’étais bon pour repayer mon billet d’avion. L’équation à vite été faite. Je connais l’histoire des faux contrôleurs qui peut arriver parfois. Alors dans un dernier instant de lucidité, je demande à voir leurs badge qu’ils ne m’avaient pas encore montré. Ils me montrent toutes les pièces justifiante de leur “travail”. Je sors l’argent. Ils deviennent tout d’un coup plus agréable. Ils me rendent mon passeport. Mais après avoir été traité comme un mal propre, j’avais l’horrible sensation de me faire racketter. Le contrôleur à qui je donne l’argent me donne un reçu en échange que j’ai chiffonné et que je lui ai jeté au visage comme ultime protestation (inutile, certes).

Je vous laisse imaginé, après ça, ma dernière soirée en Pologne…

J’ai hésité à rédiger cet article sur cette mésaventure dans les transports en commun à Cracovie et à le publier. Deux choses m’y ont motivé.
La première est qu’il est toujours préférable de parler de mésaventures telles que celle-ci pour aider d’autres voyageurs à ne pas se confronter au problème. Je souhaits qu’au moins cette expérience serve à qui lira, ne serait-ce que le début de ce post, à ne pas se retrouver dans une situation similaire. Si j’avais préparé la monnaie AVANT de rentrer dans le tram (j’ose espérer qu’)il n’y aurait pas eu de problème.
La seconde c’est que mine de rien, ça fait du bien de vider son sac. Même à des gens que je ne rencontrerais peut-être jamais. Je me sens bien mieux après. Alors merci d’avoir lu. Le but n’est pas de me faire plaindre mais juste de le faire savoir.

Je suis de ceux qui pensent qu’il n’y a pas de sots métiers. Mais je pense qu’il y a parfois des imbéciles parmi les travailleurs consciencieux.

Et pour rappel, quelques mots polonais utiles :
Bonjour = Dzien dobry (prononcer djin dobré)
Au revoir = Do widzenia (do vidzenia)
Merci = Dziekuje (avec cédille aux deux E) (djenkoujen)
S’il vous plait = Prosze (cédille au E) (prochen)
Oui = Tak
Non = Nie (nié)
Je suis français = Jestem francusem (iestem frantsousém)
Je ne comprends pas = Nie

 

Signalez tout abus aux autorités compétentes!

Fort de ce qui m’est arrivé et que j’ai consigné  fin novembre 2014  et fort de ce qui m’est arrivé dans ce que je consigne ci-après, un autre conseil que je peux vous donner est que si vous êtes l’objet d’un abus de la part des autorités dites “compétentes” sur le réseau de transport, n’hésitez surtout pas, dans un premier temps, à le signaler en personne au consulat général de France à Cracovie (ulica Stolarska, 15). Dans un second temps et si vous le pouvez, rédigez une réclamation à la société de transport en commun. Il y a bien sur très très peu de chance que vous obteniez remboursement des amande mais d’après moi, le but premier serait de faire savoir les faits. Plus les personnes qui ont fait l’objet d’abus le signaleront et moins les personnes concernés ou qui ont le pouvoir de changer quelque chose pourront y être insensibles. (A ne pas faire si la fraude était volontaire bien sur. Ce genre de démarches doivent être faites consciencieusement).

Bref, n’hésitez pas à SIGNALER TOUT ABUS ou TOUTES CHOSES QUI PARAIT ANORMALE (comme la tentative de la part d’une équipe de contrôle d’empocher du cash sans rédiger de reçus par une proposition d’amande au rabais).

Voici ensuite quelques petites choses (qui peut-être ne sont pas évidentes pour les français, je dis ça car en France, je n’ai jamais en d’ennuis pour ces choses là malgré présence policière) que je peux vous dire (dans les transports ou dans la rue). Une personne avertie en vaut deux…!

Que tout cela ne vous décourage pas d’aller découvrir Cracovie car ce n’est vraiment pas le but. Cracovie est une ville sympa et la Pologne, un pays intéressant. Soyez juste avertis car une fois avertis, vous en valez deux. Sans doute n’aurais-je pas eu de problème si j’avais été averti moi-même.

Les conseils et avertissements sont donnés. Je livre ci-après mon nouveau témoignage. Libre à vous de lire ou non.

Mercredi 10 décembre 2014, après être rentré en France pour quelques temps, je reviens à Cracovie pour passer les fêtes de fin d’année avec ma copine et sa famille. Ma copine vient me chercher à l’aéroport. Nous prenons le bus, achetons bien sur nos tickets (des tickets d’une heure). Je prends le tarif étudiant, comme d’habitude.

