73 vues

Vivre en Thailande : La maison, là où tout commence…

0
 Vivre en Thailande…

Si on me demandait « quelle est la chanson qui a laissé la trace la plus indélébile en toi ? » je répondrais sans hésiter « baan » de Pongsit Kampee, chanteur thaïlandais – isan (région du nord-est de la Thailande). Sans réfléchir ? Sauf que cette réponse m’a fait réfléchir… parce que : pourquoi ?

 

« Baan » c’est  « maison » en thaï, mais dans son sens large, collectif, conceptuel. Sa meilleure traduction pourrait être tout à la fois :  « racines », « identité », « rites »,« échanges » « la terre », « le pays d’où l’on vient », « le pays où l’on retourne toujours », « famille » « ancêtres », « coutumes », « cérémonies », « être ensemble » et je peux même rajouter « délires dans l’alcool » sans me moquer. Un mot « choral » donc comme ceux caractérisant certains films d’aujourd’hui dont ceux de Danièle Thomson, la fille de Gérard Oury.

 

Donc il s’agit bien d’un concept qui prend tout son sens pour peu qu’on s’en éloigne, parce que le « manque » cisèle ce sentiment, cette absence.

 

A partir de ce mot, d’une complexité simplissime – j’adore les paradoxes – j’en ai mieux compris l’essence, et donc le sens, à travers un article lu dans un magazine scientifique dont j’ai oublié le nom mais dont voici l’essentiel : « Tout complexe se développe à partir d’une cellule »  Là, tout est dit ou presque. Les conditions premières de notre existence ont un impact sur toute notre vie future. Notre pays de naissance –  comme la famille –  on ne les choisit pas, mais ils nous forment de manière indélébile. L’exemple soutenant cette hypothèse était le suivant : « dans les cas d’Alzheimer, on peut oublier le nom de son mari, ou de sa femme,  mais rarement les souvenirs qui remontent à la première enfance ».

 

Pas nécessaire de se perdre dans des considérations scientifiques, suffit de faire écouter aux thaïs-isans cette chanson de Pongsit et puis une autre aussi « Maee » (mère), parce que  « baan » – maison – et «maee » –  mère –  c’est bien la même chose, la même cellule à partir de laquelle tout commence et tout se termine… « Ah retourner  là d’où l’on vient»

 
Blog_0641

 

Qui est l’auteur?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!