Un peu plus tard, contrôle. Ça me rappel déjà de mauvais souvenirs (cf premier topic) mais je me dis que cette fois-ci, tout ira bien. Sauf que non. Après lui avoir tendu mon ticket joint de ma carte étudiante, l’un des deux contrôleurs m’explique (par l’intermédiaire de ma copine qui, parlant français me traduit ensuite) que avec une carte étudiante française, ce tarif n’est pas valable. Ce tarif n’est valable qu’avec les cartes étudiantes de certaines écoles supérieurs de Cracovie. En revanche, si j’ai moins de 26 ans, il est valable mais en tant que tarif mois de 26 ans. Ce n’est pas mon cas…

Alors pourquoi donc ai-je pris ce tarif ?
1- Sur la version anglaise de la machine il n’est pas précisé que seules les cartes étudiantes de certaines écoles donnent droit à ce tarif.
2- Toujours sur la version anglaise de la machine, il n’y a pas non plus précisé “student AND less of 26 years old” (étudiant ET moins de 26 ans). La façon dont c’était renseigné m’a laissé croire que c’était étudiant OU moins de 26 ans.
3- Ayant presque toujours voyagé avec ce tarif (sinon avec le plein tarif au tout début où j’étais à Cracovie), j’avais été contrôlé à trois reprises. J’avais toujours donné mon ticket joint à ma carte étudiante et n’avais jamais eu ni problème ni la moindre remarque.

J’explique tout ça aux contrôleurs. Ma copine confirme deux des trois contrôles qui n’ont donnés lieu à aucun problème puisqu’elle en avait était témoin. Je m’excuse donc de m’être trompé et dis que je suis d’accord de racheter un ticket au tarif normal en plus de celui que j’avais déjà acheté. Il répond que ce n’est pas la peine. Au terminus de la ligne de bus (qui était notre destination) les contrôleurs nous montrent le règlement affiché sur l’un des arrêts. Les contrôleurs me disent que je n’avais qu’à lire ça. En effet, cette fois-ci, éligibilité du tarif que j’ai pris semble clairement expliquée… en polonais.

L’un des contrôleur me rend ma carte étudiant et dit quelque chose en polonais à ma copine. Elle écarquille les yeux comme par stupéfaction avant de me traduire ce que le contrôleur a dit. Voici ce qu’elle me dit :

  • Le contrôleur a dit que comme il est gentil il est d’accord que tu payes seulement 60Zl (~15€) au lieu de 105Zl (~25€). Il dit que c’est parce que 60Zl c’est l’argent qu’ils gagnent quand ils donnent une amande. Et si tu payes 60Zl ils te laissent tranquille et ne signalent pas la fraude à la société de transport.

Ah ??? Tiens donc ??? Je vous laisse le soin de toute interprétation… la mienne est faite en tout cas.
Je me tourne alors vers le contrôleur qui a fait cette proposition. Il me la confirme en anglais (en éclipsant l’explication de “pourquoi 60Zl ?”). Pas de signalement à la société de transport signifie en d’autre termes qu’il n’y aura aucun reçu de rédigé donc aucune traçabilité en cas de contestation de ma part. Pour en être absolument certain, je redemande à ma copine si elle est certaine d’avoir entendu ça. Elle me dit que oui. Alors calmement, je la prends par la main et nous partons en marchant (il y a des règles ou il n’y en a pas ?). Et si vraiment ils veulent être gentil, ils n’ont pas besoin d’un bakchich. Bien sur ils nous rattraperons me montrant au passage que l’interdiction de tout contact physique forcé n’existe pas (à vérifier, c’était leur démarche et leur version). Ils appellerons la police (pour de vrai cette fois-ci) en insistant bien, à plusieurs reprises sur le fait suivant :

– You want not pay 60Zl, you will pay 105 !

Le billet de 100Zl finira chiffonné dans la main d’un des contrôleurs. L’autre me dira que je ne suis pas gentil de ne pas avoir de respect pour un symbole national polonais. De la part d’une personne qui n’a pas de respect pour l’étranger qui ne comprend pas la langue locale ça parvient à me faire rire, d’un rire sincère. Une fois de plus, pas de bol pour moi car habituellement, je n’ai jamais autant d’argent sur moi quand je suis en Pologne (d’ailleurs, il se serait passé quoi dans ce cas là ???).

J’ai signalé les deux incidents au consulat général de France à Cracovie (les abus, diffamations et irrespects lors du contrôle du 20 novembre 2014 relatés ci-dessus, le manque de clarté lors de l’achat d’un ticket dans une machine automatique et la tentative de négociation de l’amande lors du contrôle du 10 décembre 2014). La personne qui m’a reçu m’a dit que j’étais loin d’être le premier à signaler ce genre de faits. A elle seule, elle avait déjà rencontré 5 personnes avec des cas similaires d’abus depuis qu’elle était en poste. Après coup, j’aurais du demandé depuis combien de temps elle était en poste mais à la façon dont elle le disait, sa prise de fonction avait l’air récente. Elle m’a dit que quand les contrôleurs attrapent une personne non résidente en Pologne ou un touriste étranger, ils ne la lâchent pas. Ils savent très bien qu’un étranger peut facilement commettre une erreur. Et ils savent très bien que les touristes ont de l’argent sur eux pour payer immédiatement. Ou à défaut ils ont une carte de retrait internationale. Et à l’usure, on préfère s’asseoir sur 120Zl soit 30€ (comme j’eus fais dans l’incident que j’évoque dans le premier topic) pour qu’on nous laisse enfin tranquille. Elle m’a dit que le consulat ne pouvait légalement rien faire mais que c’était très bien de le signaler. Plus les informations de ce types tournent et moins les gens se font avoir. Je me dis aussi que les incidents signalés ne sont pas TOUS les incidents qui ont eu lieu. Je pense que beaucoup ne doivent pas être signalés pour divers raisons (manque de temps, peur de ne pas être cru ou pris au sérieux…). Moi-même, je n’avais pas signalé le premier incident car je partais pour la France le lendemain matin et ne comptais pas le faire car j’avais peur qu’on ne me prennes pas au sérieux. Il fallu le deuxième pour que je me dise “Bon ! Maintenant ça suffit !”

J’ai l’intention de rédiger une réclamation adressé à la société de transport. Je sais que je n’obtiendrais aucun remboursement (d’autant que du point de vue légale, pour l’histoire du 10 décembre relaté dans cet article, je n’étais pas en règle, MAIS bien malgré moi, je tiens à le dire). Mais je tiens à ce qu’ils sachent ce que je pense de leurs façons de faire (surtout celle des contrôleurs) car il y a des abus.

– Abus de par la proposition de la part des contrôleurs qui consistait à leur donner de l’argent qui serrait allé directement dans leur poche. Car j’ai vérifié, aucune amande n’est du montant de 60Zl.
– Abus de par le fait qu’il était évident que je n’avais pas le bon ticket par manque de compréhension et non par tentative de fraude. Je mets au défi ces même personnes de se débrouiller dans un pays qui n’est pas le leur et dont il ne comprennent quasiment rien à la langue. Je dis pas que c’est impossible mais dans ces cas là, une erreur est bien vite commise involontairement.
– Abus car lorsque j’ai voulu acheté un ticket le 20 novembre dernier (premier topic), un contrôleur s’est mis en travers de mon chemin avant que je n’ai pu le faire en tentant de m’en empêcher lorsque j’ai tenu à acheter le ticket comme prévu.
– Abus car l’équipe de contrôle que j’ai rencontré le 20 novembre 2014 m’a prit pour un imbécile en me soutenant devant moi que j’étais resté 3 minutes sans rien faire à bord du tram alors que je sais pertinemment que j’ai commencé à sortir les pièces de mon portefeuille immédiatement après être entré (merci de me faire passer pour un fou à mes propres yeux).
– Abus par leur façon de me parler.
– Abus car ils m’ont accusés de faire semblant de ne pas parler ni comprendre le polonais.
– Abus car ils ont bluffé un appel à la police que je leur avais moi-même demandé.
– Abus car, mine de rien, les deux histoires réunis, ce sont 225Zl soit 55€ que j’ai la sensation de m’être fait volé (pardonnez moi mais je ne trouves pas d’autres mots)
– Abus car il est facile d’extorqué de l’argent à un étranger (ça me fait d’ailleurs reconsidérer la façon dont pourrait se sentir un étranger en France).
– Manque de clarté quand à éligibilité des tarifs des tickets lors de leurs achats en machine automatique à bord du transport.

Pour éviter de devoir payer des amendes immédiatement pour des trucs dont je ne serais toujours pas au courant, voici ce que j’ai décidé de faire :
– Me procurer un vélo (facile par les contacts que j’ai sur place, peut-être même gratuitement).
– Ne prendre les transports en commun à Cracovie que lorsque je n’ai pas le choix (autrement dit, seulement pour aller à l’aéroport si personne ne peut me conduire) (je veux défier l’adage qui dit “jamais deux sans trois” haha !).
– Ne jamais sortir avec une somme d’argent trop importante (désormais, jamais plus de 50Zl à la fois et souvent moins sauf nécessité absolue).
– Ne jamais sortir avec la carte de retrait internationale (sauf si besoin, auquel cas, retour immédiat à la maison après le retrait).
– M’en f… de l’argent qui m’a selon moi été volé.

Et je terminerais en vous disant que je passe du bon temps à Cracovie et que nous partons visiter d’autres coins de Pologne.

 

Pour en savoir plus :




Partager

A propos de l'auteur

2 commentaires

  1. Même problème pour moi sur le tramway de Gdańsk, mais je l’ai un peu chercher car je n’ai acheter aucun titre de transport, me suis donc fait contrôler au dernier arrêt de la même façon. J’ai fait mine que j’avais oublié ma carte d’identité et carte bancaire, j’avais juste un billet de 50zl et leur ait dit que j’avais acheté un pass mais oublié aussi. Des menaces d’appel à la police etc et ensuite ils m’ouvrent la porte et me disent Go to the sea.

  2. Bonjour, il m’est arrivé la même chose avec ma femme à Cracovie. 2 hommes sont venus nous intercepter dans le bus alors qu’on allait prendre un ticket. Ils ont pris nos carte d’identité et nous ont réclamé 120ZI (2fois 60ZI). Ne pouvait rien faire malgré des explications (le dialogue ressemble un peu à votre premier topic) et je l’avoue en étant tombé des nues, on a fini par les payer sinon plus de CI … Je le regrette aujourd’hui car j’ai toujours l’impression de m’être fait voler …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.